Matchs
NBA hier
Matchs
hier
IND102
BOS105
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Défendre sur tous les postes, Kevin Durant, le recrutement… Les grands défis de Victor Wembanyama

NBA – Puisqu’il estime en être à 15% de ses capacités, Victor Wembanyama dévoile ses grands défis sur le plan individuel, en attaque comme en défense. Sans oublier celui de s’impliquer dans le recrutement.

Victor WembanyamaCe n’est pas parce que Victor Wembanyama en a terminé de sa saison qu’il est moins sollicité par les médias. Le pivot des Spurs peut désormais prendre le temps de répondre aux questions, et de tirer le bilan de sa saison exceptionnelle. Au micro de The Ringer, il explique qu’il reçoit des SMS de joueurs qui veulent jouer avec lui !

« Effectivement, je reçois des messages, même de prospects » avoue le Français. « Mais j’ai choisi de rester dans mon rôle. Mais c’est un monde tout nouveau pour moi. C’est un monde tout nouveau que j’ai hâte de découvrir. Mais c’est certain qu’un jour ou l’autre, il faudra que je m’implique là-dedans ».

Comme les plus grandes stars NBA, « Wemby » jouera, un jour, le rôle de recruteurs, mais en attendant il a d’abord des défis individuels. À la presse française, il expliquait en être à 15% de ses capacités, et sa marge de progression est donc énorme. D’abord, en attaque où il souhaite travailler sur son tir en mouvement.

S’inspirer de Wilt Chamberlain

« Je me sens plus à l’aise lorsque j’ai de l’élan. Parfois, lorsque je me contente d’attraper et de shooter sans dribbler, j’ai l’impression que mes bras sont si bas et mes mains si grandes que j’ai l’impression d’être coincé dans une boîte » explique-t-il. « Vous savez que Wilt Chamberlain était très mauvais aux lancers-francs ? Par contre, il était tellement doué pour les « hook shot » et les finger rolls parce qu’il avait de l’élan. … Je ressens un peu la même chose parce qu’il y a tellement de choses à faire avec un si petit ballon de basket, et je me sens donc beaucoup plus à l’aise quand je peux prendre mon tir en étant déjà en mouvement. »

Parmi les travaux de l’été, il y aura un travail sur le renforcement du bas du corps, et plus précisément les mollets. « Souvent, lorsque j’ai l’avantage sur mon défenseur après une feinte ou un appui, je vais au panier. Mais quand le défenseur revient, il peut me déstabiliser un peu, me faire perdre l’équilibre », explique Victor Wembanyama. « Si je travaille sur ce point, ma finition va s’améliorer considérablement ».

Toujours en attaque, il veut piquer un « move » à Kevin Durant. Quelque chose de très « subtil » dans sa manière de bouger, et de faire la différence sur un défenseur. Un dixième de seconde où Kevin Durant fait mine de s’arrêter pour mieux s’écarter de son défenseur, ou accélérer.

« Il y a quelque chose que KD fait, et je ne sais pas si vous l’avez déjà remarqué, et c’est dans tout ce qu’il fait, même sans ballon. Il s’agit de cette microseconde – ce n’est pas vraiment une hésitation parce que c’est si rapide – où il s’arrête mais c’est suffisant pour prendre l’avantage sur le défenseur. Il ne fait jamais de sprint. Mais il se déplace très rapidement et il a le ‘timing KD’, comme je l’appelle, sur chacun de ses mouvements… J’essaie de le faire mais je vais travailler dessus cet été parce que c’est très difficile à faire. »

Empêcher les alley-oop

De l’autre côté du terrain, Victor Wembanyama s’est donné un défi : annihiler les alley-oop ! Pour cela, le Français entend empêcher les passes lobées en se plaçant entre le passeur et le dunkeur.

« Je vais essayer, et parfois, ça ne marchera pas. Mais quand ça fonctionnera, je vais juste continuer à le faire » prévient-il. « Si je continue de le faire, je vais évidemment me faire dunker dessus pendant un moment. Mais le alley-oop est l’un des tirs avec le plus haut pourcentage de réussite. Si je peux parvenir à l’arrêter du mieux possible, ce sera génial. »

Une chose est sûre, il n’est pas à court de défis, et il se dit prêt à défendre du poste 1 à 5.

« La défense a toujours été un aspect du jeu dans lequel je me sentais à l’aise. Je suis curieux de voir cela. Et j’attends que mes entraîneurs et mes coéquipiers me mettent au défi de jouer de nouveaux rôles, plus importants. Peut-être en étant capable de défendre sur tous les postes. Mais aussi, peut-être, sur la dernière possession du match parce qu’actuellement, quand le meneur de jeu adverse a la balle, je ne vais pas le défendre. Mais, oui, il y a beaucoup de possibilités et quelques-unes non conventionnelles, tout comme en attaque » conclut-il.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités