Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Bilal Coulibaly assume ses propos sur Pascal Siakam

NBA – Lors d’une séance de questions/réponses sur les réseaux sociaux, Bilal Coulibaly avait été interrogé sur le joueur le plus surcoté de la NBA.

Bilal Coulibaly

Présent à Chicago comme représentant des Wizards à la « lottery », Bilal Coulibaly était l’invité de « Run It Back« , l’émission de FanDuel, dans laquelle on retrouve Shams Charania, Lou Williams, Chandler Parsons et Michelle Beadle. Réputé pour sa défense, le Français a été interrogé sur un commentaire récent, où il estimait que Pascal Siakam était « le joueur le plus surcoté« . C’était dans une séance de questions/réponses sur les réseaux sociaux de RMC Sport, mais c’est arrivé jusqu’aux oreilles des Américains…

Quelque peu gêné que son commentaire ait fuité jusqu’aux Etats-Unis, le Français assume, même s’il tente d’adoucir la forme. « Je maintiens ce que j’ai dit » sourit Bilal Coulibaly. « Je n’ai pas dit qu’il était surcoté, mais on me demandait quelle était la superstar la plus facile à défendre. J’ai répondu Pascal. J’avais regardé les vidéos et je savais ce qu’il allait faire, quand il allait à gauche ou qu’il tournait à droite… Voilà pourquoi j’ai dit que c’était la superstar la plus facile à défendre ».

Edwards, Ingram et Durant au-dessus du lot

Michelle Beadle lui demande ensuite s’il y a d’autres joueurs du même type, qu’il estimait peut-être plus difficile à défendre. Mais le Français évite cette fois le piège de donner des noms.

Quant à savoir quelles sont les superstars les plus coriaces, son avis n’évolue pas, et il met Brandon Ingram et Anthony Edwards au-dessus du lot pour sa saison rookie, mais aussi Kevin Durant. A notre micro, il avait expliqué que l’ailier des Pelicans l’avait baptisé en NBA, et qu’il avait vécu son moment « Welcome to The NBA ».

« En fait, je n’en avais pas jusqu’à ce qu’on joue La Nouvelle Orléans il y a quelques jours et…. Brandon Ingram c’était abusé ! Il mettait tous ses tirs (ndlr : 40 points à 14 sur 23 aux tirs). Même quand je défendais super bien, que j’avais la main en l’air, que je faisais tout à la perfection, il est tellement grand et il utilise tellement bien son corps qu’il n’y avait rien à faire. Il a tout rentré et au bout d’un moment je me suis dit : ‘C’est pas possible qu’est-ce que je fais de mal’. Donc oui, Brandon Ingram… c’était ça mon ‘Welcome to the NBA ».

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités