NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
MIL
LAL1:30
UTH
NOR4:00
GSW
NYK4:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • MIL1.82LOS2.04Pariez
  • GOL1.49NEW2.72Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

James Wiseman, promesse tenue

Auteur de débuts prometteurs avec les Warriors, le pivot rookie confirme qu’il a le potentiel pour devenir un élément-clé de la franchise, triple championne NBA entre 2015 et 2018. Mais il lui faudra beaucoup travailler avant d’y parvenir.

Sélectionné en 2e position lors de la dernière Draft, James Wiseman est la recrue phare de l’intersaison 2020 des Warriors. Propulsé titulaire dès le début de saison par Steve Kerr, en dépit d’une préparation presque inexistante et d’un cursus universitaire écourté, il a signé deux premières performances intéressantes avec sa nouvelle équipe, avant de rentrer quelque peu dans le rang. Rien d’alarmant pour autant quand on sait qu’il n’est âgé que de 19 ans.

Après huit matchs, celui que l’on surnomme le « Big Ticket » (comme Kevin Garnett, son modèle) affiche tout de même des moyennes de 11.3 points, 6.0 rebonds et 1.6 contre en 21 minutes. Preuve de son gros potentiel, malgré un processus d’apprentissage complexe pour lui, au sein d’une franchise aussi prestigieuse que Golden State.

L’un des aspects du jeu de James Wiseman qui intrigue tout autant qu’il impressionne, c’est sa qualité de shoot, plutôt rare pour un joueur de son poste (47% aux tirs, 42% à 3-points). S’il confirme les promesses entrevues jusqu’à présent, et dans un système comme celui des Warriors, il paraît armé pour devenir une pièce maîtresse de l’effectif californien.

Un système approprié mais complexe

Encore faut-il s’adapter aux exigences demandées par le style de jeu prôné par Steve Kerr, comme le prévient Andrew Bogut. Retraité depuis peu, l’Australien reste un observateur avisé de l’équipe avec laquelle il a remporté un titre, dans la peau justement du pivot titulaire.

« C’est compliqué de s’y adapter, surtout pour un jeune comme lui », avoue l’Australien dans l’émission The Mark Willard Show. « C’est tout le contraire de ce que l’on peut apprendre à un intérieur car tout est mis en œuvre pour obtenir un maximum de tirs à 3-points et vous devez posséder un Q.I. basket élevé, afin de savoir où Stephen [Curry], Klay [Thompson] — quand il reviendra — et tous ces joueurs aiment prendre leurs tirs. De ce que j’entends, il apprend sur le tas. Son physique est quelque chose qui ne s’apprend pas, il dispose d’une envergure bien au-dessus de la moyenne, il est athlétique, il peut protéger le cercle et même dribbler… Je pense qu’il possède tous les outils nécessaires et il doit simplement s’adapter aux exigences de la NBA et son fonctionnement. Une fois que ce sera bon, il sera une pièce très importante de cet effectif. »

Pour atteindre les sommets, James Wiseman peut en tout cas compter sur la présence de Penny Hardaway à ses côtés. Une proximité qui avait d’ailleurs posé problème il y a un peu plus un an, résultant sur une bataille juridique.

Mais le meneur phare du Magic des années 1990 a malgré tout pu entraîner — certes brièvement — son petit protégé à l’université de Memphis. Aujourd’hui encore, il fait partie du cercle proche de l’ancien Tiger, comme expliqué à The Athletic.

« J’ai regardé chacun de ses matchs et on en a discuté ensemble dans la foulée. Il se débrouille très bien et je lui ai dit que j’étais fier de lui. Mais, entre lui et moi, il y a certains principes auxquels nous voulons qu’il reste fidèle. »

Dans l’ombre, Penny Hardaway ne le lâche jamais

Tancé par son ancien coach pour sa tendance à ne pas être suffisamment agressif sur le plan défensif, le natif de Nashville s’est ensuite efforcé de rectifier le tir, en devenant notamment plus présent au contre.

« Les Warriors ont désespérément besoin d’un protecteur de cercle », note Penny Hardaway. « Dès que quelqu’un attaque le cercle, il doit donc lui barrer la route. Je l’ai trop vu laisser des joueurs inscrire un layup alors qu’il aurait dû surgir du côté faible et les contrer, grâce à ses qualités athlétiques. […] Son énergie doit toujours se trouver au plus haut. Il ne doit jamais baisser le pied et je l’ai vu faire à quelques reprises, lors de certains matchs. Ce qu’il a admis. »

Autre aspect qu’essaie de corriger James Wiseman au fil des rencontres : sa propension à ne pas être tout le temps agressif dans ses attaques du cercle, même quand il possède l’avantage physique sur son défenseur.

« L’action qui m’a le plus frustré [cette saison] a eu lieu [contre les Blazers]. J’étais défendu par Harry Giles et j’ai tenté un shoot au lieu de mettre l’épaule, l’enrouler et lui dunker dessus. […] C’est ce que j’ai encore du mal à faire. Je sais que je suis capable de mettre des shoots, mais je suis super, super efficace dès que j’attaque le panier car je vais soit obtenir une faute, soit un dunk, soit un dunk avec la faute. J’essaie de trouver le bon équilibre mais c’est un peu plus compliqué au niveau professionnel. Sauf que plus je me sentirai à l’aise, plus je trouverai un équilibre et plus je serai agressif, plus mon jeu en sortira grandi. Et même si je suis capable de mettre des tirs, il y aura beaucoup plus de points à obtenir pour moi près du cercle. »

Bonne nouvelle pour les Warriors, leur intérieur rookie cherche constamment à gommer les différents défauts de son jeu, de façon à progresser au plus vite. Et il sait surtout rebondir rapidement en conséquence, généralement dès le match suivant.

L’environnement idéal pour un rookie

Une telle capacité de réaction doit forcément ravir l’exigeant Penny Hardaway, qui ne cesse de prodiguer à James Wiseman ses conseils afin de lui permettre d’atteindre ce statut de pivot dominateur qu’il lui promet. En s’imprégnant autant que possible de l’environnement au sein duquel il se trouve, où la culture de la gagne est bien implantée.

« Steve Kerr et moi resterons en contact une fois par mois, pour qu’il me dise ce qu’il attend de moi pour aider James [Wiseman]. C’est un effort collectif. […] En attendant, je lui dis de ne pas lâcher [Draymond Green], d’être à son contact chaque jour. De lui confier comment il se sent, ce qu’il cherche à faire. Car James a le potentiel pour devenir Défenseur de l’année. Ça ne fait aucun doute. »

Le mot de la fin est pour Andrew Bogut, complètement séduit par l’un de ses successeurs au poste de pivot à Golden State et pour qui il ne semble pas s’inquiéter.

« Il réalise un travail fantastique. Ça lui demandera du temps avant de s’habituer à tout mais j’ai quelques amis, encore entraîneurs là-bas, qui me disent qu’il y a quelque chose chez ce joueur. Il va devenir fantastique. »

James Wiseman Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2020-21 GOS 13 21 48.3 40.0 58.6 1.2 4.8 6.0 0.4 3.5 0.5 1.8 1.5 10.7
Total   13 21 48.3 40.0 58.6 1.2 4.8 6.0 0.4 3.5 0.5 1.8 1.5 10.7

Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |  
A lire aussi