Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
Interviews Magazine News

Interview Nicolas Batum : « C’est la mode de défendre en zone »

Vainqueur à Washington, et avant de défier Miami, Charlotte est toujours à la lutte pour la 8e place. Basket USA est allé en discuter avec Nicolas Batum, et on a bien sûr évoqué avec lui l’élimination de son club préféré, le PSG…

Ce soir, les Hornets défient le Heat dans un match ultra important dans la course aux playoffs. Basket USA est allé en discuter avec Nicolas Batum. Les Hornets venaient de dominer les Wizards, et on a aussi évoqué avec lui son passage au poste 4, l’éclosion d’Amine Noua à l’ASVEL et son soutien au PSG.

Nicolas, cette victoire était très importante dans la course au playoffs face à un concurrent direct.

On se devait de gagner. C’était un match très important pour nous et nous avons répondu présent. C’est une équipe qui restait sur quatre victoires de rang à domicile contre de bonnes équipes. Bradley Beal a été très fort, il a mis de gros tirs même s’il a beaucoup tiré, il fait quand même une belle saison. Nous n’avons pas paniqué, on a gardé la tête sur les épaules et on a su mettre des tirs importants en fin de match. Une vraie victoire d’équipe. À nous de garder le cap, c’est important.

Beal est très fort, mais Kemba Walker aussi…

Kemba est un monstre. Il fait une grosse saison. Il est difficile à défendre, son centre de gravité est très bas. Il a un dribble terrible, fort sur ses appuis, un gros stepback. Il fait mal à tous ses vis-à-vis. Quatre ans que je joue avec lui, je ne l’ai jamais vu aussi fort. Il est mature, il a une rage de vaincre avec un énorme cœur.

« TP apporte son calme, sa science du jeu »

Vous avez été dans le dur face à la défense de zone des Wizards. Le très bon passage de Tony Parker au début de 4e quart-temps a fait la différence.

On voit beaucoup d’équipes défendre en zone en NBA, c’est la mode. Je pense que TP a changé les choses. Il apporte tellement de calme, de talent. Ses tirs, sa science du jeu, c’est un vrai plus pour nous. Le coach m’a aussi fait jouer en 4 et je pense que c’est une bonne chose. J’ai commencé la deuxième mi-temps au poste de meneur et j’ai fini 4/5. Je m’adapte. Une belle victoire donc maintenant cap sur Miami.

Justement Miami, c’est un autre grosse match…

Tous les matchs sont importants. Le coach le dit assez souvent : « Ce soir, c’est une finale, c’est le match le plus important de la saison ». C’est encore un concurrent direct, un match qui va être très, très important. C’est à 13 heures, ce ne sera pas simple, mais on peut gagner. Ça va être très intéressant.

Vous évoquiez votre passage au poste 4, une position que vous allez tester en Equipe de France ?

Oui, tout à fait. J’aime bien, c’est une belle option et je pense que Vincent Collet veut la garder en tête. De toute façon, pour aider l’équipe, je suis prêt à jouer à n’importe quel poste.

À ce poste, vous pourriez défier en sélection Amine Noua, votre joueur à l’Asvel ?

Oui, il est très fort. Il fait une grosse saison, c’est une très belle progression. Le coach lui donne confiance, il travaille beaucoup et il a su transformer son jeu. C’est devenu un vrai shooteur à 3-points par exemple.

« Je ne lâcherai jamais le PSG »

Justement, on sait que plusieurs équipes s’intéressent à lui. Peut-il intégrer la NBA dans un futur proche ?

La saison prochaine va être importante pour lui. Il saura où il se situe au niveau européen. Il va devoir bien travailler cet été, savoir où il en est. Il peut devenir un grand joueur et je veux que ce soit chez nous à l’Asvel.

Un dernier mot sur votre autre « club », le PSG… Ça a dû être compliqué pour vous mercredi dernier…

J’ai souffert… C’est dur, mais je sais que je dois continuer à les supporter. J’aime le PSG. Il ne faut pas lâcher. Il manquait Neymar et Cavani, mais ce ne sont pas des excuses : Paris se devait de l’emporter. Mais malgré toutes les désillusions, il ne faut pas lâcher, il faut être encore plus présent. On a la chance en France d’avoir le PSG. On a la chance d’avoir en Ligue 1 un joueur comme Neymar. Le PSG a réussi à garder Mbappé dans ses rangs après son énorme Coupe du Monde. On ne s’en rend pas compte : Mbappé joue en France ! On a dans notre championnat sans doute la future star du foot mondial. Il ne faut pas l’oublier. Certes, ils ont de gros moyens, c’est vrai, mais le Real, le Barca ou Manchester United ne marchent pas avec un petit budget. C’est comme ça. On n’a jamais eu ça en France. Je ne lâcherai jamais le PSG.

Propos recueillis à Washington

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *