Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Alexandre Sarr : « Je sais ce que ça implique d’être pro »

Draft 2024 – Favori pour être sélectionné par les Hawks à la 1ère place, Alexandre Sarr estime que son passage en Australie l’a endurci et l’a préparé au basket professionnel.

Alexandre Sarr

Bonne nouvelle pour Alexandre Sarr. Sa cote est plus haut, et elle n’a pas baissé après les tests et les oppositions au Draft Combine. L’intérieur français reste le favori pour être choisi en premier par les Hawks, et il veut vraiment cette première place. « Je suis un compétiteur et je veux être le premier dans tout ce que je fais. Je dirais que je suis le meilleur joueur de la Draft », a-t-il déclaré à la presse. « Je ne sais pas si c’est si important, parce que je ne peux pas le contrôler. Mais bien sûr que cela signifie quelque chose. »

Il ne se compare à personne

Ce serait assez dingue pour le basket français qu’Alexandre Sarr succède à Victor Wembanyama, et le petit frère d’Olivier a détaillé son profil aux journalistes qui ne le connaissent pas très bien. « Je suis un défenseur polyvalent, et en attaque, je peux jouer sous les panneaux et au large » poursuit-il. « Je peux avoir un impact sur transition en montant la balle, et en shootant à 3-points de manière plus régulière. »

Si Zach Edey compare son profil à celui d’un Jonas Valanciunas ou d’un Steven Adams, Alexandre Sarr n’est pas trop friand des comparaisons. « Evidemment, je regarde la NBA et je vois ce que font Wembanyama et Holmgren. Mais je ne me compare à personne en NBA. Je pense que chacun possède son propre style ».

2m12 pour une envergure de 2m26

Puisque le Draft Combine permet d’avoir des chiffres exacts et officiels, on apprend que Sarr mesure 2m12 pieds nus, qu’il possède une envergure de 2m26, et qu’il touche 2m80 pieds au sol. En Australie, il a pu jouer avec et contre des pros, et comme les joueurs qui arrivent d’Europe, il pense que c’est un point fort avant de rejoindre la NBA.

« Je ne sais pas si je suis davantage prêt, mais je sais que j’ai disputé ma première année professionnelle. Je sais ce que ça implique d’être pro, et d’être entouré de pros. Je sais ce que c’est d’évoluer devant un public hostile… » répond Sarr à propos de ce choix payant d’aller en Australie. « C’est ce que je voulais en allant là-bas : jouer contre des adultes, être plus physique dans mon jeu. Au début, j’étais un peu sur la brèche, mais c’est comme ça qu’on progresse : lorsqu’on se prend un mur et qu’on cherche à être performant. »

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités