Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Evan Fournier : « Ne pas aller aux Jeux olympiques serait un crève-coeur »

L’arrière a encore du mal avec ce non-match de la France lors de la demi-finale de la Coupe du Monde 2019. Il faudra sans doute attendre les Jeux olympiques de Tokyo pour conjurer le sort.

De l’eau a coulé sous les ponts depuis le revers de l’Équipe de France en demi-finale de la dernière Coupe du monde, le 13 septembre 2019 à Pékin, face à l’Argentine. Une lourde défaite qui a fait tâche après une victoire historique face aux États-Unis en quart de finale et à peine rattrapé par la médaille de bronze décrochée avec le cœur face à l’Australie deux jours plus tard.

Lors de la cérémonie de la remise des médailles, Evan Fournier avait par ailleurs créé la polémique en tirant tout bonnement la tronche. La France venait de remporter la deuxième médaille de bronze de son histoire, mais la déception de la demi-finale complètement ratée et l’occasion manquée de devenir champion du Monde était trop forte… Plus d’un an après, Evan Fournier est revenu sur cet épisode qui a toujours du mal à passer.

« C’est vrai que je l’ai toujours un peu en travers de la gorge, cette défaite contre l’Argentine, surtout que je sais qu’on était la meilleure équipe »

« Avec un peu de recul, c’est une fierté d’avoir fait un beau parcours, parce que c’était une équipe nouvelle, avec très peu de vécu collectif. Après c’est forcément un peu décevant de terminer sur une médaille de bronze quand on veut gagner, quand on sait qu’on a les possibilités » a-t-il déclaré au micro de RTL. « Quand on fait de la compét’ c’est pour gagner, et pas uniquement dans le basket. Dans la vie de tous les jours, on a tous envie de gagner, peu importe ce qu’on fait. C’est vrai que je l’ai toujours un peu en travers de la gorge, cette défaite contre l’Argentine, surtout que je sais qu’on était la meilleure équipe. Ils ont mieux joué que nous ce soir-là, bravo à eux, mais avec du recul, c’est vrai qu’on apprend beaucoup de cette compétition et j’espère que ça nous servira pour les Jeux Olympiques de Tokyo ».

Il faudra peut-être attendre la prochaine compétition internationale, à savoir les Jeux Olympiques de Tokyo, afin de passer à autre chose. Sur ce point, Evan Fournier n’est pas encore sûr de pouvoir participer. Il faudra attendre la décision finale de la NBA, qui semble pencher en faveur d’une fin de saison 2020-2021 avant le début des Jeux.

« Ce n’est pas une surprise », a-t-il ajouté. « Le calcul est simple, une saison c’est 82 matchs, ça dure à peu près six mois plus les playoffs. On sait que si on reprend en janvier voire fin janvier, ça va forcément empiéter sur les Jeux Olympiques. J’ai espoir. Je me dis qu’on aura peut-être une saison plus courte, moins dense ou que les Jeux Olympiques seront reportés de quelques semaines… J’essaie de trouver des moyens de rester optimiste. Après, ça me ferait vraiment mal au cœur de ne pas y aller, vraiment ».

« J’ai vu mes parents rentrer des Jeux. J’ai vu des athlètes y aller et ramener leur médaille. J’ai grandi dans cette atmosphère là »

Avec deux parents judokas, Evan Fournier a grandi en portant les Jeux Olympiques dans son cœur et en nourrissant cet amour du maillot tricolore.

« C’est vrai qu’au basket par rapport à d’autres sports comme l’athlétisme ou la natation, les Jeux Olympiques ne sont pas la compétition phare. Au basket, la meilleure ligue au monde, ça reste la NBA. C’est là qu’on affronte les meilleurs, » a-t-il continué. « Ceci dit, les Jeux Olympiques, ça reste les Jeux Olympiques. J’ai grandi dans une famille de judokas, où forcément, la compétition phare, ce sont les Jeux. J’ai vu mes parents rentrer des Jeux. J’ai vu des athlètes y aller et ramener leur médaille. J’ai grandi dans cette atmosphère-là, c’est la meilleure compétition internationale, et c’est la seule opportunité que j’ai de représenter mon pays. Ça me tient vraiment à cœur de jouer pour la France. C’est particulier de partager des moments forts avec des gens qu’on connaît depuis très longtemps, avec qui on a grandi et passé beaucoup de temps. Ce serait vraiment un crève-cœur de ne pas pouvoir y aller. Deux étés de suite sans l’équipe de France, ça ferait très mal ».

Pour l’heure, l’arrière a déjà manqué deux rendez-vous olympiques, en 2012 à Londres, l’année de sa Draft en NBA, puis en 2016 à Rio où il n’avais pas été retenu.

Avec le report des JO de 2020, le joueur du Magic commence à se poser des questions… « En 2020, si je fais pas les JO, je me dis que je ne les ferai jamais, que c’est une malédiction et que même pour Paris 2024, je ne serai pas là, je serai blessé ou quelque chose du genre… », a-t-il glissé sur le ton de la plaisanterie.

Evan Fournier Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2012-13 DEN 38 11 49.3 40.7 76.9 0.2 0.8 0.9 1.2 1.7 0.5 0.8 0.0 5.3
2013-14 DEN 76 20 41.9 37.6 75.6 0.5 2.2 2.7 1.5 2.4 0.5 1.3 0.1 8.4
2014-15 ORL 58 29 44.0 37.8 72.8 0.5 2.2 2.6 2.1 2.0 0.7 1.4 0.0 12.0
2015-16 ORL 79 33 46.2 40.0 83.6 0.4 2.4 2.9 2.7 2.7 1.2 1.7 0.0 15.4
2016-17 ORL 68 33 43.9 35.6 80.5 0.7 2.4 3.1 3.0 2.7 1.0 2.1 0.1 17.2
2017-18 ORL 57 32 45.9 37.9 86.7 0.4 2.8 3.2 2.9 2.4 0.8 1.7 0.3 17.8
2018-19 ORL 81 32 43.8 34.0 80.6 0.5 2.7 3.2 3.6 2.8 0.9 1.9 0.2 15.1
2019-20 ORL 66 31 46.7 39.9 81.8 0.3 2.3 2.6 3.2 2.4 1.1 1.9 0.2 18.5
Total   523 28 44.9 37.5 80.7 0.4 2.3 2.7 2.6 2.4 0.9 1.7 0.1 14.1

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés