Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Chauncey Billups fier d’arriver au Hall of Fame « de la bonne façon »

NBA – Chauncey Billups n’était pas un joueur à stats. Mais l’ancien meneur de jeu des Pistons est fier d’avoir réussi en jouant pour son équipe, avant de jouer pour lui.

Chauncey BillupsChauncey Billups va rejoindre le Panthéon en compagnie de Vince Carter. Pour le champion et MVP des Finals 2004, cette entrée au Panthéon du basket valide son parcours, pas toujours simple.

Drafté en 3e position par Boston en 1997, le meneur de jeu admet qu’il n’était en fait pas prêt pour la Grande Ligue. Après avoir dominé la compétition dans son Colorado natal, la marche était trop haute en NBA, face à des joueurs plus grands et plus costauds. Ce n’est qu’après quelques années qu’il a réussi à s’imposer, travaillant beaucoup lors de ses saisons chez les Wolves pour gommer ses défauts, pour mieux dribbler et se créer de l’espace sur son tir.

« Quand je suis arrivé à Detroit, j’étais enfin prêt à diriger le jeu, je le comprenais et je savais comment jouer à ce poste », explique ainsi Chauncey Billups à Andscape. « J’étais prêt à ce moment-là. Une fois là-bas, je n’ai jamais regardé en arrière. C’était fini. J’avais compris. »

Il a donc fallu six saisons à Chauncey Billups pour comprendre… et tomber dans la bonne équipe.

Le mariage parfait avec les Pistons

« On travaillait. On faisait de notre mieux, puis on rentrait à la maison. Pas de faste, pas de paillettes, rien de tout ça » rappelle-t-il sur ce groupe. « C’est aussi ça Detroit, c’est l’identité de cette ville et de ses supporters. C’était un cocktail parfait. C’est comme ça que Ben Wallace, notre leader, se comportait quand je suis arrivé, et c’est comme ça que je suis également. C’était donc vraiment un mariage parfait ».

Avec Chauncey Billups et Ben Wallace, mais également Richard Hamilton, Tayshaun Prince ou encore Rasheed Wallace, cette équipe de joueurs revanchards va devenir une place très forte de la conférence Est, atteignant six fois de suite les finales de conférence, entre 2003 et 2008, pour un titre (2004) et une finale perdue (2005).

« Je n’étais pas un joueur à la recherche de statistiques, je n’allais pas inscrire 35 points ou tourner à 25 points et 10 passes » rappelle le meneur, surtout connu pour la solidité qu’il apportait. « Je n’étais pas ce genre de joueur. Le problème, c’est que la plupart des gars ne pensent pas qu’ils peuvent atteindre leurs objectifs et être payés en jouant de la bonne façon. Quand je dis ‘jouer de la bonne façon’, je veux dire jouer pour l’équipe. Je ne jouais pas pour participer au All-Star Game [ou] pour faire la couverture d’ESPN Magazine. Je jouais pour essayer de gagner et de rendre mes coéquipiers meilleurs. Et c’est en faisant cela que j’ai réussi à être All-Star. J’ai gagné un titre en jouant de cette manière. Je suis entré au Panthéon en jouant de cette manière. »

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités