NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
MIL
LAL1:30
UTH
NOR4:00
GSW
NYK4:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • MIL1.82LOS2.04Pariez
  • GOL1.49NEW2.72Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

29 novembre 2015, Kobe Bryant publie un poème pour annoncer sa retraite

Il y a cinq ans, Kobe Bryant annonçait sa retraite sportive en publiant une lettre d’amour au basket.

C’était il y a seulement cinq ans, et ça paraît pourtant si loin… Le 29 novembre 2015, le regretté Kobe Bryant publie une lettre d’amour au basket qu’il publie sur le site The Players’ Tribune et qu’il pose sur chaque siège du Staples Center à l’intérieur d’une jolie enveloppe noire. C’est un vrai poème dans lequel le numéro 24 des Lakers annonce qu’il prendra sa retraite à la fin de cette saison.

« Tu as offert son rêve de jouer aux Lakers à un gamin de six ans
Et je t’aimerai toujours pour ça.
Mais je ne peux pas t’aimer de façon obsessive beaucoup plus longtemps.
Cette saison est la dernière que je peux t’offrir.
Mon coeur peut endurer le choc
Mon esprit peut encaisser le combat
Mais mon corps sait qu’il est temps de dire au revoir ».

Ce soir-là, les Lakers enchaînent une 6e défaite de suite, mais c’est anecdotique. Tous les micros sont tendus vers Kobe pour entendre et écouter ses explications à ce poème, et ce choix de quitter la scène. Basket USA était là, au premier rang.

« Le processus final de la décision s’est fait plus ou moins en 72 heures, entre l’annonce à l’équipe, au coach, la lettre écrite aux fans et celle qui annonce ma décision. J’ai voulu m’adresser au jeu, je ne l’avais jamais fait et c’était un exercice stimulant » raconte-t-il, le sourire aux lèvres. « Je n’avais jamais dit au basket à quel point je l’aime. C’est la décision de mon cœur, je ne voulais plus attendre pour l’annoncer. On ne peut pas prendre une telle décision en se basant sur des circonstances extérieures, il faut ça soit une décision personnelle. Il a fallu que j’accepte le fait que je ne voulais plus faire tout cela mais la décision était prise depuis déjà un moment. Il a fallu que je réponde à une question simple : « veux-tu continuer tout ça ? » La réponse est « non ». Je suis en paix avec moi-même car j’ai tout donné, il n’y a rien de plus que j’aurais pu faire. »

« Je fais vraiment tout ce que je peux. Et pourtant je joue comme une merde »

A l’époque, les Lakers sont au fond du trou, et Kobe se bat contre les blessures depuis sa rupture d’un tendon d’Achille. Il se croyait plus fort que le temps, mais son corps a le dernier mot.

« J’ai travaillé tellement dur pour revenir et je continue de bosser comme un dingue pour arrêter de mal jouer et aller au bout de moi-même. Je fais des étirements trois fois par jour et je le ferai encore ce soir et demain matin avant de prendre l’avion, je mets de la glace, je fais vraiment tout ce que je peux. Et pourtant je joue comme une merde. Je fais vraiment tout mon possible donc c’est plus facile de me sentir bien avec ma décision. Je ne ressens aucune tristesse. C’est un cycle naturel. J’ai connu tellement de moments incroyables et j’apprécie le fait d’avoir mal quand je me lève car ça me rappelle tout ce que j’ai accompli pour en arriver là. Je suis très reconnaissant envers ce que j’ai. On pourrait dire que je me sens un peu soulagé. Mais je vais continuer de repousser mes limites pour faire de mon mieux. »

Une tournée d’adieux validée par Michael Jordan

Si l’annonce officielle a donc eu lieu le 29 novembre 2015, la star des Lakers avait mis quelques personnes dans la confidence, et pas des moindres : Phil Jackson et Michael Jordan.

« J’en ai parlé avec Phil Jackson et il m’a conseillé de segmenter la saison en plusieurs parties, je vais prendre match après match, en continuant de donner le meilleur, d’aider, d’enseigner aux autres joueurs. Je savais avant le début du training camp que l’heure était venue. Il y avait encore un « mais » et on peut dire que c’était de voir ce que ça allait donner cette saison. Le feu intérieur n’est plus le même et je me sens vraiment à l’aise avec ma décision. J’ai commencé à comprendre que mon obsession pour le basket était différente pendant une séance de méditation. Je n’ai pas envisagé d’arrêter maintenant, je veux aller au bout de cette saison. Il y tellement de beauté dans cette souffrance. Je sais que ça doit sembler bizarre mais j’apprécie la beauté des moments difficiles autant que celle des moments de bonheur. C’est dans cette progression que j’apprends le plus de moi. Les finales qu’on a perdues et les difficultés qu’on a traversées complètent le parcours. J’ai parlé de ma décision avec Michael Jordan cet été, c’était un des premiers à savoir. Il m’a vraiment dit d’en profiter, de savourer, dans les bons ou les mauvais moments. Pouvoir jouer dans toutes ses salles pour une dernière fois, ça sera génial. J’ai hâte. »

Le poème devient un dessin animé récompensé aux Oscars

On est en 2015, et quand un journaliste lui demande ce qu’il envisage de faire après, Kobe évoque déjà la création. « Quand j’avais 21 ans j’ai eu la chance d’avoir une discussion avec Giorgio Armani. Par curiosité j’ai commencé à lui poser des questions sur son business. Il m’a dit qu’il avait commencé à 40 ans. Là je me suis dit « je vais probablement jouer jusqu’à 35 ans mais après, qu’est-ce que je vais faire de ma vie ? ». J’ai mis quinze ans pour trouver les réponses : le storytelling. C’est ce que j’adore. Sur le tournage du documentaire, j’ai vraiment réalisé qu’il y avait en moi une flamme pour éduquer en étant créatif, pour assembler les pièces d’un puzzle et raconter des histoires qui inspirent. »

Un an plus tard, le poème devient un dessin animé, Dear Basketball, et il s’entoure de l’illustrateur Glen Keane et du musicien John Williams pour décrocher l’Oscar du meilleur court métrage d’animation en 2018. Ce sera sa dernière récompense, et pour lui, « c’était encore mieux qu’un titre NBA. »

Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |  
A lire aussi