Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Dwyane Wade ferme le chapitre de sa vie de basketteur et regarde vers l’avenir

Le numéro #3 de Dwyane Wade a rejoint le plafond de l’American Airlines Arena lors d’une cérémonie d’une vingtaine de minutes à la mi-temps du match entre Miami et Cleveland.

Entre joie et nostalgie, les émotions étaient palpables cette nuit à l’American Airlines Arena, lors du retrait du maillot de Dwyane Wade. Contrairement à la longue et participative cérémonie que les Spurs avaient organisé pour Tony Parker en novembre dernier, le Heat a volontairement gardé cet hommage plus intimiste.

Quelques mots de Pat Riley ont précédé la montée du numéro #3, hissé par Gabrielle Union, l’épouse de Dwyane Wade, et son fils Zaïre, avant que la légende ne prenne la parole pendant près de vingt minutes pour remercier ses entraineurs, ses coéquipiers, sa famille, tous les départements de la franchise de Miami et les fans du Heat.

Une cérémonie en deux actes

Ce format court a été rendu possible par la tenue d’une soirée hommage de plus de deux heures la veille et nommée « Flashback » en référence au surnom de Dwyane Wade et à tous les souvenirs et autres accolades qu’il a collectionnés lors de sa carrière de 16 saisons, dont 15 passées en Floride. Dwyane Wade a en effet raccroché les baskets en fin de saison dernière en tant que meilleur marqueur, passeur et intercepteur de l’histoire du Heat, tout en ayant joué le plus de minutes et de matchs de la franchise.

Il est également le dénominateur commun, avec Udonis Haslem, des trois titres de Miami (2006, 2012, 2013) et a notamment remporté le trophée de MVP des Finals 2006.

« Ce n’est pas une coïncidence si tous les bonnes choses qui nous sont arrivés, les titres, les finales, les parades, soient arrivés après que nous ayons drafté Dwyane en 2003, » rappelait Pat Riley vendredi soir, selon le Miami Herald. « Depuis que Dwyane a rejoint cette franchise, nous n’avons eu que du succès. »

La soirée de vendredi, avec la présence de Ray Allen, Dorell Wright, Chris Bosh, Alonzo Mourning et David Fizdale, et les nombreux messages vidéos dont ceux de LeBron James et de Shaquille O’Neal, était donc l’opportunité pour les pairs de Dwyane Wade et pour le Heat de lui rendre hommage et de partager ce moment avec les fans.

« Il y a plusieurs années, j’avais évoqué ça avec Pat, » expliquait Dwyane Wade. « Je lui avais dit que je voulais ma propre soirée parce que je voulais la partager avec vous tous. Vous m’avez tellement donné, vous m’avez donné mon propre comté, et j’espère que vous êtes fier ce soir, et que vous le serez demain (samedi) de tout ce que l’on a accompli ensemble. »

Un discours centré sur l’aspect humain de sa carrière

Samedi soir, Dwyane Wade était ému mais serein, se mettant à nu pour partager sa gratitude devant une American Airlines Arena pleine à craquer. Il a d’abord remercié son père, qui était son premier coach. « Tu m’as appris bien plus que de jouer au basket, tu m’as enseigné le jeu de la vie, » dit-il.

Il a ensuite enchainé en racontant une anecdote sur chacun des entraineurs, du lycée jusqu’en NBA, qui ont marqué sa carrière et sa vie. Il a eu des mots forts envers Tom Crean, son coach à l’université de Marquette. « Tu étais plus qu’un coach, tu as changé ma vie, » confesse-t-il. « Quand je te disais que je ne pouvais pas, tu m’as toujours poussé et montré que je pouvais passer au-delà de n’importe quel obstacle. »

Il a également remercié Stan Van Gundy, son premier coach NBA, qui lui a donné la liberté de s’exprimer après seulement quelques mois dans son année rookie. Pat Riley, évidemment, avec qui il gagnera son premier titre, mais plus que quiconque, c’est sa relation avec Erik Spoelstra qui parait la plus particulière. La paire avait en effet commencé quasiment ensemble au Heat, avec Spoelstra assistant de Van Gundy et coach assigné à Wade.

« Nous avons connu beaucoup de hauts et de bas mais notre relation a muri à travers cette adversité, » décrit-il pour les fans. « C’est quand je suis parti pour Chicago que notre relation est passé à un autre niveau. Nous sommes devenus amis, nous sommes devenus membres de la même famille, » termine-t-il sous les yeux du coach.

Outre les membres de sa famille et de sa garde rapprochée, Dwyane Wade a énuméré tous les départements de la franchise de Heat, les remerciant chaleureusement et faisant lumière d’un conseil donné par Caron Butler lors de ses premières années dans la Ligue. « Traite toute le monde avec respect, en particulier ceux qui travaillent en coulisses » lui avait inculqué le vétéran.

Dwyane Wade a aussi, forcément, mis un point d’honneur à rendre hommage à ses coéquipiers à Marquette avec qui il atteint le Final Four. À Alonzo Mourning, qui lui appris à devenir un vrai professionnel. À Shaq, « ton leadership m’a donné la confiance de devenir le joueur que je suis devenu, » mais également à ses compères des « Heatles », Chris Bosh et LeBron James.

À Udonis Haslem, qui a alors reçu une standing ovation prolongée. « Je ne serais pas ici avec trois titres de champions, sans toi. On ne choisit pas sa famille mais je suis reconnaissant de t’avoir choisir comme mon frère, » professe-t-il à celui qui a été drafté la même année que lui.

Kobe Bryant comme modèle

Dwyane Wade avait toutefois gardé le meilleur pour la fin, citant son ami, Kobe Bryant, pour remettre en perspective sa carrière sous le maillot de Miami.

« Kobe a dit que la chose la plus importante est d’essayer d’inspirer les autres pour qu’ils excellent dans leur domaine de prédilection, » partage-t-il. « J’espère que je vous ai tous inspirés. Merci de m’avoir permis d’influencer votre héritage, sachez que vous êtes une grande partie du mien. »

Il suffisait de regarder tout autour de nous pour nous rendre compte de l’impact de Dwyane Wade sur Miami. Des nombreux maillots floqués à son nom, en passant par la transformation du comté Miami-Dade en Miami-Wade, sans oublier les larmes des deux personnes de la sécurité assis à côté de nous pendant la cérémonie.

Comme souvent lors de ces hommages, le basket n’est finalement qu’une infime partie d’un héritage beaucoup plus profond et ancré dans les fondations mêmes de la communauté locale.

« Quand vous empruntez ce chemin et que vous jouez au basket, vous ne réalisez pas à quel point vous pouvez inspirer des millions des gens. J’ai tellement d’anecdotes de personnes venant me voir pour me dire que j’ai sauvé leur vie, qu’ils sont tombés amoureux du basket grâce à moi, et il y a pleins d’autres exemples. Être dans la position de pouvoir inspirer des vies par la façon dont je jouais, ou par ce que j’ai fait dans la communauté, c’est de ça dont je suis le plus fier. Beaucoup plus que tous les points, que toutes les passes décisives. »

Lors de sa conférence de presse, Dwyane Wade a également expliqué les raisons derrière sa volonté d’avoir une cérémonie de retraite de son maillot étalée sur trois jours.

Il voulait pouvoir prendre le temps de partager ce moment avec tous ceux qu’ils l’ont aidé, tous ceux qu’il a influencés mais aussi pour pouvoir fermer le livre de sa carrière de basketteur et passer à autre chose.

La responsabilité d’être un exemple

« Je voulais ce week-end pour vraiment boucler la boucle. Même si les 18 derniers mois ont été géniaux, j’ai besoin de mettre tout ça derrière moi pour commencer mon prochain chapitre, » explique-t-il. « Donc ce soir, et demain quand mon documentaire va sortir, la boucle sera bouclée et lundi matin, je deviens une autre personne. Je veux que les gens comprennent que Dwyane Wade le basketteur, ce n’était qu’une période de ma vie et que maintenant je peux enfin mettre ça derrière moi et avancer à 100% vers ce que l’avenir me réserve. »

S’il pourra donc se concentrer sur ses multiples projets, de la mode aux médias pour ne citer qu’eux, Dwyane Wade restera toutefois connecté au monde du basket. En particulier, pour prendre le relais de Kobe Bryant et montrer à ses pairs qu’ils peuvent attaquer leur vie en dehors du parquet de la même façon que celle sur le parquet.

« Kobe nous montrait la voie. Kobe a pris sa retraite et il nous a montré que vous pouvez exceller dans un autre domaine. Il excellait en basket, il a excellé en tant que père et que mari, en tant que créatif. Et en faisant ça, il nous montrait la voie et maintenant nous n’avons plus son leadership. Donc je ressens la responsabilité de prendre son flambeau et de montre la voie pour la prochaine génération, » concède-t-il. « Parce que quand vous prenez votre retraite et que tout ce que vous connaissez, depuis que vous êtes gamin, c’est le basket, c’est flippant d’aller de l’autre côté de la barrière. Donc si je peux montrer à d’autres joueurs que la retraite c’est pas mal du tout et leur montrer le type d’opportunités qu’ils peuvent se créer pour eux-mêmes. Je veux prendre cette responsabilité. »

L’hommage à Dwyane Wade se terminera donc aujourd’hui avec la sortie d’un documentaire retraçant sa vie et sa carrière. Un chapitre qui laissera une marque indélébile dans le cœur de Miami.

Propos recueillis à Miami.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés