Matchs
hier
Matchs
hier
MIA125
BOS113
Pariez en ligne avec Unibet
  • LOS1.47MIA2.7Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Refusant l’astérisque, les Spurs défendent leur titre remporté en 1999

Avec le lockout, Phil Jackson a toujours considéré la bague 1999 comme à part. Il voulait frapper d’un astérisque le titre des Spurs. Steve Kerr et Avery Johnson ne sont toujours pas d’accord.

Les circonstances étant particulièrement exceptionnelles, la question de l’astérisque concernant le futur champion 2020 s’est posée. Certains estiment que ce sera un titre au rabais quand d’autres, au contraire, avancent qu’il sera encore plus dur à aller chercher que les précédents.

Globalement, les acteurs de la ligue étaient d’accord pour ne pas vouloir stigmatiser ce titre.

Ce débat a fait ressurgir ceux qui avaient existé en 1998-1999 et 2011-2012 avec les saisons tronquées par le lockout. C’est pendant la première que la référence à l’astérisque avait été trouvée. Phil Jackson, champion en titre et en année sabbatique, avait alors estimé qu’une saison raccourcie allait entacher l’image du champion. D’où l’astérisque, qui servirait de rappel pour les générations futures.

On le sait désormais, que ce soit pour 1999 ou 2012, ce fameux astérisque n’a pas tenu et les titres de San Antonio et Miami ont la même valeur que les autres. Mais 21 ans après, les Texans veulent toujours défendre leur bannière et balayer les arguments de l’ancien coach des Bulls et des Lakers.

« Le véritable astérisque, c’est celui sur la période de Jackson président des Knicks »

« C’est totalement ignorer le travail qu’on a mis dans cette saison », s’agace Avery Johnson pour ESPN. « Ce qui est le plus décevant dans cette déclaration de Phil Jackson, ce n’est pas tant qu’il l’ait dit une première fois. Mais c’est que, cinq ou sept ans après, il ait eu besoin de la ressortir. Après la deuxième bague de Gregg Popovich. C’était un tel manque de respect. »

Ne reculant jamais devant une pique envers ses adversaires, Phil Jackson voulait sans doute surtout rabaisser le titre des Spurs, qui n’ont pas eu besoin d’affronter les Bulls, champions en 1996, 1997 et 1998, puisque l’équipe avait explosé, pour parvenir au sommet de la NBA.

Ancien pensionnaire de cette équipe de légende, mais aussi des Spurs de 1999, et donc auteur d’un quadruplé, Steve Kerr n’y voyait pas plus qu’un bon mot de la part du « Zen Master ».

« C’est Phil », assure le coach des Warriors. « Quand il a parlé de ça la première fois, j’ai roulé des yeux parce que je connais son petit jeu. Il aime provoquer, irriter les gens. Il enfonçait les Spurs car il nous voyait comme une menace. » Comme pour se venger, Avery Johnson ajoute que le « véritable astérisque, c’est celui sur la période de Jackson président des Knicks »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

San Antonio Spurs en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés