Pariez en ligne avec Unibet
  • NEW1.82PHI1.96Pariez
  • OKL4.65GOL1.18Pariez
  • 150€ offertsLa suite →

[Les Français en NBA] 20e – Pape Sy

pape sy« Rien ne sert de courir, il faut partir à point. » Ce vieil adage pourrait parfaitement correspondre à l’impact de la France sur la NBA. Encore absente des parquets nord-américains il y a moins de vingt ans, la France est devenue en l’espace de quelques années le premier pourvoyeur de talent, si l’on excepte les Etats-Unis.

Pourtant, ce sont près de trente pays qui ont devancé l’Hexagone en envoyant l’un de leur ressortissant en NBA. Mais depuis 1997 et la sélection d’un certain Olivier Saint-Jean par les Sacramento Kings, ce ne sont pas moins de vingt joueurs tricolores qui ont foulé les parquets du plus prestigieux championnat du monde. Certains sont devenus des stars mondiales, d’autres ont connu des carrières respectables, et d’autres encore n’ont malheureusement pas réussi à y faire leur trou.

Mais qu’importe, rien que le fait de pouvoir dire que l’on a eu la chance de jouer en NBA reste une réussite phénoménale. Formés dans nos centres français ou dans le système universitaire américain, nos compatriotes de la NBA ont conquis la planète basket et le réservoir ne semble pas désemplir. Quatre joueurs draftés en 2013 et 2014 attendent d’ailleurs leur tour…

N°20 : Pape Sy

Formé à : Le Havre
Draft : 2nd tour, 53e choix par Atlanta en 2010
Saison : 1 (2010-11 avec Atlanta)
Matchs en saison régulière : 3 (dont 0 comme titulaire)
Matchs en playoffs : 4 (dont 0 comme titulaire)
Moyennes : 2,3 points à 33%, 1,0 rebond, 0,7 passe décisive
Totaux : 7 points, 3 rebonds, 2 passes décisives
Record en carrière : 7 points (face à Washington le 9 avril 2011)

Awards : –

Son parcours

24 juin 2010: Sélectionné par les Atlanta Hawks au 2nd tour (53ème choix) de la Draft 2010.
23 décembre 2011: Coupé par les Atlanta Hawks.

Gains : $473,604

« Un petit tour et puis s’en va… »

Le rêve a rapidement tourné au vinaigre pour Pape Sy. Choisi par Atlanta au deuxième tour de la Draft 2010 à la surprise générale, il a immédiatement fait le grand saut et traversé l’Atlantique pour rejoindre les Hawks. Malheureusement pour le jeune meneur issu du STB Le Havre, son « expérience » en NBA a tourné court. Barré par Kirk Hinrich et Jeff Teague, il n’est pas parvenu à convaincre son coach Larry Drew de lui donner une place dans l’effectif au cours de la saison.

Envoyé en D-League, dans le fin fond de l’Utah, Pape Sy ne s’y est pas imposé non plus, ne tournant qu’à 8 points de moyenne. Rappelé en toute fin de saison, il a tout de même pu fouler un parquet en NBA à trois reprises en saison régulière avant de jouer quatre fois en playoffs, à chaque fois pour ne ramasser que les miettes (entre zéro et cinq minutes de temps de jeu). Non retenu après le training camp la saison suivante, il est depuis rentré en France et évoluera la saison prochaine à Gravelines après un passage au Mans (8,2 points de moyenne cette saison). Sélectionné en Equipe de France A’, il n’a en revanche pas passé le « cut » pour participer à la Coupe du Monde en Espagne.

Sauf miracle, il ne devrait probablement jamais refranchir l’Atlantique en tant que joueur professionnel. Il semble évident que Pape Sy n’était pas du tout prêt pour la NBA lors de son arrivée en 2010. Tournant à cinq points de moyenne en Pro A avant son départ, il est arrivé par surprise au sein de la ligue américaine, où la concurrence à la mène est très féroce. Les Hawks ont voulu tenter un pari avec un deuxième tour de Draft mais il a malheureusement échoué. Encore jeune, Pape Sy a encore toute sa carrière devant lui et il aura à jamais l’honneur d’avoir pu porter les couleurs d’une franchise NBA.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires