Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Draft 2020 : Deni Avdija veut rassurer sur son adresse à 3-points et aux lancers-francs

Le prospect israélien espère dissiper les doutes quant à son adresse à 3-points et aux lancers-francs avec sa volonté de travailler et d’œuvrer dans un seul but, la victoire.

Attendu dans le Top 5 de la prochaine Draft, Deni Avdija veut faire de son expérience de l’Euroleague, « la deuxième plus grande ligue du monde », un atout, comme ça a été le cas pour Luka Doncic.

Au sein d’une équipe du Maccabi Tel-Aviv compétitive, l’ailier a toutefois été confronté à l’exigence du plus haut-niveau européen, affichant ses difficultés, notamment à 3-points (27.7% à 13/47) au cours de la saison d’Euroleague.

« Je pense que beaucoup de gars qui ne sont pas dans l’équipe ou qui ne jouent pas au basket ne comprennent pas certaines choses sur le tir, » s’est-il défendu en visioconférence. « Le tir n’est pas toujours une question de technique. Je pense que ma technique est bonne. Je pense juste que les gens ne voient pas l’environnement, donc, les gens oublient que j’étais jeune. J’étais dans une équipe avec beaucoup d’expérience, beaucoup de pression, beaucoup de supporters chaque soir. J’ai joué pas mal de minutes. Parfois moins, parfois plus, parfois il y a plus de pression. Il y avait des hauts et des bas. »

Une simple question de travail et de volonté ?

Sa mission n’a pas toujours été évidente pour un jeune joueur, qui devait être performant sur de courtes périodes face à de grosses cylindrées comme le Barça ou Fenerbahçe. Avec plus de temps de jeu sur la phase retour, il a pu trouver ses marques, et son pourcentage à 3-points s’en est ressenti (21/32 soit 65.6% de réussite derrière l’arc).

« Je pense que vers la fin, je me suis senti très à l’aise dans l’équipe, et c’est la raison principale pour laquelle je pense avoir mieux shooté, » a-t-il ajouté. « Je pense que ma confiance a augmenté, et je me suis senti mieux. Et les gars m’ont fait me sentir mieux. Je sais shooter. Si je ne pouvais pas tirer, je ne prendrais pas de tirs à 3-points. Mais tant que je tire, je suis confiant, et j’essaie de mettre tous les tirs possibles ».

Son pourcentage au lancer-franc en Euroleague, à 55.6% de réussite à 10/18, a également intrigué.

« Une question de temps et de mental », pour l’intéressé qui pointait également à 59.4% en première division israélienne. « Je pense que je peux tirer même au-delà de 70 %. Je vais y arriver. S’il me faut rester jusqu’à minuit après l’entraînement pour prendre 3 000 lancers et dépasser les 70%, je le ferais. Je vais être humble et continuer à faire ça jusqu’à ce que j »y arrive ».

Deni Avdija a également insisté sur sa volonté de gagner à tout prix, précisant qu’il n’avait aucune préférence quant à la franchise NBA qui pourrait l’accueillir et qu’il était prêt à endosser n’importe quel rôle.

« J’essaie juste de faire ce qui est le mieux pour l’équipe quand je suis sur le terrain et j’essaie juste de gagner. À la fin du match, j’aime gagner. J’adore gagner. C’est vraiment dur pour moi de perdre. Je ferai tout ce que je peux. Je leur donnerai 100 % chaque soir pour gagner ».

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés