Pariez en ligne avec Unibet
  • PHI2.22UTA1.58Pariez
  • MEM2.22LOS1.58Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Interview Freddy Fauthoux : « Tu es vraiment à l’intérieur du truc, ils te font tout partager »

Comme Pierre Vincent ou JD Jackson avec les Spurs en 2014 et 2015, ou encore Julien Espinosa avec les Nets voire son assistant Sacha Giffa avec les Knicks l’été passé, Freddy Fauthoux vit actuellement la Summer League Las Vegas de l’intérieur.

Ainsi qu’il nous l’explique, le coach du Paris-Levallois voulait absolument vivre cette expérience et découvrir le fonctionnement interne d’une franchise NBA. Grâce à un petit coup de pouce de Boris Diaw, il a pu réaliser ce souhait et Basket USA était forcément là pour recueillir ses impressions de l’événement.

« C’est fantastique de vivre à l’intérieur de cette franchise qui est parfaite »

Fred, comment se passe votre expérience de ligue d’été avec les Spurs ?

« Très bien. C’est une très bonne expérience. J’ai été très bien accueilli par la grande famille des Spurs, parce que c’est comme ça qu’ils considèrent aussi leur franchise. C’est fantastique de vivre à l’intérieur de cette franchise qui est parfaite. Ils ont les moyens et ils mettent les moyens. C’est une expérience très enrichissante humainement. En termes de structuration du club, des équipements, c’est à l’échelle de la NBA et on ne peut pas tout transposer en France. »

Comment avez-vous noué le contact pour finir ici avec San Antonio ?

« En fait, l’agence avec laquelle je suis [YouFirst]. Le patron est Juan Aisa et c’est un joueur avec qui j’ai joué. On a des relations avec cette franchise-là. Et Boris [Diaw] a un peu poussé à la fin. Voilà, je voulais faire l’expérience de vivre la ligue d’été avec une franchise pour voir comment fonctionne une franchise et puis aussi pour voir les joueurs. »

Quand êtes-vous arrivé à San Antonio ?

« Je suis arrivé pour le camp d’entraînement le 27 juin. On a fait 4-5 jours à San Antonio pour mettre quelques choses en place. Et ensuite, Salt Lake City et maintenant ici. »

Comment ça se passe concrètement, vous faites partie d’un staff élargi ? Vous fait-on prendre part aux décisions ?

« Complètement, on fait partie du grand staff élargi. On doit être 35… »

Pardon ! Pour le staff uniquement ?

« Oui, c’est énorme ! Il y a tous les mecs de la G-League, deux assistants vidéo des Spurs, plus tous les autres membres du staff des Spurs. Oui, ils récompensent un peu tout le monde. Donc, aux entraînements, on a tout ce petit monde sur le terrain. Ils t’impliquent. Tu es dans les vidéos, dans les réunions d’avant entraînement, dans les débriefing… Tu es vraiment à l’intérieur du truc, ils te font tout partager. »

« On a eu un repas avec la grande famille des Spurs : on était 71 à table ! »

Et comment vous en sortez-vous par rapport aux systèmes américains ?

« Super bien. Systèmes ? Non, on est en Summer League. Disons qu’on a des formes de jeu et après, c’est le talent individuel. »

Quels joueurs vous ont impressionné jusqu’à maintenant ? 

« Je suis tous les premiers tours de draft, car ce sont eux qui sont mis en valeur, ce sont eux qui s’expriment. J’ai trouvé certains d’entre eux assez impressionnants du point de vue athlétique. Après, le niveau de jeu en lui-même laisse souvent à désirer mais ce n’est pas ce qu’ils recherchent. C’est l’intensité, c’est l’enthousiasme qu’ils mettent. On sent qu’il y a douze joueurs qui jouent leur carrière. »

Et puis l’ambiance générale de l’événement est assez spéciale, avec beaucoup de têtes connues, surtout pour les plus expérimentés ? On retrouve d’anciens joueurs désormais agents, ou coach comme vous…

« Tu croises énormément de monde du basket mondial, c’est complètement dingue. Là, il y a par exemple Boris Gorenc, avec qui j’ai joué [en 97-98 à Pau-Orthez]. Il est venu me dire bonjour. Il y en a plein, il y en a partout… Moi, je ne suis pas trop du style à m’arrêter et à dire bonjour. »

On a également croisé Kyle Milling dans les couloirs du stade…

« Oui, on dit qu’il n’y a pas beaucoup de coachs français mais je crois qu’il y en a pas mal… C’est sympa comme ambiance. Je fais l’événement jusqu’au bout, du début à la fin. Et si un jour, je suis amené à le refaire, ça sera peut-être plus pour voir les joueurs. On verra. »

Avez-vous pu discuter avec Ettore Messina et Gregg Popovich, deux légendes du coaching ?

« Hier, on a eu un repas avec la grande famille des Spurs. On était 71 à table. Il n’y avait pas Gregg Popovich mais j’ai été très fier de serrer la main à Ettore Messina et aux autres coachs des Spurs. On a fait le repas et ils viennent te voir, ils partagent avec toi. On se sent bien. »

Propos recueillis à Las Vegas

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires