Pariez en ligne avec Unibet
  • LA 2.21GOL1.65Pariez
  • IND2.25MIL1.62Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Les joueurs et coachs NBA inquiets après l’élection de Donald Trump

trumpAprès avoir attendu, comme la plupart de leurs concitoyens, le résultat final de cette longue soirée d’élection, les joueurs NBA ont réagi sur les réseaux sociaux pour exprimer des réactions assez semblables : entre crainte et désarroi !

La Maison Blanche boycottée ?

Ainsi que l’annonçait Jalen Rose sur le plateau d’ESPN, les joueurs NBA n’iront peut-être jamais à la Maison Blanche pendant la présidence de Donald Trump. La raison en est simple : le nouveau président des Etats-Unis a maintes fois exprimé son irrespect pour les minorités ethniques, de quelque couleur qu’elle soit… Forcément, un message qui ne passe pas dans une des ligues les plus internationales et les plus multiculturelles du monde !

Les Clippers avaient déjà manifesté leur désapprobation concernant le terme de « discussion de vestiaire » pendant les débats, mais une des réactions les plus touchantes nous vient directement de JR Smith. Le même JR Smith qui était l’autre soir à Cleveland aux côtés de LeBron James et Hillary Clinton. Dans ce bastion des Républicains, les deux joueurs des Cavs pensaient bien pouvoir influencer le résultat du vote dans l’Ohio… mais en vain !

« Comment expliquer à ce visage ce qui s’est passé ? » lance un JR Smith au fond du trou sur Instagram, en évoquant sa fille. « Tu peux être une femme éduquée dans ton domaine et ne pas obtenir de travail parce que tu es une femme ou parce que tu es noire ? Comment dire « fais de ton mieux » même si on sait que ça ne suffira pas ? Comment même me sentir en confiance pour l’envoyer jouer avec des amis quand je sais que ces familles ont voté pour une personne raciste et sexiste et que je ne sais pas comment elle sera traitée quand je ne serai pas là ? Comment ? Sérieusement comment je fais ? »

jr-instaD’autres, tel DeMar DeRozan, préfère carrément éluder le sujet. Trop douloureux visiblement.

« Ah, non, je ne vais pas en parler. Pas question ! » affirme l’arrière dans le Sun. « C’est une parodie, une vaste blague… »

À ses côtés, Kyle Lowry a aussi longtemps hésité avant de finalement donner quelques éléments de réponse. Et le meneur All Star des Raptors semble plus optimiste malgré tout.

« Ce n’était clairement pas mon choix… Les sportifs et les célébrités à travers le monde, et surtout en Amérique, doivent prendre la parole. On a beaucoup de fans qui nous suivent, des enfants qui nous prennent comme modèle. On comprend tout ça et il faut l’utiliser à bon escient. [Cette élection] va continuer à stimuler la conversation. »

Lecteur de Nietzsche ou encore du Economist et du Wall Street Journal, le vétéran David West a également été interrogé sur la signification de cette élection. Et forcément, le joueur des Warriors (qui roule par exemple toujours avec une Lexus achetée avant sa draft en 2003) n’était pas très réjoui du résultat final.

« Tout ce conte de fées comme quoi Barack Obama a réussi à créer une société utopique post-raciale, c’est de la m**** ! Ce pays n’a pas changé d’un iota », conclut-il. « Beaucoup de choses que [Trump] a déclarées publiquement, il s’avère qu’une majorité de la population de ce pays le pense en privé. Il leur a donné le courage [de voter pour lui] parce qu’il peut se permettre de dire ce genre de choses. C’est déconcertant et troublant… Ce gars-là a 70 ans et il ne va plus changer maintenant. C’est juste honteux que, pendant toute ce processus, beaucoup de ces gens [qui ont voté pour Trump] se cachaient et ont attendu l’anonymat du vote pour montrer qui ils sont vraiment. »

Stan Van Gundy remonté comme un coucou !

La réaction la plus virulente nous est venue de Stan Van Gundy. Celui qui proposait, lors d’un temps mort devenu mythique, de « construire un p***** de mur » pour bloquer l’attaque adverse à quelques secondes du buzzer final, était visiblement très remonté contre ses concitoyens qui semblent eux acquis à l’idée de construire un mur sur la frontière mexicaine…

« Je suis abasourdi de voir notre pays à ce point-là, ayant choisi un gars qui – je me fiche de ce que les gens peuvent évoquer comme raisons pour voter pour Donald Trump – est ouvertement et effrontément raciste, misogyne et ethnocentrique, et de voir que le pays est d’accord avec ça. On vient tout simplement de jeter une grosse partie de notre population aux lions et l’équipe était sous le choc, je l’ai vu. »

SVG n’a jamais eu sa langue dans sa poche mais il a énormément de choses à dire. Il en avait gros sur la patate…svg-pistons-1

« On vient d’élire un président ouvertement et effrontément misogyne et on devrait la fermer par rapport au reste du monde, parce qu’on n’a aucune leçon à donner », s’emporte Stan Van Gundy dans une diatribe de plus de six minutes rapportée par la Free Press. « C’est vraiment la honte ! J’ai déjà eu honte de certaines choses qui se sont passées dans ce pays, mais c’est la première fois que j’ai vraiment honte de notre pays. Pour moi, ça dépasse la politique. (…) C’est incroyable de voir qu’en tant que pays, on vient de dire que les gens de couleur, les latinos, les femmes, ne méritent pas le respect, ne méritent pas un traitement équitable. On devrait avoir honte de ce que les Etats-Unis représentent. »

À croire que les Etats-Unis sont définitivement le pays de tous les extrêmes… et de toutes les contradictions.

« J’ai vu que les chrétiens conservateurs ont massivement voté pour lui. Les chrétiens évangélistes. Je ne suis pas quelqu’un de religieux mais quelle Bible avez-vous lu ? Je suis très sérieux avec cette question : quelle Bible vous lisez ? (…) Vous êtes censés représenter une référence morale dans notre société et vous venez de dire que c’est OK de parler aux femmes comme ça. Il peut dénigrer chaque groupe ethnique et c’est accepté… Je n’y comprends plus rien. »

Steve Kerr : « Un débat présidentiel qui tourne au Jerry Springer Show »

Informé du coup de gueule retentissant de son confrère des Pistons, Steve Kerr a également eu son mot à dire.

« Je pense que Stan a eu du courage de dire ce qu’il a dit », nous a confié le coach des Warriors. « J’imagine que beaucoup d’entre nous ressentent la même chose. Pour moi, la plus grosse déception avec cette élection, ça a été le niveau de langage. Il devrait y avoir un minimum de respect et de dignité dans les discours et les débats. Mais tout ça a été jeté par la fenêtre ! On aurait probablement dû prévoir ça avec ce qui s’est passé ces dix dernières années. Quand on observe notre société, on constate qu’on paye certaines personnes des millions de dollars pour aller à la télé et hurler des trucs pour le sport, la politique et les divertissements. Ça a clairement pris le pas en politique aussi. »

Dégoûté par le niveau d’inculture du candidat Trump, coach Kerr a également été particulièrement touché par la réaction de son propre entourage. Et par suite, de ses joueurs, manifestement très affectés.steve-kerr-2-1

« Maintenant, on est dans la situation où l’homme qui va nous diriger utilise de manière routinière des termes insultants, racistes et misogynes. C’est vraiment difficile. Je lui souhaite bonne chance, j’espère qu’il sera un bon président… mais je n’ai aucune idée de ce qu’il fera sachant qu’il n’a jamais rien dit de concret. On n’en sait rien. C’est difficile en tout cas parce que je vois ma femme et ma fille qui ont été insultées par ses commentaires. Et elles sont affolées. Ensuite, j’arrive dans le vestiaire et je vois mes joueurs dans le même état, car ils ont été eux directement insultés en tant que minorités. C’est vraiment choquant ! »

La déception est en tout cas immense, surtout pour les Californiens, bastion du camp démocrate.

« On en a parlé entre nous ce matin. Je ne sais pas trop quoi dire de plus. Tout ça nous laisse un peu dégoûtés et déçus. Je pensais qu’on était meilleur que ça. Je pensais que le Jerry Springer Show était le Jerry Springer Show. Quand j’ai vu le dernier débat, Trump attaquait Clinton et on pouvait entendre des ‘booo’ et des ‘oh, non il a osé!’… C’est un débat présidentiel, pas le Jerry Springer Show. Je m’excuse, c’est ma diatribe. Je suis vraiment déçu de ce manque de respect et de dignité. Mais c’est comme ça… »

Et sinon, sur la Twittosphère…

https://twitter.com/boogiecousins/status/796257268501098497

Une petite note d’humour de la part de Joel Embiid… et Kevin Séraphin !

Réalisé avec la collaboration de Melvin Karsenti

Propos de Steve Kerr, recueillis à Oakland

Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires