Matchs
NBA hier
Matchs
hier
BOS109
MIL81
PHO90
DAL123
Pariez en ligne avec Unibet
  • MIA1.73BOS2.1Pariez
  • GOL1.44DAL2.68Pariez
  • 150€ offertsLa suite →

Le 13 mai 2004, Derek Fisher tue les Spurs avec 0.4 seconde à jouer…

NBA – Le 13 mai 2004, dans une fin de rencontre épique face aux Spurs, le meneur des Lakers inscrivait un des paniers les plus improbables de l’histoire. Avec 0.4 seconde pour dégainer…

Dans l’histoire de la NBA, il y a les paniers au buzzer en playoffs, dont celui désormais mythique de Kawhi Leonard face aux Sixers, et il y a le shoot de Derek Fisher face aux Spurs en 2004.

Le tir au buzzer du meneur des Lakers a en effet une place unique dans la légende. Il concentre un aspect improbable et une soudaineté inoubliable, dans un affrontement épique et symbolique des années 2000.

Le sommet dramatique d’une rivalité mythique

La rivalité entre San Antonio et Los Angeles a été une des plus féroces du début du XXIe siècle, après la deuxième retraite de Michael Jordan en 1998. Entre 1999 et 2010, les deux franchises se partagent neuf titres NBA. À six reprises, entre 1999 et 2008, ils vont s’affronter en playoffs et le sommet dramatique intervient ce 13 mai 2004.

Les deux formations sont à égalité 2-2 et le cinquième match est disputé à San Antonio. Le parquet est une véritable piste aux étoiles : Shaquille O’Neal, Kobe Bryant, Gary Payton, Karl Malone, Tim Duncan, Tony Parker, Manu Ginobili… Et pour couronner le tout, Gregg Popovich et Phil Jackson sur les bancs.

Il reste 21 secondes à jouer, San Antonio mène 71-70 (un score de mi-temps aujourd’hui), quand Kobe Bryant récupère la balle. L’arrière marque et donne l’avantage aux Lakers. 11 secondes encore avant le terme, et les Spurs ne trouvent pas de shoot, mais Derek Fisher fait faute.

Le tir de Tim Duncan, déjà un exploit

Remise en jeu sur le côté. La gonfle échoue dans les mains de Tim Duncan, qui revient vers l’axe du panier et envoie un tir à une main au dessus de Shaquille O’Neal, un mètre derrière la ligne des lancers. C’est dedans ! Un authentique exploit de la part de l’intérieur des Spurs. Le chrono semble déjà donner la victoire aux Texans : 0.4 seconde restant. Trop peu pour faire un miracle même si les temps-morts s’accumulent pour brouiller les pistes.

Sauf que sur la remise en jeu, Robert Horry, sur consigne de Gregg Popovich, vient couper la possibilité de passe vers Kobe Bryant, mais laisse une ouverture pour Derek Fisher. Le meneur ne réfléchit pas – il n’a pas le temps – et envoie son tir. Le ballon transperce le filet. Los Angeles s’impose 74-73, San Antonio s’effondre.

« Au moment où je tire, je sais qu’il va rentrer », expliquait le héros à l’époque. « Au moment où je prends la balle, je suis déjà dans mon tir. Ensuite, j’ai filé dans le vestiaire car je ne voulais pas qu’ils pensent qu’il n’était pas valable. Ce match est le symbole de notre saison : on a parfois été exceptionnels, et parfois on a été très mauvais. »

La défaite la plus cruelle pour Gregg Popovich…

Après vérification, le shoot est valable même s’il s’en suivra une polémique sur le chrono, les Spurs estimant que Derek Fisher a eu davantage que 0.4 seconde pour prendre son tir. La NBA confirmera le panier le lendemain, mais les arbitres exigeront l’usage de la vidéo pour ce type d’action. Un moment charnière dans l’histoire des playoffs.

« Je n’ai pas besoin de revoir les images », commentera Tony Parker après la rencontre. « Je pensais vraiment qu’on avait gagné le match. Tim venait d’inscrire un shoot incroyable, et je pensais qu’on avait gagné. »

Gregg Popovich, lui, parlera de la « défaite la plus cruelle » de sa carrière. Malheureusement pour lui, il y aura pire avec le Game 6 des Finals 2013 et le tir primé de Ray Allen.

Tags →