Matchs
NBA hier
Matchs
hier
IND111
BOS114
Pariez en ligne avec Unibet
  • DAL1.74MIN2.05Pariez
  • IND3.5BOS1.28Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Sidney Moncrief, la défense au Panthéon

Parmi les meilleurs « two-way players » de l’histoire sur les postes extérieurs, Sidney Moncrief a pourtant dû attendre très longtemps avant de pouvoir rejoindre le Hall of Fame.

Chris Webber et Ben Wallace ne sont pas les seuls grands joueurs à avoir dû attendre de longues années avant d’entrer au Hall of Fame. Voilà en effet très longtemps que Sidney Moncrief fait partie des finalistes de Springfield, mais ce n’est finalement que cette année qu’il a enfin passé l’obstacle pour rejoindre le Panthéon des basketteurs.

Il faut dire que malgré ses exploits à la fac d’Arkansas, l’ancien joueur des Bucks a eu une carrière professionnelle plutôt courte, la faute aux blessures. Il n’est ainsi resté « que » 11 ans en NBA, dont seulement 7 en pleine forme.

Trop défenseur pour le Hall of Fame ?

Pourtant, durant ce laps de temps, il était bel et bien l’un des meilleurs « two-way players » de son époque, et peut-être de l’histoire. Cinq fois All-Star (de 1982 à 1986) et membre de la All-NBA First Team en 1983, Sidney Moncrief a aussi été le seul arrière à être élu deux fois meilleur défenseur de la ligue, en 1983 puis 1984.

Avec ses 15.6 points, 4.7 rebonds et 3.6 passes de moyenne en carrière, il n’était en effet pas un scoreur dominant, à même de marquer les esprits. Et c’est aussi pour ça qu’il a mis tant de temps à recueillir les votes pour entrer au Hall of Fame…

« C’était un super sentiment », explique-t-il. « Je suis ravi de faire partir de ce groupe de joueurs, être avec eux est spécial. Et puis ça représente davantage que ma seule personne. Il s’agit aussi des joueurs avec lesquels j’ai joué, des fans et des coachs. »

Un hommage à ses coachs

L’introduction au Hall of Fame d’un défenseur est une bonne chose pour l’institution, accusée ces derniers temps de se concentrer sur des gros scoreurs. L’entrée de Tracy McGrady si rapidement après sa fin de carrière fait toujours polémique.

« Ils ont finalement réalisé la valeur des joueurs qui se dépensent des deux côtés du terrain », se réjouit Sidney Moncrief, aujourd’hui âgé de 61 ans. « C’est très bien. »

Sidney Moncrief salue d’ailleurs ses coachs, Oliver Elders au lycée et Eddie Sutton, à la fac d’Arkansas, pour lui avoir appris les vertus de la défense, alors qu’il aurait très bien pu se contenter d’être un joueur offensif.

« À Arkansas, sur l’arrière de nos shorts, il y avait écrit : ‘Dévouement, Discipline, Défense’. Au dos de nos maillots, il y avait écrit : ‘Dévouement, Discipline, Défense ». Il [Eddie Sutton] vous forçait à être un joueur d’équipe. Vous deviez jouer le jeu comme il le fallait, et vous deviez défendre. Il fallait arriver à l’heure, aller en classe, avoir de bonnes notes, tout ce qui faisait de vous un homme meilleur. Et je suis devenu une meilleure personne, un meilleur coéquipier et un meilleur homme grâce à coach Sutton, et ça a fait de moi un joueur NBA. »

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités

Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *