Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
HOU126
LAL111
SAS115
LAC84
ORL49
CHI43
PHO
DAL4:30
Magazine News Previews

[Previews 2018/19] 6e – Dans quel sens va courir OKC ?

Comme chaque année, Basket USA propose une présentation de la saison NBA et des 30 franchises sous la forme d’un compte à rebours, de la 30e place à notre favori pour le titre de champion NBA.

Aujourd’hui, c’est le Thunder qui nous intéresse. La franchise doit rebondir après l’échec de la saison passée, et son élimination au premier tour contre Utah. La bonne nouvelle, c’est que Paul George a décidé de rester et que le GM Sam Presti a mis les formes en cassant son « Big Three » pour assembler une équipe plus cohérente et complète sur le papier. Les renforts sont intéressants, encore faut-il qu’ils trouvent leur place dans cet équilibre si spécial autour de Russell Westbrook et Paul George.

Une équipe plus tranchante ?

La page Carmelo Anthony s’est rapidement déchirée après une seule saison, quand Paul George, lui, a décidé de continuer l’aventure. La greffe n’a jamais pris entre le nouvel ailier des Rockets et le Thunder, Melo étant mal à l’aise offensivement et défensivement. L’affaire aurait donc vraiment pu tourner au vinaigre mais Sam Presti a réussi à trouver une issue favorable en se débarrassant du contrat de l’ancien Knick, tout en récupérant Dennis Schröder et Timothé Luwawu-Cabarrot.

Le GM aime les sixièmes hommes d’impact (James Harden, Reggie Jackson…) et l’ex-meneur des Hawks a déjà brillé dans ce rôle. Capable de dynamiter une défense, il peut soulager Russell Westbrook en permettant au MVP 2017 de souffler (36.4 minutes de moyenne la saison passée). On attend par contre de voir comment OKC va se débrouiller lorsque les deux hommes seront associés, OKC pouvant alors souffrir en défense face aux backcourts denses de l’Ouest…

Toujours côté recrutement, l’arrivée de Nerlens Noel est aussi intéressante. Si l’intérieur retrouve ses sensations, lui aussi en sortie de banc, le Thunder pourrait compter sur un défenseur mobile au relais de Steven Adams.

Si on ajoute Timothé Luwawu-Cabarrot, intéressant dans ses déplacements en attaque et capable de jouer les contre-attaques aux côtés de Russell Westbrook, on obtient une équipe tranchante, plus complète et cohérente. Comme la volonté affichée est de courir le plus possible, sans un Melo qui avait tendance à ralentir le jeu, cette formation a des allures de pur sang.

Une défense en pointillé ?

Si empiler les joueurs offensifs n’est pas un gage de réussite, le talent est tel que le Thunder ne devrait pas avoir trop de mal à trouver le chemin du cercle. Sauf qu’au basket, il faut aussi penser à défendre.

L’absence prolongée d’Andre Roberson est donc une bien mauvaise nouvelle puisque l’ailier – quasi inexistant en attaque – reste le liant défensif du groupe et compense pas mal d’absences et d’erreurs. Sans lui, en seconde partie de saison passée, l’équipe a connu d’énormes difficultés. Son absence pendant une vingtaine de matches n’est pas une totale catastrophe mais si, à son retour, son niveau n’est pas optimal, le Thunder risque d’être en souffrance et de ne pas tenir le rythme de l’Ouest.

De plus, Dennis Schröder et Russell Westbrook ne sont pas les joueurs les plus impliqués défensivement et si Paul George doit s’occuper pleinement du meilleur attaquant adverse tous les soirs (en attendant Andre Roberson), en attaque, il va en ressentir les effets avec une possible maladresse. Ce serait problématique car OKC aura besoin de sa réussite extérieure.

Si Oklahoma City veut courir, et avec efficacité, il va falloir commencer par faire des stops. Il y a les moyens pour le faire : l’impact physique de cet effectif laisse entrevoir de belles promesses. Défendre plus pour courir plus, en quelque sorte…

LES MOUVEMENTS DE L’ÉTÉ

Arrivées : Nerlens Noel (Mavericks), Dennis Schröder (Hawks), Timothé Luwawu-Cabarrot (Sixers), Hamidou Diallo

Départs : Carmelo Anthony (Hawks, puis Rockets), Kyle Singler, Corey Brewer, Nick Collison (retraite)

LE JOUEUR À SUIVRE : Dennis Schröder

Et si Dennis Schröder s’imposait comme le nouveau Reggie Jackson voire James Harden du Thunder ? L’ancien meneur des Hawks quitte la reconstruction d’Atlanta pour une équipe compétitive à Oklahoma City et il est attendu au tournant.

En sixième homme, l’Allemand peut faire très mal. Il est le parfait relais de Russell Westbrook pour continuer d’agresser les défenses. Avoir sur le dos Westbrook puis Schröder pendant 48 minutes, ce n’est en effet pas un cadeau. Ses qualités offensives s’illustrent déjà avec Steven Adams et une éventuelle association avec Nerlens Noel dans la « second unit » est également réjouissante sur le papier. Avec 26.4 points de moyenne, le banc du Thunder était le second moins prolifique de la ligue en 2017-2018. L’arrivée de Dennis Schröder ne peut donc que lui donner un coup de fouet.

Une question tout de même : Billy Donovan va-t-il souvent l’associer au MVP 2017 ? Alors qu’ils aiment tous les deux avoir le ballon, shooter et attaquer, une cohabitation tenable et efficiente, comme Houston sait si bien le faire, est-elle possible sur le long terme ? De plus, en défense, ça pourrait poser aussi des soucis. Les questions affluent donc, mais l’appétit aussi.

MOYENNE D’ÂGE : 25.5 ans
MASSE SALARIALE : 145.5 millions (1er sur 30)

SI TOUT VA BIEN

Carmelo Anthony parti, Billy Donovan trouve enfin un équilibre avec un groupe agressif, qui met une pression constante sur l’adversaire. Mené par son duo Russell Westbrook – Paul George et alors qu’Andre Roberson revient affuté dès décembre, Oklahoma City propose un basket physique, l’effectif étant assez dense pour ne jamais laisser souffler l’équipe d’en face.

Défensivement, ça tient le coup aussi, alors que Patrick Patterson fait oublier sa première saison complètement ratée dans l’Oklahoma en rappelant qu’il est un joueur solide. Le Thunder s’impose donc logiquement dans le Top 4 de l’Ouest.

SI TOUT VA MAL

Il n’y a qu’un seul ballon et avec Russell Westbrook, Paul George et Dennis Schröder qui le veulent et le monopolisent, l’attaque tousse. Chacun veut faire son numéro, la balle ne circule pas, l’attaque est stéréotypée. L’absence d’Andre Roberson, puis son retour timide à la compétition, plombe la défense et le temps que la mayonnaise prenne forme avec toutes ces arrivées, il y a du retard à l’allumage. Surtout que le manque d’adresse extérieure reste problématique.

Comme l’an passé, le Thunder adore les gros matches contre les meilleures équipes, mais pèche dans des rencontres à sa portée. Les mois filent et le style et l’identité ne sont toujours pas clairs. Les playoffs sont au rendez-vous mais face à des formations aussi structurées que le Jazz, les Rockets ou les Warriors, le seul talent ne suffit pas.

CONFERENCE EST
15 – Hawks 14 – Magic 13 – Bulls 12 – Knicks 11 – Nets
10 – Cavaliers 9 – Hornets 8 – Pistons 7 – Heat 6 – Wizards
5 – Pacers 4 – Bucks 3 – ? 2 – ? 1 – ?
CONFERENCE OUEST
15 – Kings 14 – Suns 13 – Grizzlies 12 – Mavericks 11 – Clippers
10 – Blazers 9 – Wolves 8 – Nuggets 7 – Spurs 6 – Pelicans
5 – Utah 4 – Lakers 3 – Thunder 2 – ? 1 – ?


Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *