Pariez en ligne avec Unibet
  • CHA1.97NEW1.77Pariez
  • CLE3.4PHI1.28Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Donte DiVincenzo, plus fort que ses casseroles

Tout ce que vous dites sur Internet pourra être retenu contre vous… Comme tant d’autres, Donte DiVincenzo a vu des mots écrits il y a plusieurs années sur le web ressortir au moment où il s’est retrouvé sur le devant de la scène. En l’occurence, des tweets à caractère raciste et homophobe publiés il y a sept ans, alors qu’il n’était qu’un ado de 14 ans du fond du Delaware, sont remontés à la surface dès qu’il a obtenu son trophée de MOP du Final Four, fin mars.

Le pire timing possible pour un prospect qui possède deux mois pour convaincre des franchises NBA de l’engager. « Tout ce qui est sorti sur Twitter, c’était mauvais, mais les gens qui me connaissent, qui savent qui je suis, comprennent que ce n’est pas moi » confie-t-il à USA Today. « J’essaie d’être plus qu’un joueur. »

Chaque équipe intéressée par son profil se fera son avis en discutant avec le jeune homme de 21 ans. Mais de par son discours, ses intentions, son comportement, son jeu, l’arrière a en tout cas de quoi rassurer son futur entraîneur.

« Quand je suis dans un système, il n’y a que l’équipe qui compte » assure-t-il. « Je m’en fiche des stats. Je me soucie, un, de gagner, et deux, de l’impact que je peux avoir sur l’équipe, sur le terrain ou dans le vestiaire. Si je peux faire quoi que ce soit pour aider l’équipe, je le ferai. C’est ce que j’ai essayé de faire à Villanova l’an passé. »

Avec brio, dans un rôle de remplaçant fiable qui a su se muer en sauveur lors du dernier match de la saison, le plus important, celui pour le titre. Invité dans la Green Room, Donte DiVincenzo a vu sa cote grimper au fil des semaines et peut aujourd’hui mettre ses vieux tweets dans la corbeille.

Place à la NBA maintenant, la prochaine étape d’une progression pas prête de s’arrêter selon lui.

« Quand je travaille, j’essaie toujours de prouver quelque chose. Pas que je suis bon ou que je suis athlétique, mais qu’il y a quelque chose de plus profond en moi et que je ne fais qu’effleurer la surface de mon potentiel. J’essaie de progresser chaque jour, c’est ça que je prouve : que je m’améliore, et que rien ne m’empêchera de continuer. »

PLACE DANS LES MOCK DRAFT

Basket USA : Celtics (27e)

ESPN : Wolves (20e)

The Ringer : Nets (29e)

NBADraft.net : Bucks (17e)

Sports Illustrated : Wolves (20e)

USA Today : Pacers (23e)

Bleacher Report : Bucks (17e)

CBS Sports : Wolves (20e)

Basketball Insiders : Hawks (19e)

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés