Summer
league
Summer
league
MIA
OKC0:00
HOU
DET0:30
MEM
DAL2:00
PHI
POR2:30
SAC
UTH4:00
LAL
BOS4:30
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Une nouvelle action de légende pour les Bucks

NBA – Jrue Holiday en défense et à la passe, et Giannis Antetokounmpo au alley-oop ont signé l’une des actions les plus clutch de ces playoffs, et même de l’histoire des Finals.

Après le « poster block » de Giannis Antetokounmpo sur Deandre Ayton dans le Game 4, considéré comme le « plus grand contre de l’histoire » par Pat Connaughton, place à « l’action défensive de l’année ». C’est le même Connaughton qui s’enflamme : « C’est une action digne d’un First Team All Defensive. C’est l’action défensive de l’année. Cela montre que notre équipe est construite autour de la défense. dans les deux derniers matches, on a réussi deux stops défensifs importants pour faire la défense, et ils ont été réalisés par quelqu’un qui est dans First Team All Defense. »

Au départ de cette action, il y a le drive de Devin Booker. La star des Suns est à nouveau dans un grand soir, et tous les ballons passent par lui. Les Suns sont revenus à -1 après avoir compté jusqu’à 10 points de retard quelques minutes auparavant. C’est un ballon pour passer devant, et il reste une vingtaine de secondes à jouer.

« Franchement, c’était une excellente défense collective » réagit Jrue Holiday. « On savait que Booker voulait prendre ce dernier tir et nous avons très bien défendu sur lui. On l’a obligé à se retourner, et il s’est tourné vers moi. J’imagine que j’étais juste au bon endroit au bon moment. Mais, j’ai d’abord pensé qu’il allait tirer et j’étais prêt à contester son tir ou peut-être essayer de le gêner. Une fois qu’il a fait une feinte de tir, j’ai senti que je devais rester derrière et il s’est vraiment retourné vers moi. »

« On ne l’appelle pas le « Freak » pour rien, et j’ai lancé le plus haut que je pouvais »

En un éclair, Holiday a déjà les deux mains sur le ballon, et il arrache la balle. Booker est au sol, les bras en croix. Une action qui rappelle cette interception de Michael Jordan sur Karl Malone dans le Game 6 des Finals 1998.

Il reste 19 secondes à jouer, et les Bucks mènent d’un point avec la possession. Que faire à ce moment-là ? Certains auraient pu faire tourner le chrono et attendre une faute des Suns. Mais Holiday décide de partir en contre-attaque, et derrière lui, Giannis Antetokounmpo lui parle. Entre les deux, PJ Tucker s’écarte pour laisser le champ libre à son leader. « Giannis a réclamé le ballon, et à ce moment-là, j’ai juste lancé le ballon le plus haut possible, là où seul Giannis pouvait aller le chercher, et il est allé le chercher. On ne l’appelle pas le « Freak » pour rien, et j’ai lancé le plus haut que je pouvais. »

Le double MVP récupère la balle et écrase un alley-oop à deux mains, malgré la faute de Chris Paul. « C’était une immense interception. Il aurait pu aller dans leur camp, faire défiler le chrono… Mais il a eu confiance en moi, et il m’a fait une passe incroyable. C’était une action de grande classe. Une action pour gagner le match. C’est ce dont on avait besoin de la part de Jrue. On avait besoin de lui pour continuer de défendre. C’est ce genre d’action qui fait de lui un joueur d’élite. »

« J’étais tellement dans le moment présent. Je ne me préoccupais pas du chrono. Je ne me préoccupais pas du public. Je ne me préoccupais de rien »

Mais pourquoi avoir couru au alley-oop alors que les Bucks pouvaient faire tourner le chrono ? « Je ne sais pas… je l’ai vu partir, j’ai vu Chris Paul. J’ai commencé à sprinter, et j’ai vu personne près de moi. Au départ, il ne voulait pas m’envoyer la balle, mais j’étais là : « Balance, balance, balance… » et il l’a fait. Il a eu confiance en moi, et après le match, je suis allé le remercier pour m’avoir fait confiance. Il aurait pu rater sa passe, et le coach aurait dit qu’il fallait garder la balle… Mais il a eu confiance en moi, et il savait que j’allais finir l’action. »

Cette action, c’est un peu le symbole de ce qu’avait déclaré la veille le « Greek Freak » : vivre à fond dans l’instant. « J’étais tellement dans le moment présent. Je ne me préoccupais pas du chrono. Je ne me préoccupais pas du public. Je ne me préoccupais de rien. Je me préoccupais juste de savoir si j’avais un couloir ouvert, si je pouvais me dégager et il m’a fait confiance. Maintenant, si on remet tout à plat, il restait, quoi, 20 secondes au chrono. Jrue, habituellement, aurait donné la balle à Khris, pour un pick-and-roll et probablement que ça se serait terminé sur des lancers-francs. Mais parfois, quand on est tellement dans l’instant, on agit tout simplement. »

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités