Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Quand Kevin Garnett se souvient avoir chambré Michael Jordan

Rookie et de passage à Chicago, l’intérieur des Wolves s’était permis de jouer avec le feu face à la légende des Bulls. Il l’a payé.

Comme pour Kobe Bryant ces dernières années et sûrement pour LeBron James dans les décennies à venir, Michael Jordan est un fournisseur inépuisable d’histoires chez les joueurs. Chacun ou presque a une anecdote le concernant.

En discussion avec Matt Barnes et Stephen Jackson, Kevin Garnett a livré la sienne, une de ses préférées, avec le ton et les attitudes qui vont avec pour la rendre encore plus vivante. Tout commence en 1995-1996. Kevin Garnett est alors un rookie de Minnesota quand Michael Jordan est de retour depuis quelques mois. Les Bulls marchent sur la ligue avec un bilan de 49 victoires et 6 défaites le soir du 27 février 1996, lors du passage des Wolves à Chicago.

Le jeune intérieur est de retour à Chicago, où il a fait son lycée. La saison est bien entamée et il a gagné en confiance. Il espère donc briller devant ses proches, même s’il manque de sommeil, face au meilleur joueur du monde.

« Je suis pas mal et J.R Rider fait un bon match », poursuit Kevin Garnett. « On sort d’un temps-mort, je dis alors à Rider de continuer de tuer Jordan. Il me rend la pareille en me disant que je fais un bon match aussi. Michael était à côté de moi, il pouvait m’entendre. J’en rajoute alors. Jordan avait les mains sur les hanches et il m’a regardé pendant environ quinze secondes. Je le sentais. Et il y avait deux solutions : avancer de mon côté, faire comme si de rien n’était et me faire discret au niveau de mon attitude. Mais j’avais 70 personnes dans le public avec moi donc j’ai décidé de choisir la seconde : y aller franchement. »

Une grave erreur, que J.R. Rider avait déjà reniflée puisqu’il va essayer d’écarter Kevin Garnett de Michael Jordan.

« Il ne sait pas vraiment ce qu’il fait, il est dans l’excitation », lance même le vainqueur du Slam Dunk Contest 1994 à l’arrière des Bulls. Trop tard, le mal est fait.

« Je ne peux même pas vraiment décrire les six ou sept minutes qui ont suivi. On a fait deux violations des huit secondes. On était à deux points, on est désormais à 25 points d’écart. Michael était à 18 points, il en est à 40 (il finira à 35). J.R et moi, on n’a pas marqué pendant quatre minutes. Ça a mal tourné si vite. On a eu l’impression de défendre tout le temps. On a rejoint le banc, à bout de souffle, à s’excuser entre nous, J.R et moi. Jordan est alors passé, en disant : « Alors, les jeunes ? ». Je n’ai plus fait de trashtalking à Jordan depuis ce jour. »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés