Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Quand Kawhi Leonard était élu MVP des Finals 2014

Il y a cinq ans, l’ailier All-Star inscrivait son nom dans les livres d’histoire en décrochant, à 22 ans, le trophée de MVP des Finals après une superbe performance face au Heat.

Pour sa troisième saison seulement et alors qu’il était encore perfectible, Kawhi Leonard est arrivé au sommet en 2014 en remportant le titre NBA, tout en étant couronné MVP des Finals à 17.6 points et 6.4 rebonds de moyenne.

L’ailier des Spurs devenait alors, à 22 ans, le deuxième plus jeune joueur de l’histoire à remporter ce trophée, devant Tim Duncan, 23 ans en 1999, mais derrière Magic Johnson, MVP des Finals en 1980, à 21 ans.

« Il a une envie, très rare, de devenir le meilleur »

« Tout ça ressemble à un rêve pour moi », expliquait l’ailier des Spurs après le Game 5. « C’est ma seconde finale en trois ans. J’ai progressé chaque saison, comme l’équipe. »

Très moyen pendant les deux premiers matchs avec 9 points par match, Kawhi Leonard prend une nouvelle dimension dans les trois rencontres suivantes. Il est l’homme fort des Spurs et affiche 23.7 points à 68% de réussite, 9.3 rebonds, 2 interceptions et 2 contres de moyenne.

« On a discuté pendant toute la saison », rappelait Gregg Popovich. « Enfin, c’est moi qui parlais surtout car Kawhi est vraiment un taiseux. Mais il écoute, il est très compétitif. Il veut que je le pousse et il a une envie, très rare, de devenir le meilleur. Il est notre moteur, et ça commence avec sa défense, ses rebonds. Ensuite, il s’est mieux senti offensivement car je n’ai jamais dessiné une seule action pour lui des playoffs. »

Impérial en défense

Ce qu’on retient surtout de ses Finals (ce qui était déjà un peu le cas des Finals 2013), c’est sa défense sur LeBron James, le meilleur joueur du monde à l’époque. Sa présence, ses mains rapides, sa puissance physique, son sens du placement gênent considérablement le King, qui certes réalise de belles performances en Finals, mais accumule surtout les statistiques quand il n’est pas défendu par le futur défenseur de l’année 2015 et 2016.

« Il a joué libéré », commentait Dwyane Wade. « On avait l’impression qu’après les deux premiers matchs, ses coéquipiers lui ont dit de simplement jouer au basket. Il n’a pas seulement pris ce que la défense avait à donner, il a pris ce qu’il voulait comme il le souhaitait. »

Et même s’il était déjà très fort, difficile d’imaginer qu’il serait aussi impressionnant offensivement, surtout en un-contre-un, au point de faire des séries dignes de Michael Jordan ou Kobe Bryant dans ces playoffs 2019.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés