Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Héroïque, l’équipe B des Pelicans s’impose à Houston

Sous les yeux d’Anthony Davis et privés de quatre titulaires, les Pelicans l’emportent à la surprise générale sur le parquet des Rockets grâce à un festival de Jahlil Okafor, une défense exemplaire de Jrue Holiday (19 points, 8 passes, 6 rebonds, 6 contres) sur James Harden (37 points à 11/32) et à un plan de jeu parfait d’Alvin Gentry (121-116).

Pour leur premier match depuis l’annonce de la demande de transfert d’Anthony Davis, les Pelicans se présentent à Houston sans leur intérieur vedette mais aussi sans Elfrid Payton, E’Twaun Moore et Nikola Mirotic ! Alvin Gentry utilise son vingtième cinq de départ différent en titularisant le rookie Frank Jackson.

Houston démarre fort

Les Rockets n’ont cependant aucune pitié pour leur adversaire. Trois tirs primés d’Eric Gordon, suivi d’un quatrième de James Harden sur une passe décisive de Chris Paul (10 points, 9 passes), leur donnent déjà dix points d’avance (24-14). Malgré l’adresse extérieure des Texans, les Pelicans s’accrochent comme ils peuvent dans le sillage de Jrue Holiday et de Jahlil Okafor. Après avoir encaissé 33 points lors des neuf premières minutes, ils terminent ce premier quart temps sur un 7-2 pour rester en embuscade (35-28).

Si un 2+1 de Kenneth Faried (19 points, 11 rebonds) porte l’écart à +13, les hommes d’Alvin Gentry parviennent à s’accrocher en jouant grand face au small ball des Rockets. La présence de Jahlil Okafor force en effet Houston à venir aider à l’intérieur, permettant à Ian Clark de faire mouche de loin pour garder les siens à -8 (57-49). Le retour sur le terrain de James Harden change toutefois la donne. Dans son sillage, les locaux appuient sur l’accélérateur pour repousser les Pelicans dans les cordes mais ses derniers continuent de se battre. En décidant de trapper Harden sur pick & roll et grâce à une superbe défense d’Holiday sur le MVP, ils gardent Houston muet lors des trois dernières minutes de la mi-temps et rentrent aux vestiaires sur un 8-0 pour rester à sept longueurs (66-59).

Jahlil Okafor s’amuse dans la raquette de Houston

Alors que les Rockets courent après leur adresse, les Pelicans continuent d’insister dans la raquette. Okafor, puis Darius Miller ramènent ainsi leur équipe à -4 (78-74). Les hommes en rouge ne s’arrêtent pas en si bon chemin. Sur un pick & roll exécuté à la perfection, Okafor monte au dunk tout en provoquant la faute. Dans la foulée, les Pelicans prennent même l’avantage alors que leur adversaire termine le quart temps à 8 sur 26 aux tirs. Derrière les neuf points d’Okafor dans cette période, La Nouvelle-Orléans compte trois points d’avance (94-91).

Outre la domination d’Okafor dans la raquette et la défense besogneuse de Jrue Holiday sur James Harden, les Pelicans reçoivent des contributions de tous leurs joueurs. 15 points pour Ian Clark, 10 points et 10 passes pour Tim Frazier, ou encore les 16 rebonds du rookie non drafté, et peu utilisé cette saison, Kenrich Williams ! Si Austin Rivers garde les Rockets à une possession, la défense texane continue d’offrir des boulevards vers le cercle. À l’image de Jrue Holiday qui conclut un 14-4 des Pelicans en marquant trois lay-ups de suite, les visiteurs sont à ce moment du match à 18 sur 20 dans la raquette en deuxième mi-temps (114-102) !

Jrue Holiday en patron

Avec moins de quatre minutes à jouer, Houston tente alors le tout pour le tout en bombardant à 3-points. Après avoir commencé le match à 8 sur 13 de loin, ils ne convertissent cependant que 25% de leurs 43 dernières tentatives. La fébrilité des Pelicans, qui perdent sept ballons dans ce dernier quart temps et ratent trois lancers dans les 25 dernières secondes, leur donne toutefois une opportunité de hold-up. Harden mène alors un 14-5 qui réduit l’écart à trois petits points (119-116) !

Avec six secondes à jouer, Jrue Holiday prend alors ses responsabilités. Le meneur ne tremble pas sur la ligne de réparation pour offrir une victoire inespérée à son équipe et une soirée de répit aux fans de la Big Easy qui en huit jours avaient vu les Saints être privés de Superbowl sur une grossière erreur d’arbitrage suivi de la demande de transfert d’Anthony Davis.

Quant à James Harden, il devient le premier joueur depuis Michael Jordan en mars 1987 à marquer plus de 600 points sur un mois. Maigre consolation après cette défaite…

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

New Orleans Pelicans en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés