Pariez en ligne avec Unibet
  • IND1.65OKL2.25Pariez
  • PHI1.17CLE5.2Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Les Pistons sont fans de leur coach

Dwane Casey a rallié tous les suffrages au sein du vestiaire pour sa première année à Detroit.

Il y a presque dix ans, à l’issue de la saison 2009-2010, Dwane Casey était dans les petits papiers des Clippers pour remplacer Mike Dunleavy au poste de coach. En lice pour sa première saison après une année blanche due à une blessure au genou (déjà à l’époque), Blake Griffin n’avait eu que des bons retours sur celui qui était alors assistant coach aux Mavs. Il en avait même fait son candidat idéal. Vinny Del Negro avait finalement eu le poste.

« Tout le monde m’a dit : Vous avez beaucoup de chance »

Le hasard faisant bien les choses, l’intérieur a retrouvé Dwane Casey à Detroit l’été dernier. Aujourd’hui, il peut confirmer que tout ce qu’il avait entendu de positif au sujet de l’entraîneur à cette époque était bel et bien fondé.

« J’avais eu le même retour de la part de tous les gens avec qui j’avais parlé cet été-là, sur un point très positif : la cohérence », se remémore Blake Griffin. « Une chose dont tout le monde parlait, c’est le type de personne qu’il est, un super gars, très discipliné, qui prend soin de ses joueurs. Tout ça, je l’ai vu tout au long de la saison ».

Reggie Jackson avait aussi senti les prémices d’un renouveau à l’arrivée de Dwane Casey, viré des Raptors après avoir été élu coach de l’année suite à la première place de Toronto à l’issue de la saison régulière 2017-2018. Lorsqu’il avait reçu des messages pour le moins explicites de la part de trois joueurs différents.

« Tout le monde m’a dit : « Vous avez beaucoup de chance ». C’était vraiment sincère. Ils avaient le sentiment d’avoir perdu leur meilleur ami », avait-il déclaré en septembre.

Toronto, un acte fondateur

Là aussi, la saison régulière a confirmé ses dires. Dwane Casey a réussi à créer une vraie cohésion dans le groupe. Les trois victoires arrachées face aux Raptors en sont le plus beau symbole et la qualification en playoffs la plus juste récompense.

« Il y a toujours un moment où ça peut basculer entre un coach et son équipe. Pour moi, l’un de ces moments, ça a été Toronto », confirme Blake Griffin, faisant référence au premier duel entre les deux équipes remporté par les Pistons au buzzer à la Scotiabank Arena. « À la mi-temps (Detroit était à -12), il est arrivé et on a parlé des bonnes choses à faire pour s’en sortir. Je me rappelle m’être dit qu’il avait parfaitement géré la situation. C’est dans ces moments-là que tu gagnes le respect ».

Obtenir l’approbation du franchise player était primordial pour permettre à coach Casey d’établir son plan. Le reste du groupe a alors suivi et les Pistons avaient aligné 7 victoires sur les 8 matchs suivants afin de lancer définitivement leur saison. Et avec les précieux renforts de Wayne Ellington et Thon Maker, Detroit a atteint son objectif initial.

« Il se bat pour nous et défendra tous ceux qui se battront avec lui », ajoute Langston Galloway, qui s’est relancé cette saison avec un vrai rôle en sortie de banc. « Il met sur le parquet les joueurs qui veulent aider l’équipe à atteindre les playoffs. Ça en dit beaucoup sur lui. Il s’est beaucoup investi avec les joueurs toute l’année, à essayer de nous aider à traverser les coups de moins bien ».

Une saison pourtant mouvementée

Les Pistons sont en effet passés par de nombreux moments difficiles, notamment lorsqu’ils ont enchaîné 16 défaites en 20 matchs en décembre-janvier, tombant même à la 10e place de la conférence Est fin janvier. Il y a aussi eu les blessures et cette fin d’exercice terriblement frustrante où il a fallu attendre le dernier match pour valider la participation aux playoffs.

« Coach Casey sait garder son calme malgré la pression, ce qui est plutôt agréable », note Ish Smith, élément déterminant de la « remontada » salvatrice des Pistons lors de l’avant-dernier match de la saison régulière face à Memphis. « Il a eu ses moments, comme tout coach, quand les joueurs ne donnent pas ce qu’il attend d’eux. Mais on a dû faire face à beaucoup d’adversité. Et il n’a jamais baissé les bras, il ne s’est jamais frustré, il n’a pas eu de grosses colères. Le résultat à l’arrivée, c’est notre qualification en playoffs, et sa personnalité y est pour beaucoup ».

La confiance, le plaisir et la liberté dans le jeu proposés par coach Casey sont également des thèmes qui sont revenus des différents témoignages de ses joueurs cette saison, y compris de la part de Thon Maker, arrivé en cours d’exercice. « J’ai pris beaucoup de plaisir. Il te donne de la liberté et t’encourage, te pousse à continuer de travailler. C’est le genre de coach qui va te laisser explorer les capacités de ton jeu, mais en même temps, il sait être exigeant dans la dureté et la défense ».

En un mot, les Pistons s’estiment « chanceux » d’avoir un coach comme Dwane Casey. « Un coach qui défend son identité. Il a été super cette saison. J’ai vraiment aimé jouer pour lui », conclut Blake Griffin.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Detroit Pistons en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés