NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
DAL
BOS2:30
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Comment les rookies dépensent-ils leur premier salaire ?

Michael Carter-WilliamsUne ou plusieurs années de faculté et les portes de la NBA s’ouvrent en grand, avec toutes ses promesses de gloire et d’argent. Les joueurs NBA sont des êtres humains comme les autres, avec leurs forces et leurs faiblesses.

Face aux premières sollicitations, et avec les premières rentrées d’argent, il y a de quoi perdre le sens des réalités pour ces rookies, généralement âgés entre 19 et 23 ans.

Bleacher Report en a interrogés quelques uns pour savoir comment ils allaient dépenser leur premier chèque, et les réponses divergent énormément.

L’automobile

Dans le panel interrogé, la voiture semble être une des priorités.

« J’ai déjà la voiture de mes rêves. Je me suis acheté une Porsche Panamera, toute noire. » confie le rookie des Lakers, Julius Randle. « Je veux commencer avec un Range Rover. » explique Noah Vonleh, de son côté.

Nik Stauskas en veut une aussi, mais oublie le principal.

« Je dois m’offrir une voiture. J’ai aussi besoin de passer le permis. » se rappelle le King.

Les proches

D’autres préfèrent au contraire penser à leur famille :

« Je vais définitivement prendre soin de ma mère et ma grand-mère, les mettre dans une bonne situation. Quelque soit ce qu’elles veulent. » explique James Young, des Celtics. « En premier, je veux acheter une maison à ma mère. » confie son coéquipier, Marcus Smart à Bleacher Report « 

Aaron Gordon, l’intérieur du Magic, la joue en toute modestie.

« Je pense que je réunirai tous mes amis pour un diner. On fêterait ça. Après, je commencerai à mettre de côté. »

Les achats de première nécessité

Plus surprenant, Russ Smith donne une réponse, très proche de ce que Dante Exum avait déjà expliqué, concernant le lien entre célébrité et gratuité.

« Au lieu d’acheter quelque chose, je me trouverai quelque chose de gratuit car je ne pouvais rien avoir de gratuit à la fac. » dit le rookie des Pelicans.

Confronté à des soucis d’argent à l’université, le nouveau meneur du Heat donne une réponse, guère éloignée.

« Je vais m’acheter de la nourriture. » affirme Shabazz Napier, dans un style proche de P.J Hairston. « En premier ? Je vais vivre. C’est tout. »

Glenn Robison III ne manque pas d’appétit non plus.

« Je vais aller dans un bon gros steakhouse. »

Le moment gênant

Enfin, Jordan Adams (Grizzlies) espère bien mettre quelques années de frustration de côté.

« Je vais m’acheter une petite amie. »

Bien que le ton soit à l’humour, ces différentes réponses soulignent le soulagement général de tous ces joueurs, pour la plupart à l’abri du besoin pour plusieurs années après la signature de leur premier contrat professionnel. Pour certains, dont le milieu d’origine est d’une pauvreté absolue, c’est une bouffée d’air frais et l’opportunité de se sortir d’une misère qui semblait inéluctable. Puisse cette bonne fortune être pérenne…

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités

Tags →
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *