Summer
league
Summer
league
CHI81
MIL76
NYK40
CHA47
BOS
MIA0:30
PHI
DET1:00
TOR
OKC2:30
POR
SAS3:00
DAL
UTH4:30
GSW
PHO5:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Les Pistons et les Spurs lancés dans un concours de médiocrité

NBA – Malgré leur très longue série de défaites en cours, Gregg Popovich et Monty Williams ont tous les deux eu des mots positifs pour leur équipe.

Pistons SpursCertains ont déjà ironiquement coché la date du 10 janvier. Ce jour-là, les Pistons reçoivent les Spurs. À l’issue de cette rencontre, l’une ou l’autre formation va repartir avec ce dont elle manque cruellement : une victoire.

Car aujourd’hui, les deux équipes ont en commun d’occuper la dernière place de leur conférence respective. Et surtout de surfer sur une terrifiante spirale négative : 17 défaites consécutives pour les Texans (3v-19d), et trois de plus pour les joueurs du Michigan (2v-21d). Jamais dans l’histoire de la NBA, deux franchises n’avaient cumulé autant de défaites sur la même période ! Si on ajoute les Wizards, ces trois franchises n’ont remporté qu’un match sur 52 !!!

En s’inclinant cette nuit face aux Rockets, les Spurs ont écrit une nouvelle page de leur histoire, dont ils se seraient passés, avec un record de franchise pour le plus grand nombre de défaites de suite.

Gregg Popovich a pourtant apprécié la bagarre livrée par ses joueurs, auteurs de leur meilleure sortie défensive de l’année, dans ce derby. « Mais en NBA, il faut savoir tirer. Vous ne pouvez pas faire 5/41 à 3-points. Ils ont fait un sacré travail défensif à cet égard. Je suis vraiment fier d’eux. Mais je me sens mal à l’aise parce qu’il est difficile de savoir quoi faire quand on rate autant de tirs. Cela rend les choses très, très difficiles », juge le technicien.

Des Spurs trop maladroits

En première ligne par rapport à cette faillite d’adresse, Keldon Johnson (0/9 de loin) tente comme il le peut de rester positif : « Je suis un compétiteur, je veux gagner. Je ne changerai pas qui je suis parce qu’on perd. » « Bien sûr que ce n’est pas facile, mais on n’a pas le choix. Il faut continuer, continuer à travailler. Ce qui est bien, c’est que personne ne doute qu’à long terme, on gagnera. Je déteste perdre, mais je reste concentré sur l’objectif à long terme », affiche de son côté Victor Wembanyama.

Le Français fait bien de se projeter sur l’avenir car le court terme, niveau calendrier, n’est pas tendre : double réception des Lakers, venue des Pelicans puis « road trip » compliqué (Bucks, Bulls et Mavs). Autrement dit : leur série n’est peut-être pas finie…

Que dire des Pistons, qui continuent eux aussi de creuser ? En perdant face aux Pacers cette nuit, Detroit établit la plus longue série de défaites de l’histoire de la franchise en une seule saison (ils en ont déjà perdu 21 de suite à cheval sur la fin de la saison 1979/80 et le début de la suivante) et égale les 20 défaites consécutives des Rockets en 2020/21.

Monty Williams voit du positif

« La défaite nous fait mal, comme vous ne pouvez pas l’imaginer, mais je vois qu’on a beaucoup progressé. Je suis encouragé par certaines choses qu’on a vues ce soir. On doit construire sur ces bases », veut lui aussi positiver Monty Williams après la rencontre. Sa formation se rapproche des records absolus de médiocrité établis par les Sixers : 26 défaites de suite sur une même saison, en 2013/14, et 28 revers d’affilée à cheval sur la fin de la saison 2014/15 et le début de la saison 2015/16.

« La façon dont on a terminé la mi-temps nous a un peu coupé l’herbe sous le pied. On est encore en train d’apprendre que tout ce qu’on fait pendant le match a un effet sur la fin », lâche encore le coach des Pistons, qu’on a connu plus véhément ces derniers temps.

Son équipe n’est pas beaucoup plus vernie que les Spurs, car les Pistons affrontent à deux reprises les Sixers, avant de rendre visite aux Bucks et Hawks.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités