Pariez en ligne avec Unibet
  • CHA1.74NEW2.09Pariez
  • PHI1.06GOL8.9Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

La course au MVP : Trae Young et Luka Doncic, deux « sophomores » d’exception

Seulement dans leur deuxième année, le meneur des Hawks et l’arrière des Mavs réalisent des performances exceptionnelles. La preuve avec ce retour sur les plus belles saisons « sophomores ».

Depuis le début de saison, on souligne les perfs exceptionnelles de Luka Doncic, à la fois parce qu’il n’a que 20 ans, mais aussi parce qu’il n’est que dans sa deuxième année de NBA. « Rookie Of The Year » en titre, la star des Mavericks a progressé dans son année « sophomore », pour reprendre le terme NCAA, mais personne n’imaginait qu’il serait capable d’être aussi proche du triple-double de moyenne, mais aussi de mener sa franchise aussi haut.

Mais Luka Doncic n’est pas le premier « deuxième année » à atteindre les sommets aussi vite, et on a décidé de jeter un coup d’œil aux plus grandes saisons réalisées par des « sophomores ». Après une saison rookie où ils ont découvert le jeu NBA, mais aussi son calendrier et ses contraintes physiques, les plus grands joueurs ont pris leurs habitudes, et il y a quelques saisons de légende.

Dès sa deuxième année, Kareem Abdul-Jabbar réalise le Grand Chelem

On va déjà mettre de côté ce bon Wilt Chamberlain, MVP dès sa saison rookie avec 37.6 points et 27.0 rebonds de moyenne. Ce sont des chiffres d’une autre époque, et lors de sa deuxième saison, il fera d’ailleurs preuve d’une grande régularité avec 38.4 points et 27.2 rebonds par match.

On va aussi mettre de côté Oscar Robertson, auteur carrément d’une saison en triple-double pour sa deuxième année avec 30.8 points, 12.8 rebonds et 11.4 passes de moyenne. Comme Wilt Chamberlain, Oscar Robertson affichait quasiment les mêmes chiffres lors de sa saison rookie, et on ne peut donc pas parler de véritable progression. On notera tout de même que c’était certes une autre époque, mais que Luka Doncic n’en est pas loin…

La plus belle deuxième année est peut-être l’oeuvre de Kareem Abdul-Jabbar. Le futur pivot des Lakers est alors à Milwaukee, et il cumule les titres de meilleur marqueur, MVP et MVP des Finals ! Ses stats : 31.7 points et 16.0 rebonds de moyenne. Comme la NBA ne comptabilisait pas les contres, on se contentera de ces deux chiffres et de son premier titre de champion NBA.

Plus près de nous, il y a Larry Bird, dernier joueur à avoir remporté le titre de MVP trois saisons de suite. Lors de sa deuxième saison avec Boston, il affiche de belles stats avec 21.2 points, 10.9 rebonds, 5.5 passes et même 2 interceptions de moyenne. Champion NBA, il laisse le trophée de MVP des Finals à Cedric Maxwell.

À 21 ans, le Shaq explose tout sur son passage

Et Michael Jordan dans tout ça ? Il débute sa deuxième année pour une fracture au pied qui va longtemps l’éloigner des terrains. Mais il garde le meilleur pour la fin avec une qualification en playoffs et ce fameux match à 63 points face à Boston. Un record qui tient toujours. Comme il ne joue que 18 matches en 1985/86, sa véritable saison « sophomore » est la suivante, et il explose tout : 37 points de moyenne pour aller le premier de ses sept titres d’affilée de meilleur scoreur de la NBA.

Depuis 25 ans environ, deux joueurs ont vraiment marqué les esprits lors de leur année « sophomore ». Il s’agit d’abord de Shaquille O’Neal. Il faut se souvenir que lorsqu’il arrive en NBA, c’est un Zion Williamson version XXL avec ses 2m16 et 140 kg. Le Shaq jeune, c’est une vraie boule de démolition qui écrase tout. Lors de sa deuxième saison avec le Magic, il compile 29.3 points à 60% aux tirs, 13.3 rebonds et 2.9 contres. Il a… 21 ans, et il se cogne de glorieux aînés comme Pat Ewing, Hakeem Olajuwon, Dikembe Mutombo ou David Robinson. Preuve que sa saison est exceptionnelle, il terminera 4e des votes pour le MVP.

Enfin, il y a bien sûr LeBron James à qui on compare souvent Luka Doncic pour sa précocité mais aussi sa vision du jeu. Lors de sa saison « sophomore », l’ailier des Cavaliers a 19 ans, et il tourne à 27.2 points, 7.4 rebonds et 7.2 passes par match. Il terminera 6e du scrutin pour le MVP mais Cleveland n’ira même pas en playoffs.

La magnifique saison de Luka Doncic permet de constater qu’il se place illico parmi les plus grands, mais il n’est pas le seul puisque Trae Young, certes plombé par la saison ratée des Hawks, réalise une superbe « deuxième année » avec 28.9 points, 8.4 passes et 4.3 rebonds. En un an, le meneur d’Atlanta inscrit quasiment 10 points de plus par match. Comme Luka Doncic d’ailleurs et les deux sont tous les deux dans le Top 4 des meilleurs marqueurs de la NBA, et ça, c’est du jamais vu pour des « sophomores ».

1 – Giannis Antetokounmpo
Bilan : Bucks – 32v-6d – 1er à l’Est
Stats : 31 min, 30.2 pts, 12.8 rbds, 5.6 pds, 1.3 int, 1.1 ct, 3.5 bps, 55% tirs, 33% 3-pts, 62% LF

2 – James Harden
Bilan : Rockets – 24v-11d – 3e à l’Ouest
Stats : 38 min, 38.4 pts, 6 rbds, 7.6 pds, 1.8 int, 0.8 ct, 4.7 bps, 46% tirs, 39% 3-pts, 86% LF

3 – LeBron James
Bilan : Lakers – 29v-7d – 1er à l’Ouest
Stats : 35 min, 24.9 pts, 7.9 rbds, 11 pds, 1.3 int, 0.5 ct, 3.7 bps, 49% tirs, 34% 3-pts, 68% LF

4 – Luka Doncic
Bilan : Mavericks – 23v-13d – 6e à l’Ouest
Stats : 33 min, 29.7 pts, 9.7 rbds, 8.9 pds, 1.2 int, 0.2 ct, 4.2 bps, 48% tirs, 33% 3-pts, 81% LF

5 – Anthony Davis
Bilan : Lakers – 29v-7d – 1er à l’Ouest
Stats : 35 min, 27.7 pts, 9.5 rbds, 3.2 pds, 1.5 int, 2.6 ct, 2.4 bps, 51% tirs, 30% 3-pts, 86% LF

Mentions : Jimmy Butler, Nikola Jokic, Kemba Walker, Kawhi Leonard…

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Atlanta Hawks en 1 clic

Dallas Mavericks en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés