Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Complices sur le terrain, Nikola Mirotic et Bobby Portis continuent de s’ignorer en dehors

C’est dans la colonnes de Marca, à quelques heures d’attaquer 2018, que Nikola Mirotic a accepté de répondre à des questions sur sa bagarre à l’entraînement avec Bobby Portis. Même si l’intérieur de l’équipe d’Espagne estime que ce n’est pas le moment d’en donner les détails, il révèle que lui et son coéquipier ne se parlent toujours pas : « Tout a changé. Je ne lui parle pas, et il ne me parle pas » explique l’ailier-fort des Bulls. « On ne se parle que sur le terrain, ou lorsqu’on est obligé. »

Avait-il imaginé un jour en venir aux poings avec Bobby Portis ?

« Nous sommes tous les deux des compétiteurs, mais il y a une différence entre être un compétiteur, et faire ce qu’il a fait. Notre relation était normale. On était des pros. On s’entraînait, on faisait notre boulot, et on rentrait à la maison. C’était tout. »

Et puis il y a eu cette bagarre, mi-octobre, avec pour Bobby Portis une suspension de huit matches, et pour Nikola Mirotic, une vingtaine de matches à l’infirmerie à soigner des fractures au visage.

« Même dans vos pires cauchemars, vous n’imaginez pas que ça puisse arriver. Encore moins avec un coéquipier à l’entraînement. Ce n’est pas le moment d’entrer dans les détails et d’en parler. Je m’en souviens très bien, mais je ne veux pas en parler. Les médias américains veulent que je donne ma version des faits, mais ce n’est pas le moment. Quand ce sera le moment, je le ferai. »

« En jouant, vous n’y pensez plus »

Le plus dur à encaisser pour Nikola Mirotic, c’est qu’il se sentait prêt à réaliser une grande saison.

« C’était un moment difficile car j’avais décidé de faire une croix sur l’équipe nationale, et de bosser tout l’été car j’étais titulaire. Je sentais que ça allait être mon année. Je le savais car je me sentais prêt. Ne pas débuter la saison et perdre ma place dans le cinq de départ à cause de ça étaient vraiment très difficiles. Il m’a fallu du temps pour comprendre et rester positif, mais j’ai prouvé que rien ne pouvait m’atteindre. »

Depuis son retour, Chicago est une toute autre équipe avec 10 victoires en 12 matches. Aucune franchise n’a fait mieux en décembre à l’Est, et c’est notamment grâce au niveau des deux « coéquipiers ennemis », Nikola Mirotic et Bobby Portis.

« Finalement, les émotions ressortent lorsque vous jouez, surtout lorsqu’on gagne » conclut Mirotic. « L’une des stratégies des Bulls était de nous faire jouer ensemble, et on joue toujours ensemble dernièrement. Résultat, lorsque vous mettez un panier, vous vous serrez la main. Au début, je ne me sentais pas à l’aise, mais je devais le faire. En jouant, vous n’y pensez plus. Ce que tu veux, c’est gagner et si tu fais une passe, ou si tu en reçois une, tu es heureux, tu te serres la main et c’est tout. Sur le terrain, il y a une bonne relation. Nous sommes coéquipiers. »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chicago Bulls en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés