NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
MIL
LAL1:30
UTH
NOR4:00
GSW
NYK4:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • MIL1.82LOS2.04Pariez
  • GOL1.49NEW2.72Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Rip Hamilton demande de la patience aux fans des Pistons

Champion NBA en 2004 avec Detroit, l’ancien arrière a confiance dans le nouveau projet de sa franchise de cœur, même s’il sait qu’il lui faudra du temps pour retrouver les sommets.

Parmi les derniers maîtres de la ligue dans l’art du tir à mi-distance, Rip Hamilton a gardé une affection particulière pour les Pistons où il a joué pendant neuf ans, de 2002 à 2011, les meilleures de sa carrière entre le titre de champion en 2004 et ses trois sélections au All-Star Game.

Le niveau de l’effectif version 2020/21 de Dwane Casey est bien loin de celui des Pistons du début des années 2000, lorsque Rip Hamilton faisait régner la terreur aux côtés de Chauncey Billups, Tayshaun Prince, Rasheed Wallace et Ben Wallace. Pourtant, l’intéressé voit des similitudes dans la façon dont les deux groupes ont été construits, avec de vrais potentiels parmi les jeunes joueurs à développer. Il ne manque selon lui qu’une chose : du temps.

« Encore une fois, ça demande de la patience. Si vous regardez Detroit jouer cette saison, ce n’est pas comme si on se faisait exploser à chaque match. Nous sommes là à chaque match. Les gars apprennent encore comment gagner, à connaître leurs coéquipiers, les nouveaux systèmes, il y a le Covid qui empêche les gars d’être autant à la salle que les années précédentes, surtout durant la prépa, où on construit cette cohésion. Il y a beaucoup de choses », a-t-il ainsi rappelé dans un long entretien avec le Detroit Free Press.

Travailler et ne pas tricher

Le profil de Jerami Grant plaît ainsi particulièrement à Rip Hamilton, l’ailier fort ayant, comme ses illustres prédécesseurs, franchi un cap depuis son arrivée dans le Michigan. De quoi en faire un futur Tayshaun Prince ?

« Quand tu vois l’évolution de son jeu d’un point de vue offensif », ajoute Rip Hamilton. « On savait tous que c’était un super défenseur, long, élancé, capable de faire le ménage. Mais il a ajouté d’autres palettes à son jeu, notamment au niveau du scoring ».

Dans le cocktail nécessaire à la réussite des Pistons, Rip Hamilton n’a pas manqué de rappelé l’investissement total de la part de tous les joueurs comme ingrédient indispensable.

« Je pense que ce qui ressort de notre épopée, c’est que nous avons représenté la ville. Nous étions des frères et nous le sommes encore aujourd’hui. On se surnommait « le meilleur cinq en activité » parce que nous le ressentions vraiment. Nous nous parlons encore, probablement trois ou quatre fois par semaine. Moi, Chauncey (Billups), Tayshaun (Prince), Ben (Wallace) et Rasheed (Wallace). Ce n’était pas quelque chose de faux ou d’artificiel. Quand vous venez à Detroit, vous ne pouvez pas être faux. Vous serez démasqué ».

Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |  
A lire aussi