NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
IND40
OKC31
PHI29
CLE24
MIA6
DET0
CHI
NYK2:00
UTH
BRO3:00
DEN
ATL3:00
PHO
LAL3:00
SAC
POR4:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • MIA1.21DET4.4Pariez
  • CHI1.38NEW3.1Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

L’humeur du dimanche : pourquoi la March Madness est excitante

au-rebondVoilà, c’est parti ! Le tournoi final NCAA a débuté jeudi et la folie du mois de mars a déjà frappé. Northern Iowa a éliminé samedi dès le deuxième tour Kansas, le grand favori du tournoi. C’est le genre d’”upset”, comme disent les Américains, qui marquent depuis toujours un tournoi auquel participent les meilleures équipes universitaires du pays. Les rencontres sont à élimination directe et c’est ce qui rend la chose excitante. Les matches au sommet deviennent des guerres de tranchée et dans un bon jour, une petite équipe peut éliminer l’un des cadors de la compétition. Parfois, celle-ci réalise même plusieurs exploits à la suite et son parcours reçoit alors l’attention de tous les États-Unis.

J’ai eu la chance de vivre sur place l’un de ces contes de fée. Je vivais à Washington en 2006 lorsque la petite fac de George Mason, située à quelques kilomètres au sud de la capitale américaine, réussit à rejoindre le Final Four en battant quatre fois de suite des équipes mieux classées qu’elle, dont Connecticut, l’équipe numéro 1 du pays à l’époque. Je ne suis pas un grand fan du basket NCAA, mais lorsque vient le tournoi final, cela change.

Car c’est bien ça le plus excitant dans la March Madness, l’engouement des gens et notamment des Américains. Ils sont chaque année des millions à se passionner pour un tournoi qui ravive chez eux l’attachement à leur ancienne fac. Devenus fans à nouveau l’espace de quelques semaines, ils s’en vont suivre le parcours de leur équipe fétiche, de préférence dans un bar, pour l’ambiance, mais aussi pour retrouver les supporteurs adverses et s’amuser des rivalités, comme celle entre Duke et North Carolina.

Et si les bars sont chauds durant les matches, cela n’est rien en comparaison avec l’ambiance qui règne dans les salles. Elle y est des plus ahurissantes ! Les fans assistent aux rencontres dans un état de transe, souvent déguisés et le visage peint aux couleurs de leur équipe. Mais les débordements sont rares et ce qui se passent parfois dans les tribunes des stades de foot européens n’a pas sa place dans les salles de basket universitaires. Je me souviens encore d’un déplacement en bus que j’avais fait avec les fans de Georgetown pour un match à la Naval Academy. Rien à voir avec le car des supporteurs du PSG, vous pouvez me croire…

Mais ce qui me plaît par dessus tout dans le tournoi NCAA, [lire la suite sur Au rebond]

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés