Pariez en ligne avec Unibet
  • TOR1.42NOR2.9Pariez
  • LAC1.8LAL1.95Pariez
  • TOR1.65BOS2.2Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Free Agency 2019 – Le Top 10 des meneurs de jeu

À six jours de l’ouverture du marché de la free agency, Basket USA fait le point sur les meilleurs meneurs de jeu disponibles.

Après une cuvée moyenne en 2018, il y a beaucoup de choix cet été sur le poste 1. Des superstars affirmées comme Kyrie Irving et Kemba Walker, ou en devenir, comme D’Angelo Russell, mais aussi des vétérans de qualité tels que Ricky Rubio, Patrick Beverley ou Rajon Rondo : il y en a pour tous les goûts.

C’est valable sur tous les postes cet été : vu le nombre de meneurs disponibles, le jeu des chaises musicales promet d’être animé quand les premiers dominos tomberont.

Pour chaque joueur, nous précisons s’il est free agent protégé ou pas. Le statut de « protégé » via une « qualifying offer » permet à son équipe de s’aligner sur n’importe quelle offre extérieure pour le conserver.

1 – Kyrie Irving (27 ans – non protégé – 23.8 pts, 6.9 pds – Boston Celtics)

Rien ne s’est passé comme prévu pour Kyrie Irving à Boston et quelques mois après avoir assuré qu’il prolongerait dans le Massachusetts, le meneur de jeu va selon toute vraisemblance le quitter sans se retourner.

Brooklyn est la destination qui revient le plus souvent dans les rumeurs, devant New York et parfois Los Angeles. Finalement peu d’équipes donc, et on peut comprendre la frilosité de certains après cet épisode chaotique à Boston sur le plan de l’intégration et du leadership.

2 – Kemba Walker (29 ans – non protégé – 25.6 pts, 5.9 pds – Charlotte Hornets)

Superbe sur le plan individuel, avec une titularisation au All-Star Game et une sélection dans le troisième cinq de la ligue, la saison de Kemba Walker est ratée sur le plan collectif, les Hornets ayant manqué les playoffs.

De quoi frustrer, mais aussi titiller la fierté d’un joueur qui est entré un peu plus dans l’histoire de Charlotte en devenant le meilleur marqueur de la franchise. Heureux en Caroline du Nord, il assure en faire sa priorité pour cet été et se dit prêt à faire des concessions au niveau salarial pour aider l’équipe. Que ce soit les Mavs, les Knicks ou les Lakers, il faudra trouver les bons arguments pour le convaincre de quitter son club de coeur.

3 – D’Angelo Russell (23 ans – protégé – 21.1 pts, 7 pds – Brooklyn Nets)

D’Angelo Russell aime Brooklyn, Brooklyn aime D’Angelo Russell, mais les inconnues Kevin Durant et Kyrie Irving compliquent l’équation.

À seulement 23 ans, le meneur de jeu a explosé cette saison pour aller chercher une première sélection au All-Star Game et emmener les Nets en playoffs. L’ancien Laker ne manquera pas d’offres, il en recevra peut-être une en provenance de Los Angeles justement, mais même si les Nets ratent les gros poissons, ils pourront s’aligner sur n’importe quel contrat puisqu’il est free agent protégé.

4 – Ricky Rubio (28 ans – non protégé – 12.7 pts, 6.1 pds – Utah Jazz)

Mike Conley est arrivé à Utah pour signer les papiers du divorce entre Ricky Rubio et le Jazz. Le meneur de jeu veut retrouver une équipe ambitieuse, mais il a justement eu du mal à faire franchir un cap au Jazz.

Deux franchises auraient un oeil sur lui : Phoenix, qui ne remplit pas les critères de l’Espagnol, mais aussi Indiana, qui pour le coup serait une bonne destination en cas de départ de Darren Collison.

5 – Patrick Beverley (30 ans – non protégé – 7.6 pts, 3.8 pds – Los Angeles Clippers)

Considéré comme l’un des meilleurs défenseurs sur son poste, Patrick Beverley suscite l’intérêt d’un paquet de franchises : on parle notamment des Mavericks, des Suns, des Bulls et des Lakers. Avec cette liste qui devrait s’agrandir et les commentaires du meneur sur les réseaux sociaux, difficile de savoir où il atterrira. Ses prétentions salariales, élevées, devraient permettre de faire un premier tri.

6 – Rajon Rondo (33 ans – non protégé – 9.2 pts, 8.0 pds – Los Angeles Lakers)

Bien que gâchée par les blessures, la saison de Rajon Rondo chez les Lakers fût plutôt une réussite sur le plan individuel. Son aventure à L.A. peut-elle continuer ? Pas sûr puisque que la franchise veut utiliser toutes ses économies pour recruter une troisième star aux côtés de LeBron James et Anthony Davis.

D’autant que les dirigeants californiens viseraient plutôt un meneur de jeu – les noms de Kemba Walker, D’Angelo Russell et même Kyrie Irving ont émergé – et même s’ils misent sur un autre poste, ils n’auront plus assez d’argent pour Rajon Rondo. À moins qu’il n’accepte de prolonger pour un petit salaire. En sachant qu’un déménagement ne le perturberait pas plus que ça : il a connu six clubs lors des cinq dernières saisons.

7 – Derrick Rose (30 ans – non protégé – 18.0 pts, 4.3 pds – Minnesota Timberwolves)

Le 6e homme de Minnesota a surpris tout son monde en début de saison, retrouvant son niveau de MVP par séquence, avec en point d’orgue ce soir du 31 octobre où il avait planté 50 points. Il s’est rapidement imposé comme un prétendant au titre de meilleur sixième homme avant de multiplier une nouvelle fois les séjours à l’infirmerie. Malgré de très beaux restes – un match sur deux à plus de 20 points cette année – cette santé fragile en freinera plus d’un.

8 – Terry Rozier (25 ans – protégé – 9.0 pts, 3.9 pds – Boston Celtics)

« Scary Terry » ne fait plus peur à grand-monde : le meneur de jeu a fait partie des victimes des retours de Kyrie Irving et Gordon Hayward à Boston en début d’année, et il n’a jamais retrouvé son mordant de l’an passé.

Difficile dans ces conditions d’évaluer ce qu’il vaut sur le marché. « Uncle Drew » sur le départ, Boston pourrait le prolonger : ce sont les Celtics qui le connaissent le mieux. Y compris si d’autres se manifestent, puisqu’il est free agent protégé.

9 – Darren Collison (31 ans – non protégé – 11.2 pts, 6.0 pds – Indiana Pacers)

Il est bon défenseur, bon shooteur à 3-points, et a amené son équipe en playoffs ces deux dernières années : Darren Collison devrait recevoir quelques coups de fil le 30 juin. La logique voudrait qu’il prolonge à Indiana mais la franchise doit aussi se pencher sur les dossiers Bojan Bogdanovic, Thaddeus Young ou Cory Joseph. Des joueurs qui cherchent plutôt des contrats sur plusieurs saisons, comme lui.

10 – Tomas Satoransky (27 ans – protégé – 8.9 pts, 5 pds – Washington Wizards)

John Wall out pour environ un an, le Tchèque a saisi sa chance, et il pourrait aussi en profiter pour prolonger sur plusieurs saisons. « Les Wizards ont déjà exprimé leur intérêt de me garder, mais je vais décider dans les prochaines semaines de quoi mon avenir sera fait » nous avait-il confié en avril. « Ma femme et moi-même adorons la ville et je suis devenu père il y a peu, donc je dois prendre tout cela en considération. » On imagine qu’il recevra des offres, sans doute pour jouer meneur remplaçant, et Washington reste la meilleure option pour lui.

Mentions : Emmanuel Mudiay, Isaiah Thomas, Jeremy Lin, Cory Joseph, T.J. McConnell, Elfrid Payton, Ish Smith, Shane Larkin…

LEXIQUE

Qualifying offer : Proposition faite par une franchise à l’un de ses joueurs dans la dernière année de son contrat rookie. Basée sur son ancien salaire, cette offre permet de prolonger le joueur pour un an et de s’aligner sur n’importe quelle offre faite au joueur par une autre franchise. Si le joueur ne rempile pas avec son équipe l’année de la qualifying offer, il est automatiquement libre la saison prochaine, et son équipe ne pourra pas alors s’aligner sur une offre.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés