Finale
NBA
GSW110
TOR114
Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Alec Burks, de monnaie d’échange à héros d’un soir

Le 28 novembre, alors qu’il s’apprêtait à affronter les Nets avec Utah, Alec Burks apprenait qu’il était échangé à Cleveland contre Kyle Korver. Cinq jours plus tard, de retour à Brooklyn avec la tunique des Cavaliers, l’arrière a été décisif pour sa nouvelle équipe, claquant le dunk de la gagne à trois secondes du buzzer.

« Je n’y avais même pas pensé » confie celui qui a été sacrifié par le Jazz pour que le club récupère un shooteur supplémentaire, et qui cette nuit a repris le scénario en main.

Prime à l’agressivité

Comme lors de ses deux premiers matchs avec les Cavaliers, il n’a pas été très adroit : 13 points à 5/13 aux tirs, après un 9/24 en cumulé. Mais son entraîneur préfère voir l’agressivité qui se dégage de son jeu, c’est pourquoi il lui a donné la balle de match la nuit dernière.

« C’est son jeu, il attaque le cercle », explique Larry Drew, cité par Cleveland.com. « Vu qu’il est très athlétique, il peut manoeuvrer jusqu’au panier et trouver des tirs. Ce que je voulais, c’est qu’il soit agressif sur cette dernière action. Et emmener les Nets en prolongation si le tir n’était pas rentré. On voulait le dernier shoot, et il a fait une super action. »

Contrat rempli pour Alec Burks avec un drive sur la droite, suivi d’un dribble dans le dos et d’un dunk sur la tête d’un Spencer Dinwiddie à cinq fautes qui n’a pas voulu prendre la sixième. Et ce dernier n’a pas pu faire mieux qu’un airball avec les 3.2 secondes restantes sur le chrono.

« Ce serait maladroit de prendre de mauvaises décisions, donc j’ai simplement essayé d’être agressif », complète-t-il. « L’entraîneur a confiance en mes qualités. Je ne les connais que depuis trois jours mais mes coéquipiers ont confiance en moi aussi. C’est très agréable. »

Dans un flou contractuel

« C’est une étincelle en sortie de banc » dit Tristan Thompson de son nouveau partenaire, qui doit poursuivre son intégration sans savoir de quoi demain sera fait. Étant dans sa dernière année de contrat, il sera free agent l’été prochain, et avec un salaire de 11 millions de dollars cette saison, il reste une monnaie d’échange intéressante sur le marché des transferts.

« C’est compliqué, mais c’est un garçon mûr. C’est sa huitième saison. On commence à comprendre comment ça fonctionne avec le temps », rappelle son coéquipier Rodney Hood. « Tant que tu as un job, ça va. Je suis sûr qu’il est tranquille avec ça. On verra ce que l’avenir lui réserve mais Alec peut s’épanouir ici. »

« J’espère, mais la décision ne m’appartient pas » répond le principal intéressé, qui a le temps de voir venir.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cleveland Cavaliers en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés