NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
SAS119
UTH111
MEM121
OKC92
BRO119
SAC106
PHI77
ORL79
NOR18
WAS23
TOR
BOS3:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • TOR1.84BOS2.05Pariez
  • POR2.48LA 1.57Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Des académies NBA à travers le monde pour mieux repérer les futurs talents

NBA: New Orleans Pelicans-Uniform UnveilingSi les jeunes basketteurs américains sont vite repérés par les scouts et suivis dès le collège et le lycée, intégrant le système AAU avant de rejoindre de prestigieux programmes universitaires, le chemin vers la NBA est beaucoup plus compliqué pour les jeunes basketteurs de l’étranger. Il n’y a qu’à se rappeler les parcours de Serge Ibaka ou Bismack Biyombo pour comprendre qu’intégrer la Grande Ligue depuis l’Afrique est terriblement difficile.

D’après The Vertical, la NBA va donc créer des académies dans le but de repérer les jeunes talents, entre 14 et 18 ans. Dans un premier temps, celles-ci prendront place en Chine, en Afrique et en Australie, avant de s’installer aussi en Inde.

D’abord la Chine, l’Afrique et l’Australie…

Une fois repérés, les jeunes basketteurs pourront ainsi intégrer ces académies, où ils travailleront avec des coachs expérimentés et proches de la NBA. Le but est ainsi de leur fournir un endroit stable pour que les jeunes talents chinois, africains et australiens puissent travailler en profondeur les bases du jeu tout en poursuivant leurs études.

Pour la Chine, ce système permettrait de développer les futures générations de basketteurs, le pays ayant les infrastructures et le nombre de licenciés pour devenir une nation dominante du basket mondial. Sauf que la formation ne porte pas ses fruits et que l’équipe nationale souffre sur la scène internationale, comme l’a montré son zéro pointé lors des derniers Jeux olympiques. En s’associant avec la NBA, la Chine entend ainsi passer au niveau supérieur.

En Afrique, les structures manquent et une telle académie permettrait de mieux repérer les talents qui sont actuellement très souvent ratés. Si la NBA considère sans doute que la formation européenne est assez bonne pour ne pas s’y implanter, l’ouverture d’une académie en Australie est un peu étonnant car le pays a un programme, l’Australian Institute of Sport (AIS), qui fonctionne très bien. Andrew Bogut, Dante Exum, Matthew Dellavedova ou encore Aron Baynes en sont par exemple issus. Mais dans ce cas, peut-être qu’un partenariat entre l’AIS et la NBA est à prévoir.

Une concurrence féroce de plus en plus jeune

Cependant, une fois arrivés à 18 ans, qu’arrivera-t-il aux jeunes talents internationaux, surtout qu’ils devront attendre encore un an avant de se présenter à la Draft ? Ils devraient soit intégrer des universités américaines, soit la D-League.

En effet, la NBA souhaite continuer à renforcer sa ligue de développement avec l’apport de ses prospects internationaux qui devront patienter un an avant de se présenter lors de la Draft. Reste toutefois une question épineuse : qu’adviendra-t-il des joueurs repérés à 13 ou 14 ans mais qui n’ont pas suffisamment grandi, qui n’ont pas assez progressé ou qui se sont gravement blessés ? Une fois arrivés à 18 ans, sortiront-ils simplement des académies sans avenir dans le basket ? The Vertical assure que la NBA va proposer un fond individuel, que chaque étudiant pourra utiliser à tout moment de son éducation, histoire de ne pas abandonner ceux dont l’avenir dans le basket s’obscurcit.

Pour la NBA, ces futures académies vont pouvoir permettre de mieux repérer les jeunes talents mondiaux et donc de densifier encore l’offre lors de la Draft. L’effet pervers, c’est que la compétition entre basketteurs se fera de plus en plus jeune et que même l’accès à la NCAA risque désormais d’être soumis à une lutte extrêmement féroce.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés