Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Pour Wyc Grousbeck, posséder les Celtics est une affaire de plaisir

NBA – Propriétaire (avec d’autres) de la franchise de Boston depuis 2002, Wyc Grousbeck gagne de l’argent ailleurs et son aventure chez les Celtics est surtout motivée par les victoires et les bons moments.

Wyc GrousbeckLes propriétaires des Celtics vont-ils être payés pour la deuxième fois seulement, en plus de vingt ans, dans les prochains jours ? La question peut sembler étrange, mais elle fait écho à une phrase de Wyc Grousbeck, prononcée devant ses camarades, ceux qui l’ont aidé à acheter la franchise de Boston en 2002.

Cet homme de 62 ans, déjà fils de millionnaire et lui-même très riche, n’était pas seul au moment de prendre le contrôle des Celtics. En effet, pour l’accompagner, plus d’une dizaine de personnes ont été nécessaires afin de poser 360 millions de dollars sur la table – la plus grosse somme jamais lâchée pour une franchise NBA à l’époque.

« Je ne veux pas vous prendre votre argent de poche. Vous êtes tous très aisés et je veux seulement un petit pourcentage de votre fortune. Vous investissez avec moi et je vais gérer les Celtics. Je vais vous traiter comme des partenaires », avait-il annoncé.

Et à ce groupe d’investisseurs, il a un message simple à faire passer : le projet Boston n’est pas un projet financier, mais un projet de plaisir. Qu’ils aillent gagner de l’argent ailleurs, comme lui le fait, car ce n’est pas sur le parquet du TD Garden que les dollars vont pleuvoir.

« Il ne s’agit pas d’avoir un petit retour sur investissement avec un pourcentage. On parle de gagner des titres. Vous serez payés en joie, en parades de champion », avait ainsi déclaré Wyc Grousbeck, qui ajoutait aussi que c’étaient des « fans qui avaient acheté l’équipe ».

« On perd de l’argent. On n’est pas inquiet pour ça »

Seulement, en 22 ans, le propriétaire n’a été payé en parade qu’une fois, en 2008. Mais, comme il le dit lui-même, il a fait cet achat « par amour » et l’aventure avec les Celtics n’est pas une question de compte en banque. « On perd de l’argent. On n’est pas inquiet pour ça », souligne le propriétaire, qui va devoir payer 48 millions de dollars de « luxury tax » la saison prochaine. Et encore plus si Jayson Tatum est prolongé à prix d’or.

Cet effort financier sera moins douloureux à faire si les Celtics confirment leur avance (2-0 face à Dallas) dans les prochains jours et remportent les Finals. De plus, la franchise du Massachusetts est désormais valorisée à 4.7 milliards de dollars d’après la dernière estimations de Forbes. On est donc loin des 360 millions déboursés en 2002 et si Wyc Grousbeck veut gagner de l’argent, il sait qu’en vendant ses parts, il fera une énorme plus-value.

« Il a fait un remarquable travail pour gérer les propriétaires. C’était un plaisir de les côtoyer », se souvient Danny Ainge, dirigeant historique des Celtics entre 2003 et 2021. « Personne n’est pénible ou frustrant, ce sont des excellents partenaires. Ils savent rester à leur place et nous laisser faire notre travail. »

Tout le plaisir est pour Wyc Grousbeck, n’est-ce pas ? « C’est encore plus fun qu’on ne peut le penser », répond-il avec le sourire quand on lui demande si c’est agréable d’être propriétaire des Celtics. Et ça le sera encore plus dans quelques jours, si deux victoires de plus sont décrochées contre les Mavericks…

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités

Tags →