Pariez en ligne avec Unibet
  • LA 2.21GOL1.65Pariez
  • IND2.25MIL1.62Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Dix ans après, le premier titre du Heat fait encore jaser…

wade-heat1En renversant les Warriors, les Cavaliers ont rendu hommage à une autre « remontada », celle du Heat il y a dix ans. À l’époque, menés 2-0, les joueurs de Pat Riley assistent impuissants à l’échappée des Mavs vers le titre. La circuit de la parade est déjà tracé à Dallas, le toujours fanfaron Mark Cuban choisit son plus beau slip de bain pour la remise du trophée, mais les Mavs s’apprêtent surtout à subir un des plus grands retournements de situation de l’histoire du basket.

Pourtant mené de 13 points dans le dernier quart-temps du Game 3, le Heat va relever la tête et filer vers le titre en gagnant cette rencontre, et les trois suivantes.

Contrairement à celui de cette année, ce « twist » de 2006 fût contesté, de nombreux Texans dénonçant le nombre élevé de coups de sifflet accordés à Dwyane Wade au cours de la série : « Flash » tira en effet 97 lancers francs en six matches, soit plus de la moitié du total des Mavs !

Mark Cuban : « Les pire Finals jamais arbitrées »

Le titre des Mavericks face au Heat version Big Three atténua l’amertume des Texans, mais dix ans après, cette finale reste controversée. Même si le plus grand représentants des déçus, Mark Cuban, assure qu’il n’en parlera plus…

« Ça restera les pires Finals jamais arbitrées de l’histoire de ce sport, et je ne suis même pas certain que la NBA me contredira, » rappelait l’incorrigible propriétaire en février, avant d’ajouter : « Mais je crois que pour ce 10e anniversaire, je vais arrêter d’en parler. »

Mark Cuban a respecté sa parole en refusant de répondre aux questions d’ESPN, parti recueillir les témoignages de tous les acteurs de ces Finals 2006. Tout y passe, du retournement du Game 3 au changement d’hôtel des Mavs à South Beach, en passant par la suspension de Jerry Stackhouse pour un Game 5 (Coucou Draymond…) marqué par les vingt-cinq lancers tentés par D-Wade.

Le « Phantom Call »

Et parmi les nombreux coups de sifflet des arbitres, Jason Terry en a baptisé un le « Phantom Call », une faute sifflée à Dirk Nowitzki. L’action en question : une pénétration de Wade (faisant suite à un retour en zone selon ses adversaires) ponctuée d’une énième intervention des officiels.

Dénoncée encore aujourd’hui par une partie des Mavs, cette décision a reçu le soutien d’un Dwyane Wade passablement énervé par cette polémique vieille de dix ans. Sur Instagram, le numéro 3 a tenu à mettre les choses au clair, photo à l’appui.

« C’est l’un des plus grands moments de ma vie, et probablement l’un des pires pour les Dallas Mavericks. C’est le sport… On a tous ressenti ça dans les deux sens. Mais ce que je lis à propos de la série est injuste. Est-ce que j’aurais pu continuer à jouer malgré certains coups de sifflet ? OUI. On le peut tous… mais étais-je attaqué à chaque fois que je touchais le ballon ? OUI. Cette photo est un exemple de faute que tout le monde dit imaginaire. Beaucoup d’athlètes n’en ont jamais commises mais Devin Harris, mon pote… C’est une faute haha. On a trouvé un moyen de battre une équipe qui était bien meilleure que la notre cette saison-là, mais ils ont eu leur revanche en 2011, ça efface l’ardoise. Je suis fier de me souvenir de ces moments et dire que j’ai joué un rôle dans l’obtention de notre premier titre. »

Tout est dit.

Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires