News Résumé

Au terme d’un Game 7 déjà légendaire, les Clippers éliminent les Spurs, champions en titre !

May 2, 2015; Los Angeles, CA, USA; San Antonio Spurs guard Tony Parker (9) and Los Angeles Clippers guard Chris Paul (3) in the first half of game seven of the first round of the NBA Playoffs at Staples Center. Mandatory Credit: Jayne Kamin-Oncea-USA TODAY SportsTouché aux iscio-jambiers en premier quart-temps, Chris Paul est allé au plus profond de lui-même pour arracher ce Game 7 au bout du suspense et permettre aux Clippers de s’imposer (111-109) face aux Spurs, champions en titre. En ce soir de « combat du siècle », cet ultime duel entre les Clippers et les Spurs aura tenu toutes ses promesses. Si la performance de Blake Griffin, en triple-double (24 points, 13 rebonds, 10 passes) a été exceptionnelle, c’est bien Chris Paul (27 points, 9/13 au tir) qui a sorti son équipe d’affaire en trouvant la mire à une seconde du buzzer. Les Texans, emmenés par un grand Tim Duncan (27 points, 11 rebonds), pourront regretter leurs nombreuses occasions gâchées dans le jeu de transition. Mais la légende est ainsi faite et le « Big Three » de Gregg Popovich ne réalisera certainement jamais son « Repeat ».

Une première alerte pour Chris Paul

Les stars sont au rendez-vous d’entrée dans ce match à l’ambiance électrique. Le trio Parker-Leonard-Duncan donne le ton et permet aux Spurs de prendre les devants (11-19). En face, pour épauler le duo Paul-Griffin, étincelant dans cette série, c’est Matt Barnes qui sort du chapeau de Doc Rivers. L’ancien Magic score 10 points dans le premier quart pour faire revenir les locaux à la faveur d’un 9-0 conclu par un tir à mi-distance du revenant Glen Davis, acclamé par le Staples Center lors de sa rentrée.

Les rotations payent tout de suite pour LA, alors que Manu Ginobili et Boris Diaw ratent leur entrée. Sur un ballon perdu par Babac, Chris Paul s’en va marquer à trois points en transition mais se tient l’arrière de la cuisse gauche. C’est le premier tournant du mach, alors que CP3, obligé de retourner sur le banc, se tient la tête à deux mains. Jamal Crawford relance les siens, mais Patty Mills puis Boris Diaw, de loin, redonnent l’avantage à San Antonio (28-30).

Le dernier mot pour Boris Diaw

Au début du deuxième quart, coach Pop opte pour le small-ball, avec Tiago Splitter seul en tour de contrôle dans la raquette, puis en faisant confiance à Boris Diaw et… Danny Green à l’intérieur. Un choix payant qui donne l’occasion aux Texans de continuer de faire la course en tête.

Los Angeles ne s’affole pas pour autant. Chris Paul revient dans l’arène, DeAndre Jordan gobe un rebond après un raté de Jamal Crawford et avec l’aide de Blake Griffin, toujours survolté, les Clippers tiennent bon. À son retour, «Dream Tim » Duncan met l’ailier fort angelino hors course en le forçant à commettre sa troisième faute après un panier + la faute. Jamal Crawford reprend alors le relais mais c’est encore Boris Diaw qui à le dernier mot, concluant la première mi-temps par un shoot ouvert, à trois points en tête de raquette, pour ramener les Texans dans une fin de 2e quart saupoudré de « Hack-a-Jordan » alors que l’atmosphère devient de plus en plus pesante (55-57).

Tony Parker et Manu Ginobili attaquent, Chris Paul répond

Los Angeles passe la seconde au retour des vestiaires alors que Chris Paul se rassure en plantant deux paniers à trois points. Les Spurs haussent le ton en défense et retrouvent eux aussi de l’adresse extérieure grâce à Danny Green. JJ Redick dans un fauteuil, de loin, et Blake Griffin offrent le plus gros avantage du match aux Clippers (70-64), mais au pire des moments, le chef d’orchestre californien se touche à nouveau la cuisse gauche. Sa douleur à l’ischio le rappelle à l’ordre, et forcément, c’est Tony Parker qui en profite en scorant par trois fois. Le Français enquille un lay-up en contre-attaque, un tir dans le trafic et un face à face remporté en isolation contre Chris Paul pour égaliser à 72-72.

Les Spurs sont de retour, et leur QI basket aussi, à l’image du drive de Boris Diaw et de la roublardise de Manu Ginobili qui se paye le fiston Rivers pour s’offrir trois lancers à 7 secondes de la fin (76-78). Les Spurs sont devant, mais c’est sans compter la détermination de Chris Paul qui, même amoindri, parvient à envoyer un trois points au buzzer qui fait rugir l’assistance. Los Angeles repasse devant d’une longueur (79-78) et la saison de ces deux formidables équipes va donc se jouer sur les 12 dernières minutes.

Le « small ball », l’ultime coup de Gregg Popovich

CP3 score son cinquième panier à 3 points de la rencontre en début de quatrième quart mais c’est bien San Antonio qui aborde le mieux le chemin qui mène au sprint final. Après Patty Mills, Manu Ginobili se met au niveau derrière l’arc. Kawhi Leonard gâche un nouveau panier en transition, qui profite à Matt Barnes, envoyé au dunk par Blake Griffin (15-2 sur les points en transition pour LA à ce moment de la rencontre). Boris Diaw répond à la marque et en défense, poussant Blake Griffin au marcher. Le mastodonte angelino ne se décourage pas pour autant et file arracher le 2+1 pour remettre LA devant (91-89). Pour le stopper, Gregg Popovich opte à nouveau pour le small ball, en remettant Kawhi Leonard en poste 4. Un choix qui paye là encore car après un second trois points de Manu Ginobili, c’est Danny Green qui profite de la défense au large de Blake Griffin pour finir près du cercle, avec la faute (91-95). Tim Duncan, servi par ses têtes chercheuses Manu Ginobili et Boris Diaw, maintient le cap par deux fois, mais JJ Redick aligne deux missiles qui lancent un money-time de folie.

Chris Paul héros, les Clippers en demi par la grande porte

Présents au rebond offensif, Kawhi Leonard et Tim Duncan restent dans le coup, tandis que Tony Parker, puni par Matt Barnes à 3 points après un floater manqué, se rachète en suivant au rebond offensif (le 9e du quart-temps pour les Spurs), pour redonner deux longueurs d’avance à San Antonio (105-107). Insensible à la pression, Jamal Crawford égalise, et alors que le tir de Kawhi Leonard, pas dans un grand soir, reste court. Chris Paul se charge alors de la sanction en exécutant Danny Green à la dernière seconde, pour le plus grand plaisir du président Ballmer.

Une victoire qui restera dans les annales pour les Clippers et pour Chris Paul, qui a dû repousser ses propres limites pour sortir le champion en titre. Après avoir grandi dans l’ombre de Tony Parker, mais aussi de Tim Duncan, issu de la même université que lui (Wake Forest), le meneur rejoint les demi-finales de la conférence Ouest par la grande porte pour y retrouver les Rockets de Houston, d’autres Texans au sang chaud. Pour un nouveau combat qui débute dès ce lundi…

LA Clippers / 111 Tirs Rebonds
Joueurs Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts Eval
M. Barnes 28:27 7/13 3/8 0/1 1 4 5 1 4 2 0 2 17 20
B. Griffin 40:25 7/14 0/0 10/11 1 12 13 10 4 0 4 0 24 35
D. Jordan 34:26 2/2 0/0 3/9 3 11 14 2 2 1 1 1 7 18
J. Redick 41:50 5/11 4/7 0/0 0 3 3 3 4 1 1 1 14 15
C. Paul 37:01 9/13 5/6 4/4 0 2 2 6 1 2 1 1 27 33
J. Crawford 31:37 7/15 2/5 0/0 0 2 2 3 2 0 4 0 16 9
G. Davis 10:52 3/5 0/0 0/0 1 2 3 0 2 0 1 2 6 8
A. Rivers 12:20 0/3 0/1 0/0 1 0 1 1 1 0 0 0 0 -1
H. Turkoglu 2:38 0/0 0/0 0/0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0
D. Jones 0:24 0/0 0/0 0/0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Total 240 40/76 14/27 17/25 7 36 43 26 21 6 12 7 111 137
San Antonio / 109 Tirs Rebonds
Joueurs Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts Eval
K. Leonard 33:19 5/13 1/4 2/2 2 8 10 1 4 0 1 0 13 15
T. Duncan 37:17 11/16 0/0 5/8 4 7 11 1 3 0 0 0 27 31
T. Splitter 21:59 2/3 0/0 1/3 0 3 3 1 2 2 0 1 5 9
D. Green 34:54 6/12 3/7 1/1 2 6 8 3 4 2 0 5 16 28
T. Parker 33:40 10/21 0/1 0/0 1 4 5 5 3 1 3 0 20 17
B. Diaw 26:40 5/11 2/3 0/1 3 1 4 3 1 0 3 0 12 9
M. Ginobili 18:21 2/5 2/4 2/3 0 2 2 7 3 1 2 0 8 12
P. Mills 15:37 2/6 2/4 0/0 1 0 1 1 0 1 0 0 6 5
M. Belinelli 18:12 0/2 0/2 2/2 0 2 2 4 3 0 1 0 2 5
M. Bonner 0:01 0/0 0/0 0/0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Total 240 43/89 10/25 13/20 13 33 46 26 23 7 10 6 109 131
Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *