Pariez en ligne avec Unibet
  • NEW1.82PHI1.96Pariez
  • OKL4.65GOL1.18Pariez
  • 150€ offertsLa suite →

La saison 2021/22 en questions | Gregg Popovich, bientôt le coach le plus victorieux de l’histoire ?

NBA – En poste sur le banc des Spurs depuis décembre 1996, Gregg Popovich n’a besoin « que » de 26 victoires pour devenir le coach le plus victorieux de tous les temps, en saison régulière.

Unanimement considéré comme l’un des meilleurs coachs de l’histoire, si ce n’est le meilleur, en compagnie de Phil Jackson, Red Auerbach ou encore Pat Riley, Gregg Popovich a la possibilité de renforcer davantage sa candidature cette saison. Titré à cinq reprises avec les Spurs, en 1999, 2003, 2005, 2007 et 2014, le technicien de 72 ans peut effectivement devenir l’entraîneur le plus victorieux de tous les temps, en saison régulière.

Pour ce faire, Gregg Popovich devra cependant décrocher pas moins de 26 victoires avec San Antonio, en 2021/22. Un total clairement à sa portée, d’autant que, depuis sa prise de fonctions en décembre 1996, « Coach Pop » n’est descendu qu’une seule fois sous la barre des 26 succès, avec la franchise texane. Et c’était, justement, lors de cet exercice 1996/97 qui l’avait vu débuter en tant qu’entraîneur principal en NBA (17 victoires – 65 défaites).

En revanche, pour gagner ces 26 matchs, ce ne sera pas aussi simple qu’il n’y paraît. Désormais orphelins de DeMar DeRozan et Patty Mills, et guidés presque exclusivement par leurs jeunes (Keldon Johnson et Dejounte Murray en tête), après s’être déjà séparés de LaMarcus Aldridge en cours d’année, les Spurs ne sont pas attendus dans les hauteurs de la conférence Ouest. Pire encore, nous les imaginons hors des playoffs, et carrément hors du « play-in » de fin de saison (et donc hors du Top 10), au printemps prochain.

Sous contrat jusqu’en 2023

D’où notre interrogation quant à la possibilité de voir, un jour, Gregg Popovich devenir le coach le plus victorieux de l’histoire.

« Un jour », car à 72 ans, le triple meilleur entraîneur de l’année (2003, 2012, 2014) n’est évidemment pas éternel. En effet, rien n’indique avec certitude qu’il continuera l’aventure sur le banc de San Antonio, au-delà de cet exercice 2021/22 à l’issue duquel il aura 73 ans. Pour autant, que les fans texans se rassurent : celui qui vient de glaner l’or olympique avec Team USA à Tokyo disposera toujours d’un an de contrat, pour 2022/23.

Autant dire que Gregg Popovich aurait tout intérêt à battre ce record dès cette saison, au cas où il hésiterait à aller au bout de son bail avec les Spurs. Et, même s’il déclare constamment ne pas se soucier des records individuels, encore plus en saison régulière, le quadruple coach All-Star (2005, 2011, 2013, 2016) doit forcément avoir celui-ci, actuellement propriété de Don Nelson, dans un coin de sa tête.

66.7% de succès en carrière !

Don Nelson, justement, avait ainsi placé la barre très haute entre 1976 et 2010, l’emportant à 1 335 reprises (pour 55.7% de victoires) avec les Bucks, les Warriors, les Knicks et les Mavericks. Suffisant pour faire mieux que les 1 332 succès (pour 53.6% de victoires) de Lenny Wilkens avec les Sonics, les Blazers, les Cavaliers, les Hawks, les Raptors et les Knicks, entre 1969 et 2005.

Derrière ce duo de choc, c’est donc Gregg Popovich qui complète le podium, avec ses 1 310 victoires (pour 66.7% de succès) à San Antonio, depuis 1996. Toujours dans le Top 5, suivent ensuite le regretté Jerry Sloan et ses 1 221 victoires (pour 60.3% de succès) avec les Bulls et le Jazz, entre 1979 et 2011, puis Pat Riley et ses 1 210 victoires (pour 63.6% de succès) avec les Lakers, les Knicks et le Heat, entre 1981 et 2008.

À noter que, parmi les entraîneurs en activité, ce sont Doc Rivers, Rick Carlisle, Nate McMillan et Erik Spoelstra qui sont les plus « proches » de « Coach Pop ». Tandis que Doc Rivers totalise 992 victoires (pour 58.5% de succès, depuis 1999) avec le Magic, les Celtics, les Clippers et les Sixers, Rick Carlisle en compte 836 (pour 54.8% de succès, depuis 2001) avec les Pistons, les Pacers et les Mavericks. Quant à Nate McMillan, il a décroché 688 victoires (pour 53.5% de succès, depuis 2000) avec les Sonics, les Blazers, les Pacers et les Hawks, alors qu’Erik Spoelstra s’est imposé à 607 reprises (pour 58.9% de succès, depuis 2008) avec le Heat.

Et parmi les techniciens ayant dirigé au moins 1 000 rencontres de saison régulière, seul Phil Jackson possède un taux de succès supérieur à celui de Gregg Popovich. Avec les Bulls puis les Lakers, entre 1989 et 2011, le « Zen Master » a affiché un bilan de 1 155 victoires et 485 défaites, soit 70.4% de succès. Ce qui le situe loin devant les 66.7% de succès de « Pop » (1 310 victoires – 653 défaites).

Phil Jackson intouchable en playoffs

En revanche, en playoffs, Gregg Popovich (5 titres) ne parviendra jamais à devenir le coach le plus victorieux de l’histoire, puisque c’est encore Phil Jackson (11 titres) qui semble inaccessible, avec ses 229 victoires en 333 matchs (soit 68.8% de succès). Son homologue de San Antonio dispose, lui, d’un bilan de 170 victoires en 284 matchs (soit 59.9% de succès).

Et entre ces deux entraîneurs iconiques, c’est un autre tacticien de légende qui se hisse en deuxième position au classement, Pat Riley (5 titres) en l’occurrence. L’actuel président de Miami l’a effectivement emporté à 171 reprises en 282 matchs de « postseason » (soit 60.6% de succès).

Un trio de tête qui a, une nouvelle fois, mis la barre très haut, puisqu’au pied du podium, Larry Brown (1 titre) ne totalise « que » 100 victoires en 193 rencontres de playoffs (soit 51.8% de succès). Et, au niveau des coachs en activité, ce sont Doc Rivers, Erik Spoelstra et Steve Kerr qui paraissent les plus susceptibles d’aller déloger Gregg Popovich et/ou Pat Riley des trois premières places.

D’un côté, Doc Rivers (1 titre) compte ainsi 98 victoires en 192 matchs de « postseason » (soit 51.0% de succès). De l’autre, Erik Spoelstra (2 titres) a gagné 85 de ses 143 rencontres de playoffs (soit 59.4% de succès). Quant à Steve Kerr (3 titres), il affiche un bilan de 77 victoires et 28 défaites à ce stade la compétition (soit 73.3% de succès, le plus élevé chez les entraîneurs à minimum 100 matchs de « postseason »).

A lire aussi