Les blogs de la rédaction

All-Star Game : où sont passés les joueurs étrangers ?

Par  — 

All-Star game : où sont passés les joueurs étrangers ?Alors que la NBA a transformé le Rising Stars Challenge en une opposition entre les meilleurs jeunes « étrangers » et les jeunes américains, le All-Star Game 2016 sera historique pour trois raisons.

La première, c’est que pour la première fois depuis 1997, il n’y aura ni Tim Duncan, ni Dirk Nowitzki sur le parquet. Et si Kobe Bryant est là, c’est uniquement parce qu’il a annoncé sa retraite en début de saison et que le public souhaite transformer son ultime All-Star Game en jubilé.

La seconde raison, c’est qu’il n’y aura aucun joueur européen, et c’est une première depuis 2000.

Un quart des joueurs NBA sont nés à l’étranger

Enfin, les absences de Nowitzki et Duncan, tous deux nés à l’étranger, sont aussi les symboles d’un All-Star Game 100% américain. Eh oui, pour la première fois depuis 1984, il n’y aura aucun joueur étranger au match des Etoiles. Un paradoxe alors que pour la première fois le All-Star Game quitte les Etats-Unis pour s’installer au Canada, et qu’il n’y a jamais eu autant de joueurs internationaux en NBA (100 de 37 nationalités différentes).

Pas d’Africain comme Hakeem Olajuwon et Dikembe Mutombo dans les années 80-90, pas d’Européen comme TP ou les frères Gasol, pas de Canadien comme Steve Nash… Cela peut paraître anecdotique mais c’est aussi le signe que les Etats-Unis ont repris le pouvoir sur le basket mondial en général, et en NBA en particulier.

Pour moi, cette tendance n’est que la suite logique du Mondial 2014 où les Etats-Unis ont écrasé la concurrence avec une équipe B ou C (à l’époque) dans laquelle on trouvait la plupart des (super)stars d’aujourd’hui (Curry, Harden, Cousins, Irving, Thompson…).

Le basket américain a repris le pouvoir

Dans le même temps, côté « étrangers », la génération Nowitzki-Parker-Gasol a dépassé la trentaine, et celle qui arrive est encore trop bien tendre. Les Vucevic, Batum ou encore Wiggins ne sont pas loin des meilleurs à leurs postes, mais ils manquent de résultats pour devenir des All-Stars en puissance. Côté Africain, le futur Olajuwon tarde à éclore, et la Chine attend toujours le prochain Ming.

Il y a encore quelques années, certains souhaitaient que la NBA transforme le All-Star Game en une opposition entre les meilleurs américains et les meilleurs étrangers. Aujourd’hui, les Américains disputent le All-Star Game entre eux. Comme dans les années 50 à 80, quand la ligue était refermée sur elle même et qu’elle se contentait d’envoyer des joueurs universitaires pour disputer les Jeux olympiques…

Espérons que ce ne soit qu’une exception, et que les Jeux olympiques de Rio ne confirmeront pas qu’il y a, à nouveau, un fossé entre la NBA et le reste du monde.

+ d’articles de Fabrice Auclert :

A voir aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *