Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Le MVP Stephen Curry n’en finit plus d’impressionner son monde

stephen-curry

C’est un shoot que peu de basketteurs parviennent à rentrer en temps normal… Alors quand il rentre en fin de troisième quart temps d’un match 6 de playoffs, et ce alors que l’équipe adverse est en pleine résurgence sur son parquet (pour ne pas mourir), ce shoot devient d’autant plus lourd de sens. 

Un coup de massue sur la tête des Grizzlies

C’est bien le cas du tir de plus de la moitié du terrain qu’a réussi Stephen Curry hier soir pour crucifier les Grizzlies dans leur salle.

« C’est un de ces moments extraordinaires. » a commenté Tony Allen sur USA Today. « C’est un gars unique, et c’est le type de tirs qu’ils sont capables de rentrer. »

A ce moment-là du match, c’est effectivement un coup de poignard. Mike Conley, le vengeur masqué physiquement à bout, ne s’en est toujours pas relevé.

« C’était vraiment dur à avaler et dur de comprendre ce qui s’était passé en même temps. »

Pour son auteur lui-même, c’est un tir d’entraînement. Croyez-le ou non, mais Steph Curry a avoué bosser ce shoot « from downtown » (du centre-ville) chaque jour !

« Dans un match décisif comme ça, c’était un moment clé et ce moment-là est ensuite exagéré. Mais c’est un tir que je bosse tous les jours à l’entraînement. J’en ai rentré un à la fac. C’était mon dernier en date de l’autre côté de la ligne médiane et exactement le même tir : une balle qui traîne, je l’attrape, je la lance et je mets le tir. »

L’enfant de la balle plus confiant que jamais

Dans ses mots, tout cela semble simple; ça coule de source. Mais pour Steve Kerr, c’était effectivement le moment où le match a basculé en faveur de son équipe.

« Ce n’était certes pas un tir de la gagne mais ce fut l’action du match pour sûr ! »

En attendant de savoir qui sera leur futur adversaire pour la couronne de la conférence Ouest, les Warriors vont avoir quelques jours de repos devant eux. Pour leur première accession à ce niveau de compétition depuis 1976, les californiens n’ont plus aucune appréhension.

« On sera évidemment devant le match dimanche pour savoir. Mais j’ai le sentiment que si on joue notre jeu et fait ce qu’on doit faire, on devrait s’en sortir. » conclut le MVP en titre.

Plus rien ne semble pouvoir déséquilibrer le fluet artiste de la balle, meneur de jeu dans la Baie… et bientôt champion NBA ?

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités

Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *