Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Il y a un an, Dereck Lively II était dans l’inconnu avant la Draft

NBA – Facteur X du Game 4, Dereck Lively II ne s’attendait pas à jouer une finale NBA aussi rapidement, et même à y jouer un rôle important.

Dereck LivelyC’est l’une des très belles histoires de cette saison, et même l’une des plus émouvantes puisqu’il a perdu sa maman pendant la saison, terrassée par un cancer. À 20 ans seulement, Dereck Lively II a redonné vie aux Mavericks avec deux « double-double » d’affilée. Seul Magic Johnson avait réalisé l’exploit de compiler plusieurs « double-double » dans une finale au même âge. Comme le confiait Luka Doncic après le Game 4, « sa progression est incroyable à regarder ».

Pour Jason Kidd, son potentiel est illimité. Même l’intéressé a du mal à croire à ce qui lui arrive.

« Il y a un an, je ne me serais pas attendu à me retrouver dans cette situation alors que j’anticipais la Draft » se souvient-il. « Nous sommes le 15 juin et la sélection a lieu dans une semaine. L’année dernière, à une semaine de la Draft, mon cœur battait fort parce que je ne savais pas ce qu’il allait se passer. Et maintenant, je joue les Finals… »

Les playoffs permettent d’en savoir plus sur soi-même

« Energizer » des Mavericks, Dereck Lively II apporte de l’enthousiasme, de la détente, des courses, et même un 3-points dans le corner. Dimanche, on l’a vu en enchaîner trois à l’entraînement lors d’un exercice de tirs. Les Celtics ne pourront plus faire l’impasse sur lui lorsqu’il ira se coller dans un coin. Et puis il y a cette intensité au rebond offensif. Dans le Game 4, il en capte 7, qui se transforme en 14 points sur les possessions supplémentaires.

Pour lui, les Mavericks ne sont jamais aussi bons que lorsqu’ils sont dos au mur. C’est la leçon à retenir de ses premiers playoffs.

« J’ai l’impression que nous allons sur le terrain et que nous jouons comme si nous étions désespérés. C’est la mentalité que nous devons avoir dans ces matchs, faire tout ce qui est en notre pouvoir pour gagner » avait-il expliqué vendredi soir. « Qu’il s’agisse de plonger hors des limites du terrain, de plonger sur le ballon, de se frotter à quelqu’un, d’essayer d’être agressif et costaud. Une grande partie de cette campagne de playoffs, et de cette série, a consisté à découvrir qui nous sommes, à savoir jusqu’à quel moment on peut prendre des coups, puis à riposter. C’est vraiment un plaisir de voir mes coéquipiers et moi-même évoluer et nous adapter les uns aux autres en fonction de ce qui se passe sur le terrain. »

Résister à la pression du public de Boston

Ce soir, il faudra encore sauver sa peau, mais ce sera à Boston. La semaine dernière, Dereck Lively avait expliqué qu’il s’attendait à une plus grosse ambiance. Mais ce soir, dans un match décisif, il pense que les fans des Celtics seront déchaînés.

« Cela va être bruyant et désagréable. Il faut faire de son mieux pour ne pas se concentrer sur le public. Beaucoup de gens vous parleront. Sur les réseaux sociaux, en marchant dans la rue, dans la chambre d’hôtel, à l’hôtel, vous allez entendre des gens vous parler, vous allez entendre des gens vous interpeller en arrivant à la salle. Cela fait partie du jeu. Cela fait partie du travail. Il faut faire face à l’adversité et aux gens qui vous disent toujours que vous ne pouvez pas y arriver… Et il faut le faire ! »

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités