Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

La défense des Spurs étouffe les Pelicans

Grâce aux 26 points de DeMar DeRozan et à un bel effort défensif, les Spurs n’ont fait qu’une bouchée des Pelicans pour engranger une quatrième victoire de suite (109-95). Dans le duel d’All Stars à l’intérieur, c’est LaMarcus Aldridge (22 points, 12 rebonds, 6 passes) qui a pris le meilleur sur un Anthony Davis (17 points, 8 rebonds, 5 contres) toujours hors de rythme. Si Jrue Holiday (29 points, 8 passes) et Nikola Mirotic (22 points, 16 rebonds) n’ont pas grand chose à se reprocher, les Spurs ont eux pu compter sur 44 points du trio Patty Mills – Dante Cunningham – Marco Belinelli.

Les Pelicans se cassent le bec sur Fort Alamo

Dans le sillage d’Anthony Davis, de retour après avoir manqué le dernier match, les Pelicans surprennent les Spurs avec un 11-2 lors des premières minutes du match. Un temps mort de Gregg Popovich  remet cependant les Texans en ordre de marche et comme souvent depuis son arrivée à San Antonio, c’est DeMar DeRozan, bien épaulé par LaMarcus Aldridge, qui prend les choses en mains. Derrière leurs deux leaders, les Spurs terminent le quart-temps sur un 14-0 pour totalement inverser la vapeur (24-17) !

C’est Nikola Mirotic qui met fin à plus de cinq minutes de disette pour les hommes d’Alvin Gentry, qui comptent également déjà sept pertes de balle. Le réveil des Pelicans est toutefois de courte durée avant une nouvelle période de mutisme. Face à la défense agressive des Spurs, ils restent quatre nouvelles minutes sans marquer alors que l’ancien Pelican, Dante Cunningham, lance un 12-0 qui repousse La Nouvelle-Orléans à -19 (48-29) ! Malgré leur belle avance, les Spurs ne tournent qu’à 45% de réussite mais comptent 17 tentatives de plus que leur adversaires. Si Jrue Holiday a beau se démener, l’écart ne diminue pas avant la pause (58-39). Présent dans la salle, Manu Ginobili apprécie lui le spectacle de son ancienne équipe.

Trop peu, trop tard pour La Nouvelle-Orléans

Au retour des vestiaires, les Pelicans parviennent enfin à limiter leur pertes de balle et le trio Holiday – Davis – Mirotic arrive à trouver du rythme pour rester en embuscade (64-50). Seul problème, leur défense est beaucoup trop inattentive pour espérer mettre la pression sur les Spurs. Que ce soit une faute de Davis sur un tir primé de Mills, Ian Clark qui oublie l’Australien lui offrant trois nouveaux points, ou DeRozan qui bénéfice d’un 2+1, San Antonio contrôle sans forcer et prend même 20 points d’avance (78-58). Aux côtés d’Anthony Davis et Nikola Mirotic, c’est de nouveau Jrue Holiday qui tient alors son équipe à bout de bras pour finir le quart-temps mais l’écart reste conséquent (87-68).

Holiday continue toutefois d’insister et alors que les Spurs baissent leur garde, le meneur lance un 15-4 qui ramène les Pelicans à -10 avec cinq minutes à jouer (95-85) ! Si DeRozan, le pompier de service de Popovich, enchaine les tirs à mi-distance pour stopper l’hémorragie, Anthony Davis et Nikola Mirotic viennent prendre le relais d’Holiday pour confirmer le bon passage des Pels et faire passer l’écart sous la barre des dix points (102-94).

La Nouvelle-Orléans a l’occasion de revenir encore plus près mais un 0 sur 2 aux lancers-francs de Julius Randle, qui termine la rencontre 4 sur 12 sur la ligne, permet aux Spurs de tuer le match grâce à cinq points de Marco Belinelli (107-94). C’est la 4e victoire de rang des Spurs, beau 3e de la conférence Ouest.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés