Summer
league
Summer
league
MIA120
MEM118
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Le MVP de la nuit | Le chef-d’oeuvre d’Anthony Edwards

NBA – Les Wolves peuvent remercier Anthony Edwards pour leur victoire chez les Pacers, acquise grâce à une prestation fantastique de leur leader dans le dernier quart-temps.

Anthony Edwards (Wolves) décisif chez les PacersLe premier match d’un road-trip de six matchs pour découvrir la vie sans Karl-Anthony Towns, voilà le genre le genre de défi taillé pour Anthony Edwards.

Féroce compétiteur, « Ant » a répondu à l’appel de manière exceptionnelle chez les Pacers. Meilleur marqueur de la nuit avec ses 44 unités (pour aller avec 6 rebonds, 3 passes, 2 interceptions et 2 contres), il a été déterminant dans le succès de Minnesota. Sa fin de match, des deux côtés du terrain, est un modèle du genre.

« Je me suis cogné contre l’arceau, cela fait vraiment mal. Je n’ai jamais sauté aussi haut de ma vie » a assuré Anthony Edwards, pourtant l’un des joueurs les plus aériens vu sur les parquets ces dernières saisons, sur son contre décisif, au buzzer. À 113-111 pour les Wolves et sept secondes à jouer, l’arrière a manqué un lancer-franc qui aurait pu être crucial, offrant une possibilité d’égalisation, voire de victoire à Indiana. Mais Anthony Edwards a fait bien plus que se rattraper avec un des contres de la saison.

« La plus belle action de ma carrière »

Le All-Star de Minnesota ne s’est posé aucune question, la tête littéralement dans le cercle. « Je me suis cogné la tête, et cela me fait vraiment mal » en a souri le héros du soir, retombé également sur son poignet. « Ce contre, c’est de la pure volonté de gagner, et ce n’est pas quelque chose qui s’apprend » a réagi Rudy Gobert.

« C’est la plus belle action de ma jeune carrière NBA, c’est clairement mon action préférée » a assuré Anthony Edwards en conférence de presse, avant de décrypter, avec un peu de confusion, ces dernières secondes de folie. « Quand j’ai raté mon lancer-franc, j’ai vu Siakam sur le côté droit du terrain (ndlr, en réalité Aaron Nesmith) et je savais que c’était sur lui que je devais défendre. Donc j’ai couru vers lui, je n’ai pas vu où était le ballon dans un premier temps. Et puis j’ai vu la foule devenir folle, j’ai vu Siakam dribbler et Mike Conley le gêner, ce qui était parfait. Je me suis juste dit : ‘Désormais, s’il me dunke dessus, qu’il me dunke dessus, mais je vais aller le chercher’. Je suis allé tout là-haut, et je l’ai eu. »

Un impact physique constant

Ce contre restera comme l’instantané de ce match, et pourrait même « masquer » l’ensemble de l’œuvre d’Anthony Edwards. Car avant ce contre, le numéro 5 des Wolves avait fait la totale aux Pacers, prenant totalement le match à son compte en deuxième période, en particulier dans le money time.

Anthony Edwards a inscrit 16 points dans le quatrième quart-temps, 11 des 13 derniers points de son équipe, dont les huit derniers. Ce, avec quelques tirs de très, très haut niveau, à l’image de son lay-up depuis la ligne de fond à un peu plus de deux minutes de la fin, après avoir transpercé une prise à deux grâce à ses appuis décalés dans les dernières secondes de la possession.

« Son tir ce soir, c’était le niveau supérieur » n’a pu que constater l’entraîneur d’Indiana, Rick Carlisle. « Même quand on a défendu à deux sur lui, il nous a échappé. C’est un grand joueur et c’est pour cela que chaque seconde, chaque minute d’un match compte. Edwards est très physique, et vous devez défendre les joueurs physiques en jouant physique vous-même. On a pris une leçon à la dure. »

Pour les amateurs de stats improbables, il faut savoir que depuis vingt ans, seul Kobe Bryant avait signé le contre de la victoire dans les trois dernières secondes d’un match qu’il avait terminé à au moins 40 points. Une belle compagnie pour Anthony Edwards, et un peu plus de promesses pour son avenir brillant.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités