Pariez en ligne avec Unibet
  • NEW1.73UTA2.12Pariez
  • LOS1.81LA 2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Affronter les Cavs ? Mike Brown n’en fait pas une affaire personnelle

Même si c’est sous les ordres de Paul Silas que LeBron James a fait ses premiers pas dans la ligue, s’il y a bien un coach qui incarne le début de carrière du natif d’Akron, c’est Mike Brown, arrivé en 2005 dans l’Ohio.

Alors que le King, jeune homme de 21 ans à l’époque, vient d’échouer deux années de rang pour amener son équipe en playoffs, Mike Brown prend les commandes. Lui aussi est très jeune (35 ans) mais sort de sept ans d’expérience en tant qu’assistant aux Wizards, Spurs puis Pacers. Même si son coaching avait été beaucoup critiqué, il avait mené les Cavs à cinq qualifications en playoffs de rang. Avec un très bon bilan de 62% de victoires au total (305-187).

Un retour en finale après celle de 2007 avec les Cavs

Aujourd’hui, Mike Brown a l’occasion de retrouver Cleveland en tant que coach de l’équipe adverse. Steve Kerr toujours incertain, son premier assistant dirige les Warriors contre qui les Cavs vont batailler pour leur troisième finale NBA commune de rang. Pour ces « retrouvailles », le coach à lunettes rappelle qu’il n’est pas certain d’être le coach n°1. « Tout d’abord, Steve (Kerr) va peut-être revenir. On veut tous le voir revenir. Alors je vois ça au jour le jour. »

Peu importe son statut finalement. D’une manière ou d’une autre, il va affronter l’équipe avec laquelle il a fait ses débuts. Dans son discours, Mike Brown en dit peu sur son sentiment à ce propos.

« Je le vois comme une opportunité. J’ai une longue histoire personnelle avec Cleveland. Pour moi, c’est plus grand que ça. Le groupe de joueurs avec lequel je travaille est incroyable. À ce moment de l’année, si tu as les bons gars, que ça fonctionne, que tout le monde est en bonne santé, tu as une chance de gagner. Je ne sais pas si je ressens une émotion à l’idée de retourner coacher là-bas. Je me concentre sur le prochain duel. Forcément, c’est spécial pour moi parce que ce sont les finales. »

Un rendez-vous qu’il avait déjà connu par le passé… avec les Cavs justement, en 2007, au moment de la défaite concédée par les Spurs. C’était la toute première finale NBA du jeune LeBron. Il était entouré à l’époque de Zydrunas Ilgauskas, Larry Hughes ou encore Drew Gooden. Trop faible pour enrayer la machine parfaitement huilée de San Antonio.

« Nous étions bons », se rappelle Mike Brown. « LeBron était jeune. Nous n’avons jamais vraiment eu ce lieutenant permanent derrière lui. Cela rendait parfois les choses difficiles pour aller plus loin en playoffs. Les joueurs que nous avions étaient incroyables individuellement et trouvaient les moyens de gagner. »

Malgré cinq saisons de rang à 45 victoires ou plus, dont le record du club à 66 victoires en 2009 et un titre de coach de l’année, Mike Brown avait dû prendre la porte, en 2010. Il venait de subir les critiques de LeBron James dans la défaite en finale de conférence face au Magic. Dans la foulée de son départ, le King annonçait le sien pour la Floride…

Viré une première fois, puis une seconde !

Mais l’histoire entre Mike Brown et Cleveland ne s’est pas arrêtée là. Pour la saison 2013-2014, après un passage très mitigé aux Lakers, on le rappelle pour diriger la boutique dont le leader s’appelle désormais Kyrie Irving. « C’était une erreur de s’en séparer », dit alors Dan Gilbert en référence à son éviction quatre ans plus tôt.

Après une saison en négatif (33-49), sa seule en carrière, Mike Brown est finalement… à nouveau viré par les Cavs ! On ne se doute pas à l’époque que LeBron James allait revenir dans sa région natale seulement quelques semaines plus tard. Un sacré chassé-croisé.

« C’était un peu bizarre », explique Mike Brown en rapport à son deuxième licenciement. « Chris Grant (l’ancien GM) m’a recruté et il a fait un travail phénoménal pour que tout se passe bien. Trois mois après le début de la saison, il a dû partir, ce qui a été un choc pour moi. L’organisation avait le droit de le faire. Et à la fin de la saison, j’ai dû partir. À trois jours de la fin de la saison régulière, nous étions en playoffs. Le propriétaire et le management n’étaient pas convaincu par notre travail. »

Les Cavs avaient pourtant échoué à cinq victoires de la huitième place cette année-là… Quelques mois plus tard, LeBron James était de retour, d’abord avec David Blatt puis Tyronn Lue. Avec le succès qu’on connaît.

Même si Mike Brown ne le dit pas, on doute qu’il n’y aura pas un esprit de revanche chez lui dans cette finale.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Golden State Warriors en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés