Pariez en ligne avec Unibet
  • NEW1.69UTA2.18Pariez
  • LOS1.95LA 1.87Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

La NBA lance deux enquêtes sur la free agency

La folie qui a frappé la free agency n’a pas fait que des heureux. Chez les patrons de franchise, beaucoup se plaignent d’irrégularités et ils demandent à la NBA de sévir.

Les propriétaires sont en colère. Il n’aura fallu que quelques années aux superstars pour (re)prendre le pouvoir, et certains contrats ne valent plus grand chose. Anthony Davis a rejoint LeBron James alors qu’il lui restait deux années de contrat. Même chose pour Paul George qui a demandé au Thunder de le transférer aux Clippers pour rejoindre Kawhi Leonard. Quant à Kyrie Irving et Kevin Durant, free agents, ils projetaient depuis plusieurs mois de jouer ensemble…

Tout cela inquiète les propriétaires et certains ont demandé à la NBA de sévir et de changer les règles. ESPN recense ainsi les différents points soulevés par certains patrons de franchises NBA :

  • La possibilité de discuter avec les free agents et les agents dès la fin des Finals ou quelques jours après. De manière officieuse, la free agency débute juste avant la Draft puisque des échanges sont effectués avant et pendant la Draft, et ils sont officialisés après la free agency.
  • A l’instar des Rockets et des Lakers l’an passé, quelques dirigeants demandent à ce que la free agency débute avant la Draft.
  • Le retrait de la période moratoire d’une semaine. Pour la NBA, ce moratoire est utile car il permet de faire les comptes de la saison écoulée et de valider le nouveau salary cap.
  • Si les joueurs se recrutent entre eux, pourquoi ne pas autoriser les dirigeants à entrer en contact avec les free agents ?
  • Comment des free agents peuvent signer à minuit des contrats alors que la free agency vient à peine de commencer ?
  • Sanctionner ou suspendre les joueurs qui effectuent du « recrutement » pendant l’année. Le problème : Comment réguler ça ? Comment distinguer un repas entre joueurs qui sont potes d’un rendez-vous pour leur avenir commun ?

Des avantages en nature interdits

En parallèle, le New York Times révèle que la NBA et des propriétaires s’inquiètent des « avantages en nature » que réclameraient certains free agents pour contourner le salary cap. Puisque les équipes sont bloqués par le salary cap, pourquoi ne pas les attirer avec des biens matériels. Dans le viseur, le camp Kawhi Leonard qui aurait fait pression sur des équipes pour avoir des garanties sur des contrats publicitaires ou l’achat de maisons, ou de mises à disposition d’avions. C’est illégal, et des dirigeants demandent à ce que l’oncle de Kawhi Leonard soit considéré comme un agent, et qu’il obtienne les mêmes certifications qu’un agent classique.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés