Summer
league
Summer
league
SAC87
PHO77
WAS70
MIL71
CLE28
IND21
ATL
NYK0:00
LAL
CHI1:00
DEN
NOR3:00
DAL
OKC5:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Adam Silver serait déçu de ne pas voir une femme « head coach » en NBA dans les cinq ans

NBA – Le commissionner espère qu’une franchise saura franchir le pas en faisant confiance à une femme pour occuper le poste de coach principal.

Depuis sa prise de fonction, Adam Silver a mis un point d’honneur à offrir plus de place et de visibilité aux femmes en NBA. Les chantiers sont nombreux mais les progrès sont réels puisqu’il y a bien plus de femmes assistantes, arbitres et occupant des postes à responsabilités au sein de l’organigramme des franchises NBA qu’il y a huit ans.

La nomination d’une femme comme « head coach » d’une franchise serait une sorte d’aboutissement pour l’identité inclusive de la NBA voulue par Adam Silver. Qui assure que cette possibilité est toute proche…

« Je serais extrêmement déçu si, dans cinq ans, nous n’avions pas vu une première femme entraîneur principal en NBA », a-t-il ainsi déclaré au micro d’un podcast, aux côtés de Cathy Engelbert, son homologue de la WNBA.

Utiliser la WNBA et le basket professionnel féminin

Adam Silver a poursuivi en présentant la WNBA et le monde du basket féminin en général comme un formidable pourvoyeur de talents. De nombreuses anciennes joueuses ont ainsi pu intégrer des staffs NBA, à divers postes.

« Ce que nous constatons aujourd’hui, et vous pouvez consulter les données, c’est qu’il est étonnant de voir combien de nos jeunes joueurs viennent de familles dont les mères ont joué en pro ou, dans de nombreux cas, en WNBA », a-t-il ajouté. « Donc, je pense qu’il y a un tout autre respect pour le basket professionnel féminin de la part des jeunes joueurs qui sont dans la ligue maintenant. Et de la même manière, une fois qu’ils respectent le basket féminin, je pense qu’ils respectent aussi les femmes en tant qu’entraîneurs ».

On pense notamment à la mère de JaVale McGee, Pamela, double championne WNBA et qui a également une fille, Imani, qui a évolué en pro. Rien que pour les rookies, on peut noter que les mères de Paolo Banchero, Jaden Ivey ou encore Jeremy Sochan ont fait des carrières dans le basket.

En France, le meilleur exemple est Boris Diaw, fils d’Elisabeth Riffiod et ses 247 sélections en Equipe nationale, alors que la mère de Victor Wembanyama, Elodie de Fautereau, a également été basketteuse professionnelle.

« L’objectif est le suivant : à l’avenir, il devrait y avoir à peu près 50% de nouveaux arbitres femmes qui entrent dans la ligue. Même chose pour les entraîneurs, d’ailleurs. Nous avons par ailleurs un programme pour les former. Il n’y a aucune raison pour que des femmes ne puissent pas entraîner le basket masculin », a-t-il conclu.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités