NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
ATL129
IND117
NYK117
NOR109
MIA11
BRO8
CHA
POR1:00
ORL
HOU1:00
TOR
OKC1:00
DAL
SAC1:30
LAC
MIN4:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • CHA2.5POR1.56Pariez
  • ORL1.89HOU1.96Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Encore moins de séances d’entraînement cette saison : le casse-tête des entraîneurs

Après un « training camp » écourté dans cet exercice condensé de 72 matchs de décembre à mai, les séances d’entraînement ont été sacrifiées, et ce sont les coachs qui vont devoir s’adapter.

« Nous n’avons pas deux jours off avant le 3 février. Nous pourrons nous entraîner un peu, mais il faut garder l’énergie et l’intensité nécessaires pour les matchs. Donc, le temps d’entraînement va être limité ».

Au regard de la première partie du calendrier de la saison régulière, le coach du Magic, Steve Clifford, n’est pas le seul à se creuser les méninges. En temps normal, les franchises n’ont déjà pas beaucoup de séances d’entraînement pour travailler durant la saison régulière.

Mais au cours de cet exercice 2020/21 au calendrier particulier durant lequel le « training camp » a également été écourté, trouver un moment pour mettre des choses en place et faire bosser son groupe va relever de l’exploit.

Faculté d’adaptation, le thème de la saison

Miami vient pour sa part de passer trois jours sans match, dont deux à s’entraîner, une situation qui ne se reproduira plus avant la deuxième partie de saison !

« Je pense que vous devez vous adapter », ajoute Erik Spoelstra. « Au moins on passera tous un temps de jeu égal sur le terrain, donc tout est relatif. Si vous avez un jour libre entre deux matchs vous aurez encore la possibilité de vous améliorer. Ce n’est peut-être pas un entraînement de l’intensité d’un « training camp », mais vous pouvez accomplir certaines choses même quand vous avez des matchs. Il faut juste trouver un équilibre entre les deux ».

Les équipes qui ont misé sur la stabilité durant l’intersaison pourraient être avantagées. Celles qui auront limité la casse en début d’exercice aussi, comme Cleveland et Orlando qui sont à trois victoires en trois matchs.

« C’est bien pour plusieurs raisons », a souligné J.B. Bickerstaff, coach des Cavs. « C’est clair que c’est toujours bien de prendre autant de victoires que possible. Mais en temps de progression, ça vous donne de la confiance. Le succès ultime pour nous étant la victoire, les résultats donnent aux gars la foi en ce que nous faisons ».

Le match, le meilleur des entraînements ?

Comme le soulignent tous les coachs depuis la reprise, et comme c’était déjà le cas dans la « bulle », la capacité d’adaptation à ce contexte inédit sera un facteur important cette saison. Et le fait de disposer de peu de séances d’entraînement pour progresser en fait partie.

Pour Stan Van Gundy, propulsé durant l’intersaison à la tête d’une formation des Pelicans à développer autour de deux jeunes stars, les matchs devront aussi servir de base de travail pour progresser.

« Vous ne pouvez que vous améliorer au fur et à mesure des matchs si vous vous concentrez. Je ne suis pas différent des autres entraîneurs. Nous aimerions tous avoir plus de temps d’entraînement. Ce n’est pas le cas, et donc on doit pouvoir progresser au cours des matchs, des déplacements, et dans tout ce que nous faisons ».

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |