Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Pourquoi la solution Orlando est préférée à Las Vegas

Plus grand que Paris en superficie, Disney World permettra aux joueurs de passer beaucoup de temps en extérieur.

Alors que l’idée de reprendre la saison dans deux endroits distincts faisait son chemin depuis quelques jours, la NBA aurait finalement décidé de concentrer toutes les équipes à Orlando, au complexe ESPN Wide World of Sports situé au coeur de Disney World. Las Vegas, longtemps évoqué, serait finalement éliminée de la course.

« Le cadre de Las Vegas n’est certainement pas aussi étroit qu’un établissement correctionnel ou qu’une clinique, et certainement les personnes y sont en meilleure santé, mais c’est peut-être davantage comme un bateau de croisière » explique le docteur Susan Hassig, professeur agrégé en épidémiologie à l’Université Tulane, interrogé par Yahoo! Sports. « Et on sait à quelle vitesse le virus peut se propager sur un bateau de croisière… »

Une véritable « bulle » en plein air

En d’autres termes, Las Vegas, par sa configuration, pouvait se transformer en immense bateau de croisière avec des joueurs semi-confinés, qui se croiseraient dans les hôtels, les restaurants, les halls… À Las Vegas, il y a aussi moins d’espaces extérieurs et c’est un gros point faible.

« La transmission du virus est facilitée en intérieur » poursuit le docteur Maciej Boni, professeur agrégé en maladies infectieuses à Penn State. « Plus il y a d’activités en plein air, comme des endroits où manger, des tables de pique-nique avec respect de la distanciation sociale, c’est mieux que la même chose en intérieur. À l’intérieur, l’air circule en circuit fermé, et en intérieur, on a tendance à aller aux mêmes endroits, à toucher les mêmes choses, qu’il s’agisse d’un robinet ou d’une poignée de porte. »

L’autre atout de Disney World, c’est la superficie globale estimée à 11 000 hectares. C’est tout simplement plus grand que Paris, et c’est cinq fois la taille de Disneyland Paris. Autant dire que les franchises et leurs joueurs ne seront pas les uns sur les autres, et qu’il sera possible, si un joueur ou un coach est testé positif, de l’isoler pendant 14 jours.

Une inconnue pour l’instant : la NBA imposera-t-elle réellement une quarantaine aux joueurs et aux staffs à leur arrivée à Orlando ? Potentiellement, ce sont 450 joueurs et à peu près autant d’encadrants qui vont débarquer des quatre coins des États-Unis. Certains joueurs reviendront aussi d’Europe et du Canada.

« Si on passe cette période de quarantaine de deux semaines et qu’il n’y a aucune infection, Adam Silver pourra être confiant sur le fait que son plan va dans le bon sens pour effectuer les playoffs avec le minimum de risques possibles, en partant du principe qu’il y a une vraie « bulle » » estime le docteur Maciej Boni.

Une vraie « bulle » sous-entend que les joueurs n’auront pas le droit de sortir de Disney World, et que personne de l’extérieur ne pourra y entrer pendant cette période.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires