Finale
NBA
GSW110
TOR114
Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Jusuf Nurkic, un éclopé fier de ses troupes

Le pivot des Blazers a apprécié la réaction d’orgueil de son équipe après sa grave blessure survenue le 25 mars dernier.

C’est le moment où tout a basculé pour l’intérieur bosnien. En prolongation face aux Nets, Jusuf Nurkic livre une démonstration avec 32 points et 16 rebonds, en jouant dans son registre, opportuniste et terriblement efficace. Jusqu’à ce rebond offensif et cette mauvaise chute qui met fin à sa saison dans la seconde qui suit… La dure loi du sport de haut niveau vient de le rattraper : double fracture tibia-péroné

« Je vais me relever »

Deux mois après ce triste épisode, Jusuf Nurkic, qui a repris du poil de la bête, s’est exprimé sur cette terrible fin de saison qui l’a privée de playoffs alors que son équipe a atteint la finale de conférence sans lui, une première depuis près de 20 ans pour la franchise.

« C’est dur de revenir là-dessus », concède-t-il. « J’y repense souvent. À me dire qu’on était en prolongation, qu’on aurait pu gagner le match avant. Mais c’est comme ça, il n’y a pas de hasard, c’est pour ça que je ne peux pas trop regarder en arrière. J’aurais aimé pouvoir jouer, mais je ne sais pas encore quand ça arrivera à nouveau. Mais on y viendra. Je suis encore jeune et peu importe la chute, je vais me relever. Ça va être difficile, mais ça a été ma mentalité durant toute ma vie, toute ma carrière. »

À aucun moment, l’intérieur de Portland n’a vu le coup venir. « Pour être honnête, j’ai tellement travaillé ces trois derniers étés pour être dans la position dans laquelle je me suis retrouvé. Au point que si tu m’avais demandé avant le match s’il y avait une chance pour que je me blesse, j’aurais répondu : tu es fou », ajoute-t-il. « Je ne m’étais jamais senti aussi bien, en bonne santé, de ma vie. Donc comme je dis, on ne peut pas changer ce qui s’est passé ».

Le soutien des supporters, le meilleur des traitements

Pour ce qui est de sa convalescence, l’intéressé a confié avoir géré « au jour le jour » et s’être nourri du soutien venu des quatre coins du globe. « Je me levais, et si je devais faire telle chose, je le faisais, peu importe ce que ça pouvait me coûter. Je me sens bien jusqu’à présent. Quatre semaines après l’opération, je pouvais marcher. Ça en a étonné certains. Je me suis même demandé si la NBA n’allait pas m’envoyer un « contrôle anti-dopage ». Et puis j’ai reçu un soutien incroyable. Je veux remercier ceux qui me l’ont témoigné par tous les moyens possibles. C’était fou. »

Le fait de rater les playoffs après une saison énorme a également dû être difficile à digérer. « Les premiers matchs, c’était dur (de regarder Portland jouer). Tout le monde essayait de m’inviter à venir voir les matchs », poursuit-il. Jusqu’à ce match décisif face au Thunder où il a senti que sa présence pouvait être utile. À juste titre puisque les Blazers sont revenus d’un écart de 12 points pour l’emporter au buzzer sur le panier de légende de Damian Lillard.

« J’étais à la maison lors du Game 5 de la série face à OKC, à Portland. Tout se passe au ralenti, je commence à être nerveux… Il restait six minutes à jouer dans le troisième quart-temps, j’ai demandé à ma femme combien de temps il lui fallait pour se préparer. Lorsque je suis arrivé à la salle, il restait trois minutes. Et on devait être à -10. Je savais que si je me montrais, ça pouvait faire une petite différence, suffisante pour nous faire passer devant, ce qui a été le cas, en particulier avec ce shoot de Dame. Je n’ai pas été surpris, c’était un match de plus à la maison. J’ai eu l’impression que toute l’équipe avait élevé son niveau de jeu sur cette série. On a été dos au mur et on a répondu. »

Le parcours des Blazers, une grande fierté

En demi-finale de conférence face à Denver, l’atmosphère était tellement galvanisante que Jusuf Nurkic aurait tout donné pour jouer, quitte à se blesser encore. Difficile de renoncer à ces matchs d’une vie, ceux pour lesquels vous vous battez toute une saison. Malgré la frustration, le pivot de Portland reste fier de son équipe qui n’a pas craqué avant de tomber sur le champion en titre.

« Ce que j’ai aimé à propos de cette équipe, c’est que personne ne s’est cherché d’excuses. Blessé, malade, peu importe. On est tous des êtres humains, on peut être malades, on peut se blesser. Personne ne le dit mais ça me semble le plus important pour un groupe (…) Tout le monde a répondu présent et a haussé son niveau de jeu. Il y avait un homme à terre, mais l’équipe a bien répondu. »

De quoi être fier, certes, mais aussi de quoi se motiver pour revenir deux fois plus fort la saison prochaine.

Jusuf Nurkic Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2014-15 DEN 62 18 44.6 0.0 63.6 2.0 4.2 6.2 0.8 3.3 0.8 1.4 1.1 6.9
2015-16 DEN 32 17 41.7 0.0 61.6 2.0 3.4 5.5 1.3 2.8 0.8 1.7 1.4 8.2
2016-17 * All Teams 65 21 50.7 0.0 57.1 2.4 4.8 7.2 1.9 2.5 0.8 2.2 1.1 10.2
2016-17 * DEN 45 18 50.7 0.0 49.6 2.0 3.8 5.8 1.3 2.0 0.6 1.8 0.8 8.0
2016-17 * POR 20 29 50.8 0.0 66.0 3.3 7.1 10.4 3.2 3.7 1.3 3.1 1.9 15.2
2017-18 POR 79 26 50.5 0.0 63.0 2.4 6.6 9.0 1.8 3.1 0.8 2.3 1.4 14.3
2018-19 POR 72 27 50.8 10.3 77.3 3.4 7.0 10.4 3.2 3.5 1.0 2.3 1.4 15.6
Total   310 23 49.1 7.1 66.6 2.5 5.5 8.0 1.9 3.1 0.8 2.1 1.3 11.6

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés