Pariez en ligne avec Unibet
  • NEW1.69UTA2.18Pariez
  • LOS1.88LA 1.93Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Pour les dix ans de son record de victoires, Don Nelson souhaite à Gregg Popovich de le dépasser

Ancien assistant de Don Nelson à Golden State, Gregg Popovich n’est plus qu’à 63 victoires de son ancien mentor en saison régulière.

Il y a dix ans, jour pour jour, Don Nelson glanait sa 1 333e victoire en carrière contre les Wolves, grâce notamment au presque quadruple-double du rookie Stephen Curry (27 points, 14 passes, 8 rebonds et 7 interceptions), devenant seul détenteur du record NBA pour un entraîneur, devant Lenny Wilkens, en saison régulière.

« Je pense que c’est quelque chose qui arrive naturellement si on est assez longtemps en poste en NBA, et si on est capable d’engranger un paquet de victoires (sic) » décrit-il aujourd’hui au Daily Democrat, avec les mêmes mots qu’à l’époque. « Mais beaucoup de gars ne restent pas aussi longtemps. » Le troisième homme de la liste est là depuis moins longtemps mais entraîne toujours : Gregg Popovich.

« J’espère qu’il y arrivera bientôt » clame Don Nelson, qui raconte comment leurs destins se sont croisés il y a presque 30 ans : viré par les Spurs après quatre ans comme assistant de Larry Brown, Pop avait rebondi dans la baie pour deux saisons au service de Don Nelson. 

« Je me suis dit qu’il était unique » assure ce dernier. « Je n’ai jamais connu quelqu’un comme lui. »

Gregg Popovich avait demandé à Don Nelson de venir entraîner les Spurs

Une parenthèse brève avant de retrouver San Antonio, mais dans les bureaux cette fois-ci, avec le costume de GM.

Outre l’arrivée d’Avery Johnson et le transfert de Dennis Rodman à Chicago, un des premiers moves du GM fut d’essayer de convaincre son ancien boss de le rejoindre dans le Texas. « Il m’a appelé et m’a dit : ‘Je veux que tu viennes et que tu sois mon coach. Si tu peux casser ton contrat, est-ce que ça t’intéresserait ?’ Et j’ai répondu : ‘Oui absolument, j’adorerais, d’autant que je crois que je ne vais pas rester ici très longtemps.’ » Ce sont les difficultés qu’il connait avec Chris Webber qui lui font alors dire ça.

« J’ai supplié (le propriétaire des Warriors, Jim Fitzgerald) d’aller de l’avant et de me laisser partir. Je lui ai dit : ‘Tu sais, il est temps de passer à autre chose et j’ai une super opportunité que j’adorerais saisir’. Ça a été refusé, donc j’ai perdu cette opportunité. » Gregg Popovich a donc opté pour Bob Hill avant de prendre les rênes de l’équipe deux saisons plus tard pour ce qui allait être une des plus grandes, si ce n’est la plus grande, aventure d’un coach sur un banc NBA : 22 saisons consécutives en playoffs et cinq titres de champions.

À la clé 1 272 victoires, et même 1 442 en comptant les playoffs, un record en cumulé alors que Don Nelson est bloqué à 1 410. Ce dernier a surtout coaché au total 32 ans en NBA, quand Pop en est à 23 saisons.

« C’est dur de rester en poste quand tu n’as pas une bonne équipe ou que tu n’es pas candidat au titre. C’est facile quand tu as une super équipe et que tu mets des fessées tous les soirs. Mais j’espère qu’il coachera assez longtemps pour prendre mon record. J’adorerais qu’il le détienne » conclut Don Nelson.

Il manque 63 victoires à Gregg Popovich pour y arriver, soit deux saisons a priori. Reste à savoir s’il ne prendra pas sa retraite avant d’atteindre le record.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés