NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
DAL
BOS2:30
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Preview Playoffs 2015 : Houston Rockets (2) – Dallas Mavericks (7)

1_houston_dallasCe fut dur et arraché lors de la dernière journée mais Houston est parvenu à remporter la Southwest division, obtenant par la même occasion l’avantage du terrain pour ce premier tour. Cette saison, les Rockets ont tenu leur rang, malgré les nombreuses blessures dont fut victime l’effectif, à commencer par Dwight Howard. Face à eux, Dallas tentera de dépasser le premier tour pour la première fois depuis le titre de 2011. La saison ne fut pas de tout repos non plus dans l’univers impitoyable de la ville texane, avec une refonte majeure de l’effectif pour obtenir Rajon Rondo. Les résultats sont pour le moment décevants (14-13 depuis le All-Star break). Malgré les difficultés, l’équipe de Rick Carlisle finit avec 50 victoires pour la 14e fois de son histoire. En dépit de ces états de forme différents, ce derby texan peut faire bien des étincelles, d’autant que Dallas tenait à jouer Houston…

Meneurs de jeu

En l’absence de Patrick Beverley (blessé au poignet gauche), Jason Terry a pris le relais à la mène. Shooteur par excellence (39% cette saison), Jason Terry offre la possibilité d’écarter le jeu mais à 37 ans, il ne peut plus apporter autant que par le passé. James Harden omniprésent dans la création du jeu, les lacunes de ce poste en attaque sont en grande partie compensées. En revanche, c’est en défense que cela coince. Sur le mois d’avril, Houston concède 22,2 pts par match sur 48 min (18e) à 44,2% (20e) sur ce poste. Malheureusement, ils devront faire face à une armada de meneurs avec des profils différents. Malgré ses difficultés, Rajon Rondo apporte énormément en défense. Même si ses derniers playoffs remontent à trois ans, le champion 2008 a toujours élevé son niveau à cette période de l’année.

Sauf miracle et retour prématuré de Patrick Beverley, les Mavericks prennent l’avantage sur cette position. Cependant, Jason Terry a déjà montré par le passé son goût pour les joutes des playoffs. Dallas devra faire attention à ses coups de chaud.

Avantage Dallas

Extérieurs

En lice pour le trophée de MVP, James Harden s’est imposé comme le meilleur arrière de ligue et tout simplement, l’un de ses meilleurs joueurs. Inarrêtable en attaque (27,4 pts à 37,5% à trois-points, 8,8 lancers-francs inscrits par rencontre), de plus en plus complet (5,7 rbds, 7 pds, 4 triple doubles), l’arrière texan a porté son équipe tout au long de la saison. Plus concerné en défense, il devra s’occuper du cas Monta Ellis. Encore gêné par son mollet, l’arrière de Dallas est néanmoins bien revenu contre Portland. All-Star oublié cette saison, le feu-follet devra se montrer à son meilleur niveau. Si c’est le cas, James Harden devrait déléguer la tâche défensive à Trevor Ariza. Inconstant, ce dernier a néanmoins la faculté d’alterner drive et jeu en périphérie. Malheureusement pour Dallas, Chandler Parsons s’est blessé au plus mauvais moment (inflammation au genou droit) et a manqué les six derniers matchs. Qualifié « d’ennemi » par Dwight Howard, l’ailier texan devrait recevoir un traitement de faveur par son ancienne équipe. Or, sa condition devrait être trop précaire pour y répondre.

Avantage Houston

Intérieurs

Enfin de retour (41 matchs manqués), Dwight Howard a montré un état de forme très satisfaisant. Limité à juste titre dans son temps de jeu par Kevin McHale, le pivot s’est montré particulièrement efficace en dépit de son faible temps de jeu (15,2 pts à 67%, 9,8 rbds et 1,2 ct en 23 min en avril). Sa présence apporte un point de fixation précieux, ainsi qu’une force de dissuasion non négligeable, d’autant qu’avec Terrence Jones aux basques d’un Dirk Nowitzki toujours au large, Houston a besoin de protection du cercle. Toujours efficace, l’ailier-fort des Rockets aura pour tâche d’agresser l’Allemand avec sa vitesse. En forme selon ses dires, Dirk Nowitzki portera beaucoup sur ses épaules. Avec les pépins de Monta Ellis et Chandler Parsons, le futur Hall of Famer est appelé à prendre un rôle plus conséquent. Il en a l’habitude mais physiquement, ce pourrait être plus compliqué. Malgré son avantage de taille sur ses adversaires directs, l’Allemand devra faire face à des petits ailiers, plus vifs et athlétiques, un profil qu’il n’apprécie pas. Ainsi, lors des quatre matchs contre Houston cette saison, il a failli (14,5 pts à 39,6%). Heureusement, Tyson Chandler est en forme (13 pts à 75,6%, 12,7 rbds et 1 ct). Cependant, le pivot n’a plus le même impact défensif qu’auparavant. Si Dwight Howard le travaille bien, en plus de la percussion en provenance des ailes, le vétéran s’usera vite.

Avantage Houston

Les bancs

À la mène, Dallas présente une profondeur sans égal. Devin Harris sort d’un excellent mois dans son rôle d’energizer (8,7 pts à 53% en 19 min), à l’instar de J.J Barea (8,1 pts et 4,1 pds). De plus, ce bon vieux Raymond Felton monte clairement en régime (9,4 pts à 51,3%, 3,4 pds ce mois-ci). À 37 ans, Pablo Prigioni est toujours un excellent gestionnaire mais ses lacunes au tir et défensives sont inquiétantes. L’Argentin va souffrir face aux mobylettes de Dallas.

Sur les ailes, la contribution de Corey Brewer en sortie de banc est très bénéfique aux Rockets (11,9 pts et 3,6 rbds en 26 min). Efficace en percussion, ainsi qu’en défense, il peut aussi soulager James Harden que Trevor Ariza. Quant à Josh Smith, en faillite aux tirs, (38,9% aux tirs), il devra compenser par son apport défensif et un jeu plus près du cercle. Enfin, les apports ponctuels de Kostas Papanikolaou, Joey Dorsey, Nick Johnson et même Clint Capela sont autant d’options dont doit se servir Kevin McHale pour apporter de la fraîcheur.

À Dallas, en dehors des meneurs, c’est plus compliqué. Chandler Parsons blessé, Richard Jefferson peut combler quelques brèches mais à 34 ans, le vétéran ne peut faire de miracles. Dans l’impact physique, en transition ou dans la raquette, Al-Farouq Aminu peut apporter beaucoup mais là encore, il aura du répondant. Outre Josh Smith, la raquette des Rockets va souffrir de la perte de Donatas Motiejunas (dos), un atout majeur cette saison. En face, Amar’e Stoudemire livre une très belle saison sous l’uniforme des Mavs. Son expérience et sa densité physique peuvent faire mal aux Rockets mais à 32 ans, l’intérieur n’a plus l’endurance d’antan. Sur de courtes séquences, Charlie Villanueva peut aussi déverrouiller la défense adverse mais le trentenaire est un pari à ce niveau.

Houston

Les coaches

Parmi les meilleurs techniciens de la ligue, Rick Carlisle n’a pas livré la meilleure saison de sa carrière. En difficulté avec l’arrivée de plusieurs nouveaux joueurs (Chandler Parsons en début de saison, Rajon Rondo), le sosie officieux de Jim Carrey n’a pas réussi à installer une stabilité défensive. Si ses schémas offensifs sont toujours excellents, les Mavs ont perdu beaucoup en raison de leur laxisme de l’autre côté du terrain. En face, Kevin McHale a surpris cette saison. Souvent décrié pour la monotonie de ses systèmes, l’entraîneur des Rockets a su tirer la quintessence d’un effectif constamment diminué. Parmi les meilleures défenses de la ligue, Houston en impose.
Certes capable de faire douter les plus grandes équipes (cf. San Antonio l’an passé), Rick Carlisle n’a cependant plus de marge sur son adversaire, bien plus entreprenant et rigoureux que par le passé.

Égalité

La clé de la série

La santé. Dwight Howard est toujours gêné par son genou, et les Rockets ont perdu deux joueurs majeurs avec Patrick Beverley et Donatas Motiejunas. À Dallas, ce n’est guère plus rassurant, notamment pour Chandler Parsons. La gestion des rotations sera donc un point crucial pour optimiser les chances de victoire, d’autant que les playoffs nécessitent une grosse défense, le secteur le plus fatigant pour les organismes. À ce titre, Houston paraît avoir une longueur d’avance.

Saison régulière (Houston 3-1)

22 novembre : Houston – Dallas 95-92

28 janvier : Houston – Dallas 99-94

20 février : Dallas – Houston 111-100

2 avril : Dallas – Houston 101-108

Statistiques

Houston
Dallas

Verdict

Même si les Rockets mènent trois victoires à une en saison régulière, l’écart moyen de ces confrontations est très faible. Hormis à la mène, Houston a l’avantage de ne présenter aucune faiblesse. Pour Dallas, la difficulté sera de maintenir un niveau de jeu aussi exigeant en attaque qu’en défense. La raquette des Mavericks est loin d’être une forteresse et si Chandler Parsons peine physiquement, l’aide défensive va cruellement manquer. Aussi, Dirk Nowitzki et ses coéquipiers ont souvent le défaut de se laisser aller en seconde période. Offensivement, les deux équipes présentent toutes deux de nombreuses qualités mais là encore, Dallas a besoin d’un Monta Ellis et d’un Parsons à leur meilleur niveau pour créer de l’alternance dans le jeu. Cela fait beaucoup d’incertitudes, en plus du désavantage du terrain, pour créer la surprise.

Houston 4-2

Calendrier

Game 1 – Samedi 18 avril : Houston – Dallas, 3h30
Game 2 – Mardi 21 avril : Houston – Dallas, 3h30
Game 3 – Vendredi 24 avril : Dallas – Houston, 1h00
Game 4 – Dimanche 26 avril : Dallas – Houston, 3h30
Game 5* – Mardi 28 avril : Houston – Dallas
Game 6* – Jeudi 30 avril : Dallas – Houston
Game 7 – Samedi 2 mai : Houston – Dallas

Votre pronostic

[poll id= »270″]

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités

Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *