Pariez en ligne avec Unibet
  • NEW1.72UTA2.13Pariez
  • LOS1.79LA 2.03Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

David Griffin raconte l’énorme pression de construire une équipe autour de LeBron James

Désormais en charge de la reconstruction des Pelicans, le dirigeant David Griffin a auparavant aidé LeBron James à remporter le titre à Cleveland. Une période de très grande pression.

Dans son livre, LeBron James : le destin du King, Thomas Berjoan revenait sur l’énorme pression qui entoure l’ailier, son entourage, ses coéquipiers et globalement les franchises où il évolue. Une pression extrêmement difficile à supporter pour le commun des mortels.

Actuel vice-président des opérations basket des Pelicans, et ancien GM des Cavaliers de 2014 à 2017, David Griffin est bien placé pour en parler, lui qui a réussi à entourer le King pour décrocher le titre de 2016.

« Dès qu’on a gagné le titre, j’ai su que j’allais partir »

Le dirigeant raconte ainsi qu’à l’annonce du retour dans l’Ohio du fils prodige, il a célébré la nouvelle… avant de s’écrouler en pleurs sur le sol de son bureau, conscient du poids qui s’abattait soudainement sur ses épaules.

« La raison, c’est que LeBron reçoit toutes les louanges, et jamais les reproches. Et ce n’est pas amusant pour les gens », explique-t-il dans un long article de Sports Illustrated. « Les gens n’aiment pas faire partie de ce monde. »

Entre la pression des contrats courts de LeBron James d’un côté, et celle du propriétaire Dan Gilbert de l’autre, David Griffin a dû composer des effectifs avec une vision à très court terme, dans l’urgence constante.

« Tout ce qu’on faisait était peu viable et peu soutenable et, franchement, pas amusant. J’étais malheureux », assure-t-il. « Littéralement, dès qu’on a gagné le titre, j’ai su que j’allais partir. Il n’y avait aucun moyen que je reste, peu importe la somme d’argent ».

« Il faut être prêt à avoir des conversations très difficiles avec LeBron »

Car ce type de construction d’équipe épuise rapidement tout le monde.

« Dans une large mesure, nous avons gagné malgré notre culture. Et je le savais. Je savais ce que nous ne faisions pas. Il y avait tellement de choses pendant cette période de temps que je voulais faire différemment. Si votre unique but, c’est la destination, que vous dites : ‘Au diable les torpilles, je dois y aller’, ce sera sans doute la seule fois que vous atteindrez ce point ».

En effet, les Cavaliers n’ont remporté qu’une seule fois le titre, en 2016, mais ça faisait 52 ans que la ville attendait ça et les sacrifices sur l’équilibre à long terme ont logiquement été oubliés par les fans.

Quant au travail avec LeBron James, David Griffin explique qu’il est possible, à condition d’être franc.

« Il savait que je pouvais l’aider à gagner. Il faut être prêt à avoir des conversations très difficiles avec LeBron. Je l’ai toujours fait, et c’est pourquoi nous avons eu une excellente relation, parce que je lui disais ce qu’il avait besoin d’entendre et qu’il respectait que je lui dise cela pour les bonnes raisons ».

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés